Encyclopédie Wikimonde

Pédagogie Kaddouch

Aller à : navigation, rechercher
Robert Kaddouch à Vienne, dans une maternelle.

Robert Kaddouch conçoit la Pédagogie Kaddouch à partir de la méthode qu'il a développée dans le cadre de son enseignement musical.
Le concept fondateur de la pédagogie Kaddouch est la Conductibilité[1]

Cette technique à été étudiée à La Sorbonne et à l'École nationale supérieure[2].

Le concept fondateur: la Conductibilité[3]

La conductibilité[4] est le concept fondateur de la méthode Kaddouch. Ce concept a fait l'objet d'un colloque à l'université de Toulouse le Mirail[5] « Bergson, Kaddouch, le philosophe et le pédagogue », de conférences dans le cadre d'échanges culturels organisés par les ambassades de France à Helsinki (Finlande), Vienne (Autriche), Stockholm (Suède)[6], Budapest (Hongrie)[7] ... et d'ouvrages[8]

Conférence Robert Kaddouch au Centre Culturel Français d'Helsinki

La Conductibilité est une faculté humaine. Elle consiste à communiquer par la création. La conductibilité ne constitue pas seulement la possibilité d'inventer une solution dans une situation inédite (non connue à l'avance), elle ne se réduit pas à l'innovation ; elle permet de partager sa sensibilité et de devenir réceptif à la sensibilité d'autrui. En résumé, création et communication demeurent les deux dimensions fondamentales de la conductibilité.

Ce concept est à rapprocher des idées de Bergson quand il dit : « l'homme n'existe qu'en créant » et quand il parle d'une ouverture dynamique, plutôt qu'une ouverture statique.Une thèse en philosophie[9] vient d'aborder ce sujet ainsi que l'ouvrage "Des mimes et des murs"[10],[11]

Les quatre niveaux de Conductibilité

La conductibilité est la communication par la création : [12],[13]

  1. la communication « mondaine » : non créative et non personnelle
  2. la communication « banale-égocentrique » : non créative et personnelle
  3. la communication « experte-allocentrique » : créative et non personnelle et la communication sous conductibilité, idéale dans une situation d'enseignement, selon Robert Kaddouch.
  4. la communication « ductile »[14]: créative et personnelle

L'enfant au centre du processus d'apprentissage

L'enfant, acteur de son apprentissage[15], adopte une attitude de dialogue et une écoute constructive (écouter et donner le sens) qui générera le plaisir, moteur de l'apprentissage et de la performance naturelle. Car un enfant qui aime est un enfant qui veut, et un enfant qui veut désinhibe ses résistances en libérant ses potentiels pour créer simplement, comme s'il jouait[16]. Jouer à apprendre prend ainsi toute sa dimension et on comprendra les 4 phases de cette pédagogie.

La méthode en quatre étapes

1 - Jouer sans apprendre

Improviser, « jouer au piano » quand on est un bébé[17], inventer des mélodies ou structurer spontanément un rythme, voilà l'aspect le plus démonstratif de cette pédagogie qui met en parallèle le développement de l'enfant et la matière enseignée.

2 - Jouer à apprendre

En alternant création et recréation, le tout-petit, encouragé dans son élan de découverte, exprime son désir de participer au monde qui l'entoure par l'élaboration spontanée de stratégies de prise d'information exprimées et exercées par le jeu exploratif.

3 - Apprendre à jouer

Cette manière structurée d'appréhender la connaissance est commune et familière à tous les enfants, elle illustre l'idée selon laquelle le plaisir rend intelligent.L'apprentissage technique prend alors tout son sens, celui d'une mise en forme du projet musical.

4 - Apprendre à apprendre

Ainsi, par la mise en œuvre de moteurs d'apprentissage nés de son expérience musicale, le jeune enfant, accèdera plus aisément à toute forme de connaissance

La pédagogie Kaddouch et l'improvisation

Gary Peacock et Robert Kaddouch en enregistrement dans les studios Avatar de New York

Robert Kaddouch est un concertiste -improvisateur, il a appris cet art aux côtés des plus grands : Martial Solal, Gary Peacock, Eddie Gomez, Jean-François Jenny-Clark, Daniel Humair, Ahmad Jamal. Dans le cadre de sa pédagogie, il utilise l'accompagnement proprioceptif[18] : à quatre mains, le professeur permet à l'élève d'aller où il veut, de valider ses choix, par un soutien musical comparable au parent qui tien la selle du vélo pour permettre à l'enfant de tenir l'équilibre et de choisir son intinéraire. Par l'observation minitieuse des choix sonores-musicaux opérés par l'enfant, le professeur dégagera des zones de réussites (là où l'enfant aime aller) et un ancrage (levier qui permettra d'organiser les acquisitions). Ainsi, l'activité d'improvisation n'est pas un objectif mais un moyen pour l'enfant, d'accéder à ses goûts profonds.Robert Kaddouch différencie bien l'improvisation de production (telle que la pratique Bill Evans) et l'improvisation heuristique qui permet de chercher ses zones de réussite. Dès lors, la méthode (meta-hodos : chemin suivi) consistera à positionner l'élève et le professeur dans un dispositif de recherche dont le développement expressif de l'élève est la consécration. Ce dispositif comprend des postures, des gestes pédagogiques et des techniques précises.

