Nicolas Couturieux

Aller à la navigation Aller à la recherche

Nicolas Couturieux, né le 7 novembre 1981 à Lyon, est un directeur artistique, commissaire d'exposition spécialisé en art contemporain et multi-entrepreneur du milieu culturel. Il assure actuellement la programmation du centre culturel Rouennais le Hangar 107 et la direction du Fonds de dotation Gilles Treuil.

Art Contemporain

C’est en 2011 que Nicolas Couturieux décide de se consacrer pleinement à l’art contemporain. Après une expérience de 4 ans dans le monde de l’édition d'art (lithographie), il choisit de se tourner vers l’organisation et le commissariat d’exposition d’envergure internationale[1],[2].

En 2016, il initie le projet « Artistes à la Une » en proposant à 37 artistes de revisiter les Unes du journal Libération. L’exposition se tiendra au Palais de Tokyo, et une vente aux enchères des Unes permettront de récolter des fonds pour le financement des programmes de défense et de liberté de la presse menés par Reporters sans frontières[3].

En 2019, avec l'entrepreneur Normand Marc Laubiés, il cofonde le centre d’art Rouennais le Hangar 107. Il y expose principalement « des artistes à la marge, entre graffiti et art contemporain, qui ont en commun leur trajectoire en forme d’échappée. À de très rares exceptions, ils ont commencé leur vie d’artistes dopés à l’adrénaline du graffiti. Puis, sur le seuil des galeries d’art, des musées, des résidences, ils sont allés voir au delà du tag »[4],[5]. La même année, aux cotés de Tilt, il assure le co-commissariat de la troisième édition de la Biennale Rose Béton qui se déroule au Musée des Abattoirs de Toulouse[6].

En 2023, avec le Fonds de dotation Gilles Treuil, il installe 4 bustes monumentaux de l’artiste RERO dans le cœur de Paris (Place de la Madeleine, Rue Royale et Place Maurice Barrès)[7],[8] ainsi qu’un autre devant le bâtiment de la Métropole Rouen Normandie[9]. Toujours avec Rero, il lance le projet AKRASIA à l’Académie du climat de Paris afin d’inscrire la lutte contre le dérèglement climatique au cœur de l’espace public et rappelle l’urgence de s’adapter à ces nouvelles données[5].

Musique

En 2007, Nicolas Couturieux devient l’agent du Dj Français Laurent Wolf. Le tube mondial « No Stress » lui permet de sillonner la planète. Leur collaboration prendra fin en 2017[1].

En 2020, avec son ami Pone, il fonde le label 73 Beats. Leur premier EP caritatif " Listen And Donate"[10] voit le jour avec le soutien de l’icône Anglaise de la Pop Music, Kate Bush[11] et de l’artiste d'art contemporain JR[12]. En écoutant cet EP sur les plateformes de streaming, des droits d'auteurs sont générés et reversés directement à son association Trakadom qui permet aux patients chroniques lourds de pouvoir être pris en charge à domicile en formant des aidants spécialisés[13].

En 2022, il participe au documentaire, « PONE, Sans rémission » de Yohan Malka, au coté de nombreux noms du milieu urbain Français : Le Rat Luciano, Guilty (Katrina Squad), Manu Key, Tilt, Rim’K, Kery James mais aussi de l’humoriste Marc Antoine Le Bret qu’il assistera afin qu’il imite au mieux la voix de Pone[14],[15].

Bibliographie

  • Aryz, Pugna, Hangar 107 & Musée des Beaux Arts de Nancy, 2020
  • Olivier Kosta-Théfaine, Cette sorte de sourire que sont parfois aussi les fleurs au milieu des herbes grave, Editions Hangar 107, 2023, (ISBN 978-2-9567403-4-6)

Références

  1. 1,0 et 1,1 (en-US) « In Dialogue: Nicolas Couturieux », sur StreetArtNews, (consulté le )
  2. « Maroc : « Main Street », l’art de la rue au musée – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  3. « Le soutien d'"Artistes à la Une" à la liberté de la presse | RSF », sur rsf.org, (consulté le )
  4. « L’art comme déchiffrement : les écritures de Tania Mouraud au Hangar 107 », sur Artistikrezo, (consulté le )
  5. 5,0 et 5,1 Vincent Daffourd, « PORTRAIT | Rencontre avec Nicolas COUTURIEUX, passion et générosité en toile de fond », sur Forbes France, (consulté le )
  6. (en-GB) « Juxtapoz Magazine - La Ville Rose: The Third Annual Rose Béton Features Work by Todd James, Cleon Peterson and more », sur www.juxtapoz.com (consulté le )
  7. « Grand format. À Évreux, le PDG du groupe Treuil verse dans l'art contemporain », sur actu.fr, (consulté le )
  8. « Street art : des sculptures monumentales installées au cœur de Paris », sur actu.fr, (consulté le )
  9. Mélanie BOURDON, « Une œuvre monumentale de Rero exposée jusqu’en 2024 devant le siège de la Métropole de Rouen », sur Paris-Normandie, (consulté le )
  10. « Listen and Donate », sur www.listenanddonate.com (consulté le )
  11. « Tétraplégique, Pone sort un album composé avec ses yeux pour seul instrument », sur Le Figaro, (consulté le )
  12. « Pone, le rap sans rémission », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « L’artiste Pone, invité exceptionnel de la cérémonie de passation des Jeux Para », sur presse.paris2024.org (consulté le )
  14. « À voir sur BrutX : Pone, sans rémission », sur Brut. (consulté le )
  15. (en-US) Aurelien Breeden et Dmitry Kostyukov, « A French Music Maker Lost His Voice. A Comedian Helped Get It Back. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail des arts