Nocturne d'un chauffeur de taxi

Aller à la navigation Aller à la recherche

Nocturne d'un chauffeur de taxi
Auteur Kim Ae-ran, Baek Ka-hum, Ahn Yeong-sil, Jo Kyung-ran, Park Chan-soon, Kim Yeon-su, Choi Jin Young, Han Kang, Yoon Sung-hee, Pyun Hye-young
Pays Corée du Sud
Genre Nouvelles
Version originale
Langue Coréen
Date de parution 2014
Version française
Traducteur Collectif de traducteurs sous la direction de Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet
Éditeur Éditions Philippe Rey
Date de parution 2014
Couverture Cheeri
Nombre de pages 125
ISBN 978-2-84876-394-1

Nocturne d'un chauffeur de taxi est un recueil de dix nouvelles coréennes, de dix auteurs coréens paru aux éditions Philippe Rey.

Résumés des nouvelles

Au volant de son taxi, au milieu de la nuit, Yongdae repasse l’enregistrement sur cassette audio de cours de chinois effectué par feu sa femme. Dans sa famille, il était constamment méprisé, car maladroit et porté sur l’alcool. Lorsqu’il fut chassé du foyer familial à trente sept ans, il se rendit à Séoul, où il tomba amoureux de celle qui sera sa femme, une jolie chinoise d’origine coréenne qui s’appelait Im Myonghwa. Celle-ci est venue travailler en Corée du Sud, mais à la suite de l’accident de travail ayant rendu aveugle d’un œil sa petite sœur, Ryohwa, elle s’est retrouvée à devoir payer la dette de leur voyage à toutes les deux. Yongdae avait demandé la main de Myongwha après quelques sorties ensemble seulement. Ils s’étaient mariés sans cérémonie. Puis avaient fait l’amour dès qu’ils en avaient l’occasion, avant que Yongdae reprennent son boulot, parce qu’ils n’avaient plus un sou en poche. Quelques mois plus tard, il apprit que Myongwha avait un cancer de l’estomac. Lors des obsèques de sa mère, Yongdae a fait une apparition en habits de travail et s’est écroulé ivre mort sur la photo de la défunte. Il avait ensuite sollicité de l’aide de ses proches afin de fournir à Myongwha des soins contre sa maladie, mais tous ou presque l’avaient rejeté. Myongwha fut très rapidement emportée par la maladie. Un soir à Seocho-dong, il prend comme client son neveu Jihoon, qui vient vraisemblablement de quitter une prostituée. Bien sûr, il est gêné par cette situation et indique à son oncle son ancienne adresse. La discussion reste banale. Après avoir déposé son neveu Yongdae s’arrête pour fumer une cigarette. C’est alors qu’il aperçoit son neveu monter dans un autre taxi pour retourner d’où il vient… Yongdae se repasse les enregistrements de sa femme et fonce à travers la nuit.

Rhim Hye-suk et sa fille ont disparu. Kim, le propriétaire de la ferme de Gu-i où elles logeaient harcèle la police pour qu’elle parte à sa recherche. Leur disparation est peut-être liée à la rumeur qui circule en ville… La belle-fille de Hwang, le pharmacien de Geum-gu, elle aussi a disparu. Il est donc contraint de reprendre du service pour la remplacer au comptoir, malgré la rumeur selon laquelle elle se serait enfuie avec un amant… Toutes sortes de rumeurs toutes plus folles les unes que les autres circulent à propos des disparitions. Certaines se révéleront même proches de la vérité...

Lee Yi-song est désignée par ses parents pour aller au Japon seconder dans ses tâches quotidiennes sa sœur Yi-eun dont le bras droit est plâtré. En effet, son mari, Tomo, un japonais, est absent une grande partie de la journée. Sans travail depuis cinq mois depuis qu’elle s’était fait virer de son du service administratif d’une petite université de banlieue où elle avait travaillé pendant treize ans. Son père, au chômage également, décide de l’accompagner. Lors d’un repas avec la belle-famille, le père but plus que de raison entraîné par la grand-mère de Tomo, une ancienne geisha. Ceci rendit Yi-eun furieuse. Le lendemain, elle découvrit les graines d’épinard qu’il avait semé sur le balcon, pensait avoir mis des fleurs. L’événement fut bientôt oublié, car le père fut pris de vertiges. Cela était dû à un caillou dans son oreille interne. Le moment de partir arrivait alors que les épinards se développaient. À la place, des graines de fleurs pourraient être semées.

K est artiste vidéo. Il réalise des séries télévisées, des films de campagnes électorales, ainsi que des cérémonies de mariage. Mais ce qui rend folle sa petite amie, ce sont ses stoppies à moto. Tout tourne autour des cercles dans leur relation, tantôt une pellicule, tantôt un pneu...

L’accordement d’un piano récemment acquis par le personnage principal pour son épouse est effectué par un ami à elle, un de ses élèves travailleurs étrangers qui apprend le coréen. Sa maîtrise de la langue est assez sommaire, étant donné qu’il l’apprend depuis environ six mois, mais la communication s’effectue finalement entre la coréen et l’indien sikh originaire de Penjab, du nom de Satbir Singh. Après qu’il a fini son travail, les deux hommes boivent une bière dans le canapé. L’alcool délie un peu les langues et ils apprennent des choses l’un sur l’autre. Le mari comprend que sa femme se sent seule, faute d’avoir un enfant...

Même s’ils n’ont pas fait l’amour depuis plusieurs mois, lorsque le policier lui annonce que son mari est suspect dans une histoire de viol doublé d’un meurtre, elle ne le croit pas. Pourtant les preuves s’accumulent. Elle reste dans le déni jusqu’au moment où elle lui rend visite. Mais au parloir, elle l’inonde d’insultes et de reproches, parce qu’elle a perdu son emploi et que les voisins la fuient. Mais, lui nie en bloc, et la supplie de le croire…

Des relations sentimentales entre une garçon et une fille ou une femme et un homme sont caressées à travers neuf courtes histoires : Premier amour, Le vent, La montagne bleue, Clair de lune, Les épaules, Liberté, La voix, La forêt de l’ouest, Le temps.

Une jeune fille qui a arrêté prématurément ses études travaille dans un magasin de photocopies située en fac de la seule université de la petite ville. Elle vit avec son petit frère et son père invalide, depuis que leur mère les a quittés tous. Les appareils électroménagers tombent en panne les uns après les autres et la réserve de fuel est presque vide. Qui plus est, un chaton est tombé dans la cheminée. Quand elle retrouve la roue de vélo en Légo de son petit frère, elle l’écrase violemment.

Le chef d’une usine de conserve a disparu sans laisser de traces. Pak est le dernier ouvrier à l’avoir vu, mais il a refusé d’aller boire un verre avec lui après le travail. La femme du chef est avec sa fille à l’étranger pour un séjour linguistique. Son mari lui a envoyé une cargaison de boîtes de conserves, mais elle n’en consomme pas… Comme la police ne retrouve pas la trace du chef, le directeur de l’usine nomme Pak à sa place. Celui-ci découvre dans ses conserves des effets personnels de son prédécesseur, comme des factures.

Références


Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la littérature
  • Portail de la Corée