Les 4 postures pédagogiques

École Normale Supérieure de Paris - Conférence de Robert Kaddouch - Mars 2012 -

1. la posture Dialogique

2. la posture Empathique

3. la posture Inductive

4. la posture Opératoire
(source: Conférences donnée à Stockholm en avril 2000)

Les 4 gestes pédagogiques

1. Déclencher par la posture dialogique

2. Observer par la posture empathique

3. Provoquer par la posture inductive

4. Valider par la posture opératoire
(source: Conférence donnée à l'Institut Dalcroze de Genève en septembre 2010)

La création

La pédagogie Kaddouch considère l'acte d'apprentissage comme création[19]. La création est la résolution d'une situation-problème inédite. Une situation-problème inédite est une situation dans laquelle un élève ne connaît pas à l'avance la solution à son problème. Une situation-problème inédite se distingue d'une situation -problème stéréotypée dans laquelle l'élève sait déjà de quelle façon résoudre son problème.De plus, il existe des actes de création personnels et impersonnels. Un acte de création personnel est un acte qui résout une situation-problème qui intéresse véritablement l'élève, c'est-à-dire qui se rattache à ses goûts profonds.(source : conférence de Robert Kaddouch à l'École Normale Supérieure, le 8 mars 2012)[20]

La notation Kaddouch

« L'artiste improvisateur est Chrono-Dépendant. Il lui faut beaucoup de temps pour actualiser ses connaissances car leur format de stockage et la dynamique de récupération sont inadaptés à la situation et cela relève un problème d'apprentissage, une grande question pédagogique. Sa mémoire de travail est vite saturée par la charge qui lui est imposée. Pour combler ce déficit attentionnel, l'improvisateur va stocker des phrases stéréotypées afin de répondre aux situation courantes, et développer des combinatoires mêlant gammes, modes et accords préalablement stockés. L'improvisateur ainsi aliéné devient un ouvrier-recompositeur qui ne vit qu'à travers de multiples autres (les phrases qu'il a automatisées). La notation Kaddouch est un moyen de régler le problème du délai temporel, des limites imposées par le temps, en encourageant les voies cognitives supérieures, celles du calcul mental, et en donnant une image spatiale de la structure harmonique, ouvrant ainsi un champ d'expression défiant en partie, les lois du temps. Par cette notation, la signature physiologique dégagera les particularités morphologiques, dynamiques et structurelles du thème soumis à l'épreuve de l'improvisateur, sa problématique. Comment Beethoven, sourd, aurait-il pu construire un nouveau langage musical sans avoir imaginé une solution de transaction des formes sonores, n'a t-il pas été le premier inventer d'une représentation géométrique mentale, support d'une dynamique de composition par médiation spatiale ? »[21]

(conférence de Robert Kaddouch, le 25 avril 2013, lors du colloque "Bergson et la pédagogie", université Toulouse le Mirail, département de philosophie )

La méthode d'apprentissage des langues: Kaddouch Language School

La musique est une langue et le langage est musique. La prosodie du langage existe avant le langage. partant de l'aptitude du tout-petit à jouer avec les mots, Kaddouch Language School, en encourageant la motricité du langage et l'improvisation langagière, active les "moteurs linguistiques" auditifs, corporelles et posturaux, et prédispose le jeune enfant à l'apprentissage de toutes les langues.

1° Phase audio- affective
à partir d'histoires illustrées par la musique et la dynamique corporelle de chaque langue présentée tour à tour

2° Phase audio-motrice
improvisations langagières

3° Phase audio-linguistique
audition probabiliste, statistique, sensibilité structurelle (la structure de chaque langue), développement du diaphragme auditif (la bande passante de la langue), la perception modulatoire (les verbes conjugués).

4° Le Protolangage
l'enseignement de la langue "idéale" pour chaque enfant, langue matrice (et non maternelle) propre à déclencher les moteurs linguistiques, et générer le polylinguisme.
5° Le polylinguisme
et ses implications dans le développements des structures mentales.

Cette méthode qui repose sur des données cognitives [22] récentes a été présentée au Collège de France, au linguiste Claude Hagège, qui y a apporté toute son attention.

