Paul Vallas

Aller à la navigation Aller à la recherche

Paul Vallas
Illustration.
Paul Vallas, en 2018.
Fonctions
1er directeur des Écoles publiques de Chicago

(5 ans, 11 mois et 16 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Arne Duncan
Biographie
Nom de naissance Paul Gust Vallas
Date de naissance (69 ans)
Lieu de naissance Chicago (Illinois, États-Unis)
Nationalité Américaine
Parti politique Parti démocrate (jusqu'en 2009)
Parti républicain (depuis 2009)

Paul Vallas, né le à Chicago, est un homme politique américain, membre du Parti républicain.

Biographie

Fils d'immigrés grecs[1], Vallas a grandi dans le secteur de Roseland à Chicago[2]. Son père a ouvert un restaurant et sa mère a travaillé comme secrétaire[1]. Il est titulaire d'un bachelor en Sciences politiques et histoire (1976)[1] et d'un master en Sciences politiques obtenus à la Western Illinois University[1],[3]. Il a travaillé comme enseignant durant une année à la «Koraes school» (une école de grammaire grecque orthodoxe)[1]. Il a débuté en politique en travaillant comme aide au Sénat d'Illinois où il s'est spécialisé dans les problématique de budget et finances des écoles[1].

Il est directeur éxécutif de la commission économique et fiscale de l'Illinois de à . Ensuite, il devient directeur du Chicago city revenue (1990-93) puis est nommé directeur du budget de la ville de Chicago (1993-95)[4],[3][5]. En 1995, le maire de Chicago Richard M. Daley crée le poste de directeur du district scolaire des écoles publiques de la ville. La présidente du comité des écoles ayant été convaincue d'extortion de fonds (330000 $[5], sur les conseils de Gery Chico, il nomme son directeur du budget, Paul Vallas comme premier titulaire[4],[5],[3]. Celui-ci conserve cette fonction jusqu'en 2001[3],[2]. Durant sa mandature, il ferme de nombreuses écoles publiques en «faillite» et renvoyant des professeurs expérimentés de ces écoles. Il les remplace par des charter school et de jeunes enseignants inexpérimentés recrutés par le système du TFA («Teach for America»)[6].

Primaire démocrate de 2002 pour le poste de gouverneur

En , Vallas ambitionne de devenir gouverneur[7]. En , en recueillant environ 430000 voix contre 456000 voix pour son adversaire, il échoue de peu à obtenir l'investiture du Parti démocrate pour le poste de gouverneur de l'Illinois[2],[3].

Partis Candidats Voix %
Démocrate Rod Blagojevich 455 622 36,54
Démocrate Paul Vallas 429 932 34,48
Démocrate Roland Burris 360 583 28,91
Démocrate Michael Bakalis 943 0,08

Changement de bord

Après son poste à Chicago, Vallas a été superintendant des écoles publiques de Philadelphie[4],[3],[3] ou selon ses opposants, il accumule un déficit de 73 millions de $ grêvant les pensions des enseignants[6]. En , il rejoint la Louisiane et dirige le Recovery School District de à la La Nouvelle-Orléans[4],[3],[3] pour y restaurer les écoles détruites par l'Ouragan Katrina. Il applique la même solution qu'à Chicago et y établit des charter school[6],[8]. En même temps que ce poste, il assume des fonctions de consultant à Haïti et au Chili[3],[6],[3]. Nommé par la Banque Interaméricaine de Développement, son passage à Haïti lui vaut par certains auteurs haïtiens le rapprochement de son nom avec le mot créole «lavalas» signifiant «pluie torrentielle catastrophique»[8].

Ensuite, en , il dirige pendant un an le renouvellement des écoles publiques désolées de Bridgeport (Connecticut) dans le Connecticut[6],[2].

Le , il quitte les démocrates pour rejoindre le Parti républicain. Il essaie d'obtenir le poste de Lieutenant-gouverneur en mais échoue aussi[2].

Candidat à la mairie de Chicago

En , il s'était porté candidat[9] à la mairie de Chicago sans succès, ne reccueillant que 5% des votes[6],[2].

En , il annonce être à nouveau candidat à la mairie de Chicago pour les élections de 2023[2].

Références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 et 1,5 Mellon 2010, p. 46.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 et 2,6 (en) « Paul Vallas Is Running For Mayor Again », sur Block Club Chicago,
  3. 3,00 3,01 3,02 3,03 3,04 3,05 3,06 3,07 3,08 3,09 et 3,10 (en) « Who is Paul Vallas? », sur Chicago Tribune,
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 Mellon 2010, p. 47.
  5. 5,0 5,1 et 5,2 Upbin 1998, p. 66.
  6. 6,0 6,1 6,2 6,3 6,4 et 6,5 (en) Richard Müch, Governing the School Under Three Decades of Neoliberal Reform : From Educracy to the Education-Industrial Complex, Taylor & Francis, , 262 p. (ISBN 9781000047981), « Chicago: Paul Vallas, Arne Duncan and Renaissance 2010 » 
  7. (en) John W. Fountain, « PUBLIC LIVES; What for an Encore? Why Not 'the Education Governor'? », New York Times,‎ (lire en ligne)
  8. 8,0 et 8,1 R. Chaudenson, Créolité, créolisation : Regards croisés, Éditions des archives contemporaines, , 277 p. (ISBN 9782813001030), « Le Vallas et l'avalasse », p. 10-12 
  9. (en) Julie Bosman et Alyssa Schukar, « What You Really Want to Know About the Candidates for Chicago Mayor », New York Times,‎ (lire en ligne)

Bibliographie

  • (en) Alan Dessof, « Paul Vallas for Sale. », District Administration, vol. 48, no 7,‎ , p. 59-62 (ISSN 1537-5749)
  • (en) Elizabeth Useem, « Big City Superintendent as Powerful CEO: Paul Vallas in Philadelphia », Peabody Journal of Education, Taylor & Francis, vol. 84, no 3,‎ , p. 300-317 (DOI 10.1080/01619560902973480)
  • (en) Alexander Russo, « Political educator: Paul Vallas became the nation's most sought-after superintendent by bringing order and energy to Chicago's moribund school system », Education Next, Hoover Institution Press, vol. 3, no 1,‎ , p. 38-44 (ISSN 1539-9672)
  • (en) Bruce Upbin, « Chain Saw Paul », Forbes, vol. 161, no 7,‎ , p. 66-68 (ISSN 0015-6914)
  • (en) Ericka Mellon, « PROFILE. Working Hard in the Big Easy: Five years post-Katrina, Paul Vallas continues to rebuild the New Orleans Recovery School District. », District Administration, vol. 46, no 8,‎ , p. 44-50 (ISSN 1537-5749)

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).