Pierre Bardina

Aller à la navigation Aller à la recherche

Erreur Lua dans Module:Infobox/Localdata à la ligne 29 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Pierre Bardina, né le à Carcassonne, dans le quartier de la Trivalle est un Français, plongeur professionnel devenu entrepreneur spécialisé dans les appareillages destinés aux personnes à mobilité réduite à la suite d'un accident de plongée.

Biographie

D'abord étudiant en arts plastiques à Marseille, Pierre Bardina découvre le site des calanques et effectue ses premières expériences sous-marines en compagnie de plongeurs aguerris. Il en fera son métier.

En 1990, il bat le record du monde de plongée (durée, 5 jours sous l'eau) dans l'Aquarium du Prado à Marseille.

Le but recherché dans cette action est la promotion de sa première Start-up : Les Éboueurs de la Mer SA, entreprise vouée à la protection de l'environnement marin et sous-marin et à l'intervention rapide sur sites frappés de pollution accidentelle. Entre 1990 et 1995, il conçoit l'Aquapoub, première poubelle flottante pour bateaux de plaisance et le MareQuad, machine de nettoyage des plages. Les clients sont de grands groupes pétrolier comme Total ou Elf. L'entreprise emploie jusqu'à sept plongeurs professionnels. Les investissements requis par l'activité endettent trop fortement l'entreprise qui doit déposer le bilan.

Pierre Bardina vit mal cet échec et s'expatrie. Il donne des cours de plongée en Espagne, en Italie puis en Égypte.

Du handicap à l’entreprenariat

En 1996, Pierre Bardina est victime d'un grave accident de décompression. Il fait un malaise lors d'une plongée au large de Ras Mohammed (Égypte)[1], qui le paralyse d'abord entièrement. Il est d'abord hospitalisé en unité de soins intensifs en Égypte, en Israël, au CHU de Purpan à Toulouse, et parvient à retrouver l'usage de ses bras. Il passe une année entière au Centre de rééducation de Cerbère (Pyrénées-Orientales). Là, il rencontre le jeune espoir de rugby Nicolas Massat[2], qui vient d'être amputé des deux jambes à la suite d'un accident de voiture.

En 1997, les deux paraplégiques créent l’association L’Altaïr dans le but de faire redécouvrir la plage et la mer à d’autres handicapés moteurs, traversée de l’Atlantique à la clé, en cinq semaines à bord d'un catamaran, encadrés par des personnes valides. Ils enchainent en fondant une base de char à voile adaptée aux handicapés moteurs intégrée au club nautique de La Franqui (Aude).

Et parallèlement, ils préparent un plus important voyage. En 1999, une équipe de six hommes handicapés et valides prennent la mer à Leucate à bord d'un catamaran pour 6 mois, direction la mer Rouge jusqu'à Djibouti. Ils parcourent 16200 km sur les traces d’Henry de Monfreid. Pierre Bardina fera de ce projet un livre: Sur la route d’Henry de Monfreid qu'il présente en France dans une série de conférences dans des centres de rééducation.

Pierre Bardina a bien annoncé ses conférences mais il identifie à cette occasion une fracture numérique : l'accès à Internet est quasiment impossible depuis les Centres de Rééducation français. C'est l'étoffe de son prochain projet, les ordinateurs portables en sont à leurs débuts, les smartphones à peine lancés et les tablettes n'existant pas encore.

En 2001, Pierre Bardina se lance dans le déploiement de bornes ANDY, bornes d'accès gratuit à Internet destinées aux patients des centres de rééducation. La société Coloplast est son principal sponsor, qui prend en charge le développement des bornes. De 2002 à 2007 ces bornes seront installées dans 24 centres de rééducation français.

Ce projet est décrit sur son site andy.fr, consacré au handicap moteur. Il le revend en 2003 à Coloplast mais en reste le principal consultant. En 2007 le site andy.fr est l'un des plus fréquentés de sa catégorie en langue française. Il compte 143 000 nouveaux visiteurs, chaque mois en moyenne 200 internautes déclarant être handicapés se sont inscrits sur la newsletter, dont 70% dans les centres de rééducation.

En 2010, Pierre Bardina monte une nouvelle expédition et part le pour relier Valras à Alexandrie avec un mini trimaran adapté à ses besoins.

Du Segway au Nino

Toujours à la recherche de meilleurs appareils et inventions, Pierre Bardina teste beaucoup des équipements et appareillages destinés aux personnes à mobilité réduite et décrit ses expériences sur son site andy.fr.[réf. nécessaire]

À cette époque, la technologie d’auto-balancement du Gyropode de Segway fait le buzz sur Internet et la première adaptation en chaise roulante est développée en Suisse par Paolo Badano[3] de la société Genny Mobility, basée à Savone[4]. Cet entrepreneur est un artisan du bâtiment, paraplégique à la suite d'un accident de moto. Il s’est tourné vers les frêres Renzo et Fausto Nosenzo, des italiens spécialisés dans l’adaptation de tout type de véhicules pour mettre au point l’adaptation du Segway – le Genny 1.0.

En 2012, Genny Mobility présente le Genny 2.0 mais il coute 4000 euros de plus que le modèle précédent qui disparait purement et simplement de l'offre. Toutefois, les frères Nosenzo reprennent la commercialisation de ce modèle.[réf. nécessaire]

En 2013, Pierre Bardina fonde la société, Mobilygo[5],[6], modifie le véhicule pour un usage par des handicapés moteurs comme lui et rebaptise le tout: l'Ygo est disponible dans une version urbaine, Ygo City et une version tout chemin, Ygo Country. Le pilotage reste celui du Segway, le guidon est remplacé par un modèle cintré et équipé d'un siège. Pierre Bardina fait la promotion de l'Ygo à Carcassonne[7],[8] et auprès des associations de sport et handicap.[9],[10], Ygo Services s'adresse aux collectivités, associations ou entreprises qui souhaitent s'ouvrir aux personnes handicapées.