La méthode d'éveil corporel : Musique, Intelligence et Mouvement

La méthode Kaddouch MIM déjà utilisée en Suède, utilise tout d'abord un déclencheur qui peut être un son, une mélodie, l'espace, une sensation, une idée...
Ce déclencheur provoque une émotion (ex-movere)au sens ou le système nerveux ne peut garder les informations: il les restitue d'un manière ou d'une autre.De cette réaction se constitue une posture comme construction, shèmes de comportements adaptés.La pédagogie Kaddouch va alors utiliser un dispositif de MURS et de MIMES, c'est-à-dire que le musicien va suivre et porter les mouvements du danseur, l'empêcher d'imiter d'autres gestes (Murs)et lui permettre de générer un système cohérent (Mimes).Donc pas d'imitation gestuelle au début, mais des représentations sonores évocatrices par technique de synesthésie fonctionnelle utilisant les neurones miroirs (proposer un geste par le son en stimulant les centres moteurs, mais sans donner le geste lui-même). Le dialogue corporel-gestuel (avec le professeur de danse) viendra apporter les solutions quand le problème aura été posé par l'apprenti.Ainsi, l'élève "n'apprend pas un geste, mais gère des phénomènes physiques en rapport avec sa nature gestuelle"[23].

notes d'après une conférence donnée par Robert Kaddouch à Stockholm en avril 2000, pour le festival Spelplan Stockholm.

Les premiers pas [24] et la théorie MIM [25]

Kaddouch Maths-Musique KMM: la méthode appliquée aux Mathématiques

Robert Kaddouch a mis au point des situations musicales demandant l'outil mathématique. De plus, il considère que les improvisateurs, pour créer en temps réel, et non utiliser des formats stéréotypés, ont intérêt à transformer les paramètres harmoniques en calcul mental. Ainsi, le musicien s'implique vraiment dans la création, il ne se contente pas de restituer dans un ordre différent.

La lecture et l'écriture, un exemple d'apprentissage ductile (sous conductibilité)

Cette pédagogique traite autant l'approche de la lecture (les déclencheurs), que les différentes stratégies de prise d'information utilisant un potentiel commun à tous, ou des qualités individuelles. L'objectif pédagogique est de générer un environnement créatif propre à permettre à l'enfant d'investir son potentiel, ses goûts profonds, dans l'apprentissage, illustrant ainsi "lire, c'est créer, ce n'est pas se soumettre".

Formation Kaddouch au Conservatoire de Lausanne

Les déclencheurs:
La lecture inductive, inventée, par sub-position, rétroactive, probabiliste, géométrique-modulaire, le déchiffrage improvisé.

Les stratégies
La lecture mécanique, syntaxique, filigranique, syntagmatique, sémiotique.
Autant de techniques mises en forme dans des situations de lecture musicale, et qui commencent à être appliquées pour l'apprentissage de la lecture en général.

Un cours de lecture musicale a été mis en place en janvier 2016 à l'école Kaddouch & Music Paris, en collaboration avec l'ethnomusicologue Simha AROM.


La pédagogie Kaddouch au service de l'autisme

Dans cette méthode, on remarque 4 niveaux d'approche:

  • l'éducation par la musique
  • l'éducation à la musique
  • l'éducation pour la musique
  • l'étude musicale

Dans le premier cas, le professeur, par les techniques posturales propre à cette méthode, va permettre à des enfants autistes, d'accéder au domaine de la création et de la communication[26].

La pédagogie Kaddouch au service des enfants à haut potentiel

Le professeur, par l'analyse des improvisations de l'enfant, va comprendre quels sont ses goûts réels et ses orientations musicales[27]. Le Conservatoire de Neuchâtel[28] (Suisse) a ouvert une classe Musique & Intelligence[29] en septembre 2011 dans laquelle Robert Kaddouch développe le dispositif de cours appliqué à Paris, pour le département des enfants à haut potentiel, nourri d'échanges réguliers avec Arielle Adda, pionnière et spécialiste du sujet. L'ouvrage "Deux études de cas pour une autre pédagogie[30]" traite de Théodore, un enfant à très haut poteientiel que Robert Kaddouch suit depuis de nombreuses années.

