Encyclopédie Wikimonde

Natation féminine

Aller à : navigation, rechercher
Concurrentes au départ d'une épreuve féminine de natation.

La natation féminine est la natation pratiquée par des femmes.[interprétation personnelle] Une pratiquante de la natation est appelée « nageuse ». Selon une étude européenne, la natation dans les pays de l'Union européenne est populaire chez les deux sexes[1]. Selon la fédération française de natation (FFN) , 25% des femmes (7,5 million) et de 23% des hommes en 2010 France pratiquent la natation de loisir. Parmi les pratiquant(e)s de la natation sportive en France, les femmes sont substantiellement majoritaires: 55,7 % de femmes contre 44,3% d'hommes sur les 288.000 licencié(e)s[2]. Pourtant la natation sportive féminine est beaucoup plus jeune que la masculine[3].

Histoire

En Suède, Nancy Edberg popularise la natation à Stockholm dès 1847. Elle y donne des cours de natation à des hommes et des femmes, puis, peu après, elle lance des cours de natation destinés aux femmes au Danemark et en Norvège[4]. Ses démonstrations publiques de natation avec ses élèves à partir de 1856 sont probablement parmi les premières démonstrations en Europe[4].

En Allemagne, c'est un homme, Ludwig Christof Rübsamen, professeur de gymnastique athlétique à Giessen (Allemagne), qui y fonde une piscine en 1851 et promeut la natation féminine[5].

Aux États-Unis, une des premières femmes à promouvoir la natation féminine est Kate Bennet, qui ouvre en 1870 une école à Manhattan[6].

Aux Pays-Bas, le premier bassin de natation en plein air date de 1846. Dans ce bassin et ceux qui ouvrent peu après, il y a séparation des sexes : ou bien les bassins sont interdits aux femmes, ou bien ils sont réservés aux hommes la majorité du temps, avec quelques heures par semaine prévus pour une utilisation par les femmes. En 1882, une piscine à ciel ouvert, la piscine Obelt, est construite à Amsterdam ; cette piscine comporte plusieurs bassins dont l'un destiné aux femmes. Y est organisée en 1884 la première épreuve de natation féminine aux Pays-Bas. En 1886, un club de natation féminine est fondé à La Haye, le premier club de ce genre aux Pays-Bas et probablement aussi en Europe continentale. La féderation néerlandaise de natation, fondée en 1888, crée un diplôme de natation en 1890 ; pour cela la fédération commence une formation d'instructeurs de natation ; le premier diplôme de maître nageur, en 1892, est délivré à une femme[7].

La première femme à participer à une épreuve de natation en France, en septembre 1905, est Annette Kellerman, féministe australienne, qui a aussi propagé la natation synchronisée. La première course de natation féminine a lieu en 1906[8].

Le premier championnat féminin de natation se déroule en Écosse en 1892[9].

Le premier record du monde féminin officiel de natation est détenu par la nageuse allemande Martha Gerstung sur le 100 m libre en 1 min 35 s 00, enregistré le 18 octobre 1908 à Magdebourg[10].

Les premiers Jeux olympiques comportant des épreuves féminines de natation au programme, sont les 5e Jeux de 1912 à Stockholm, où l'Australienne Fanny Durack remporte à la fois la médaille d'or et un nouveau record mondial en 100 m libre [11]

La première nageuse de descendance africaine ayant obtenu une médaille olympique est Enith Brigitha de Curaçao, qui, nageant pour les Pays-Bas, a gagné deux médailles de bronze en 100 m et 200 m libres aux Jeux olympiques de 1976 à Montréal[12].

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).