Encyclopédie Wikimonde

Othman Jorio

Aller à : navigation, rechercher

Othman Jorio (en arabe عثمان جوريو), né en 1916 à Rabat, il est décédé le 6 décembre 2009 à l'âge de 93 ans[1]. Figure historique du panthéon marocain, grand érudit, écrivain, poète et enseignant, il fût l'un des signataires du Manifeste de l'indépendance du Maroc.

Biographie

Dès 1932, Othman Jorio rejoint l'Association islamique de bienfaisance. Activiste de la première heure, Othman Jorio avait courageusement lutté contre les forces coloniales, par son action politique, ses textes littéraires et ses chants patriotiques.

Othman Jorio est l'un des fondateurs de l'enseignement privé national avec l'école Rhamania. Il entretenait de solides relations avec Ahmed Balafrej à l'École M'hammed Guessous, école dont il a écrit l'hymne.

Othman Jorio a rédigé de nombreuses motions aboutissant au Manifeste de l'Indépendance adressé par les Ouléma, les jeunes, les ouvriers, les artisans et commerçants au sultan Mohamed V. Il a publié plusieurs articles au journal « Al Atlas» et à la revue « Al-Maghreb » Othman Jorio a poursuivi son action nationale dans le cadre de l'enseignement privé à la tête de l'établissement des écoles Mohammed V. Ces établissements ont joué un rôle pionnier dans la formation des générations patriotiques et dans la préservation de la langue arabe et des valeurs islamiques. Il est le grand-oncle de l'auteur belgo-marocain Nawfal Jorio.

Œuvres

Othman Jorio est l'auteur de nombreuses œuvres scientifiques et littéraires dont le manuel "Al Moutalaâ Al Arabia" pour le cycle primaire (1943)[2]. Cette figure de la résistance a aussi légué plusieurs textes littéraires et des chants patriotiques qu'il enseignait à ses élèves, bravant la censure des autorités du protectorat qui l'ont empêché de les publier.

Prix et distinctions

Othman Jorio avait accédé à des titres prestigieux, notamment "la Alimiya" en 1948 à l'université Al Quaraouiyine, l'une des plus anciennes du monde et fondée par Fatima El Fihriya

Famille

Nawfal Jorio

== Notes et références ==Article publié sur Wikimonde Plus.