Robert Kaddouch a exposé sa méthode à la Sorbonne (laboratoire Binet). Son thème "Musique et Intelligence" a donné lieu à une collaboration avec le Pr Olivier Houdé et son équipe, sur cette photo, à l'école Kaddouch & Music Paris

Les phrases-clé

  • "Un enfant peut apprendre tout ce qu'il sait demander"
  • "Une progression spiralaire et non séquentielle"
  • "L'enfant n'apprend pas un geste, il gère des phénomènes physiques"
  • "L'enfant parle, le maître écoute"
  • "Se soumettre à l'enfant, ce n'est pas tout admettre"
  • "Valider une erreur, c'est créer une réussite supplémentaire"
  • "Lire, c'est créer"
  • "Passer d'une réussite spontanée à une réussite nécessaire"

Ouvrages pédagogiques

  • "Musiques s'il vous plaît" recueil de pièces pour piano, niveau 1
  • "Tous en Musiques" recueil de pièces pour piano, niveau 2
  • "Les cahiers d'Ethel" recueil de pièces pour piano, niveau 3
  • "Au piano les bébés" recueil de pièces pour piano, pour les tout-petits avec un guide pédagogique
  • Cahier de musique didactique, tous âges
  • La technique du Mille-Pattes didactique, tous âges
  • "Le livre de l'improvisateur", standards de jazz ré-harmonisés
  • "do, ré, mi, fa, tralala",chansons pour enfants
  • "Les chansons à modeler, de tonton Robert" Chansons chantées dans les Cours Kaddouch
  • "Les Jeux de Piano", dispositifs permettant aux enfants de développer une vision structurée du clavier, traité lui-même comme règle à calcul

Ouvrages théoriques

  • Je voudrais improviser, Robert Kaddouch, éd. K&M
  • L'enfant et sa Musique éd. K&M
  • Grandir en Musique éd.K&M
  • Des Mimes et des Murs, pour une nouvelles approche de l'enfant par la création" Deux études de cas pour une autre pédagogie. Robert Kaddouch, en collaboration avec Sébastien Miravète.Gruppen éditions
  • L enfant, la musique et la mémoire [31](Kaddouch, Noulhiane) éditions De Boeck
  • "Le pédagogue et le philosophe, Robert Kaddouch et la Conductibilité", ouvrage collectif dirigé par Arnaud François et Sébastien Miravète, avec des textes de Pierre Montebello, Arnaud François, Jean-Hugues Barthélémy, Flora Bastiani, Sébastien Miravète. éditions l'Harmattan
  • La Notation Kaddouch Junior, éd. K&M
  • La Notation Kaddouch, des formes pour entendre, éd. K&M

Notes et références

  1. Des mimes et des murs, Gruppen 
  2. Eustelle Liesenborghs, Ecole Kaddouch : mélomanes dès le berceau
  3. LE PÉDAGOGUE ET LE PHILOSOPHE - Robert Kaddouch et la conductibilité, Arnaud François, Sébastien Miravète
  4. http://kaddouch-music.com/fr/sorbonne-fr.php.htm
  5. 24 et 25 avril 2013 – Colloque international « Bergson et la pédagogie. Usages, actualités, prolongements » – Université Toulouse le Mirail : Revue Gruppen
  6. Une école Kaddouch à Stockholm
  7. http://honlap.eotvos.elte.hu/francais
  8. Equipe de Recherche sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs (ERRAPHIS) - Des mimes et des murs
  9. http://www.revuegruppen.com/gruppen/?p=369
  10. Des mimes et des murs, gruppen 
  11. "Des mimes et des murs" Kaddouch, Miravète, éditions Gruppen
  12. (source: Conférence donnée au Conservatoire de Neuchâtel (Suisse) en février 2012)
  13. "l'enfant, la musique, la mémoire", Kaddouch, Noulhiane, éditions De Boeck
  14. L'enfant, la musique et la mémoire
  15. acteur de son apprentissage
  16. créer simplement, comme s'il jouait
  17. Improviser, " jouer au piano " quand on est un bébé
  18. L'enfant, la musique et la mémoire, De Boeck 
  19. acte d'apprentissage comme création
  20. 8 mars 2012 – Conférence Robert Kaddouch – Ecole Normale Supérieure, Paris : Revue Gruppen (http://www.revuegruppen.com/gruppen/8-mars-2012-conference-robert-kaddouch-ecole-normale-superieure-paris/)
  21. La Notation Kaddouch, des formes pour entendre, éditions Kaddouch & Music 
  22. http://kaddouch-music.com/fr/kls-fr.php.htm
  23. Brams Événements à venir » » Professeur Robert Kaddouch – ‘L’instinct créatif de la musique: les bébés, les jeunes enfants et la création musicale'
  24. http://www.ladepeche.fr/article/2011/11/29/1227153-robert-kaddouch-s-interesse-a-la-danse-avec-beatrice-dutrey.html
  25. http://kaddouch-music.com/fr/mim-fr.php
  26. cf ouvrage « 2 études de cas pédagogiques, pour une nouvelle approche de l'enfant par la création »
  27. l'enfant, va comprendre quels sont ses goûts réels et ses orientations musicales
  28. http://www.cmne.ch/enseignement/stages-camps-et-cours-de-maitres/stages/
  29. http://kaddouch-music.com/fr/musique&intelligence-fr.php
  30. Deux études de cas, pour une autre pédagogie 
  31. L'enfant, la musique et la mémoire, De Boeck 

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).