Segway est à cette époque enlisé dans un combat de violation de patente par Ninebot, investisseur devenu concurrent et qui reprendra le fabricant américain en 2015. Ninebot reprend la coopération avec Pierre Bardini qui monte alors avec sa compagne Esther, Nino Robotics, destiné à la conception et la fabrication d'appareils de locomotion pour les personnes à mobilité réduite[11]. L'entreprise a d'abord son siège à Saint-Jean-de-la-Blaquière en 2014 puis à Soubès, près de Lodève, dans l’Hérault à partir de 2017.

Le premier engin de la gamme est un fauteuil gyropode, Nino, basé sur la technologie du Ninebot Elite de Segway-Ninebot, lancé en à Las Vegas au Consumer Electronics Show[12]. L’électronique embarquée permet d'en gérer la stabilité. Il peut se connecte à un smartphone ou une tablette pour en contrôler les fonctions via une application dédiée. En lice pour le Grand Prix de l'Innovation de la Foire de Paris 2015, le Nino ne sera pas primé cette année-là mais reçoit un franc succès d'estime, tout comme au Salon Handica à Lyon[13]. « Parce que le design de Nino Robotics améliore significativement l’estime de soi, il a une influence très forte sur la sociabilisation de ses utilisateurs et, par rebond, sur leur moral et leur santé » explique Pierre Bardina[14].

Nino Robotics et Pierre Bardina reçoivent de nombreux prix et récompenses :

  • Grand Prix du Jury à l'édition 2015 du Medpi à Monaco[15],[16],
  • Lauréat du trophée Aéroport de Paris (ADP) au Paris Air Forum 2018[17]
  • Gagnant du Pitch Contest de Movin’on (Michelin) 2018[18]
  • Trophée de la mobilité intelligente et durable au concours régional Les Inn’Ovations 2020[19] remis par Thierry Cammal, Directeur Général de Renault Software Labs

En 2018, Nino Robotics est approchée par Aéroports de Paris pour repenser la mobilité sur les sites aéroportuaires, et par Eiffage pour celle des Eco-Quartiers. C'est ainsi que Pierre Bardina développe un nouveau transporteur, le Nino4All.

En 2020, Nino Robotics signe un partenariat avec la Direction de l'Impact Social et Durable du groupe Renault qui "investit dans la micromobilité assise, électrique et connectée". L’objectif est de contribuer au développement du modèle NINO4, parce qu'il est équipé de "quatre roues motrices"[20].

Trivia

En 2019, le réalisateur Hirokazu Kore-Eda contacte Nino Robotics pour faire faire un fauteuil roulant blanc qui fut piloté par Catherine Deneuve dans le film La Vérité présenté à la Mostra de Venise 2019.

La même année, Netflix contacté l'entreprise pour utiliser deux des Nino dans une série tirée de la BD manga des années 1990 "Warrior Nin Areala" de Ben Dunn.

Bibliographie

  • Sur la route d'Henry de Monfreid, Pierre Bardina (Auteur), Yves Théobald (Photographies), 2000, Éditeur France Delory, 160 pages, (ISBN 978-2913713130)

Notes et références

  1. L. C., « Insubmersible », sur lindependant.fr, (consulté le ).
  2. cf https://www.midilibre.fr/2016/08/28/le-sport-ca-a-ete-ma-sortie-de-secours,1384991.php
  3. cf https://www.letemps.ch/societe/paolo-badano-revolutionnaire-mobilite-chaise-roulante
  4. cf https://www.gennymobility.com/fr/int/story
  5. cf https://www.f6s.com/pierrebardina
  6. cf http://dd48.blogs.apf.asso.fr/archive/2015/01/22/mobil-ygo-77327.html
  7. cf https://www.ladepeche.fr/article/2013/04/22/1611193-carcassonne-la-cite-accessible-a-tous-c-est-bientot.html
  8. cf https://www.lindependant.fr/2013/05/17/l-ygo-rend-la-cite-accessible-aux-handicapes,1755467.php
  9. cf https://res.asso.fr/presentation-mobilygo.html
  10. cf http://dd48.blogs.apf.asso.fr/archive/2015/01/22/mobil-ygo-77327.html
  11. Lien brisé cf https://www.carcassonne.org/article-page/pierre-bardina-un-carcassonnais-la-tete-dune-start-visionnaire
  12. cf https://www.lesnumeriques.com/trottinette-electrique/nino-robotics-nino-p26207/medpi-2015-grand-prix-jury-pour-gyropode-nino-nino-robotics-n42441.html
  13. cf http://www.hacavie.com/aides-techniques/articles/le-nino-de-nino-robotics-transporteur-assis-intelligent/
  14. Chantal Houzelle, « Comment est né Nino, le fauteuil électrique inspiré du gyropode », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  15. cf https://www.lsa-conso.fr/medpi-2015-le-palmares-des-prix-de-l-innovation,211252
  16. cf https://www.nino-robotics.com/medpi-2015-mai-2015/
  17. cf https://www.parisaeroport.fr/groupe/groupe-et-strategie/notre-strategie/innovation/actualit%C3%A9s/paris-air-forum-2018
  18. Lien brisé cf https://summit.movinonconnect.com/mobilite/nino-robotics-mettre-la-personne-en-valeur/#/
  19. cf https://www.agence-adocc.com/actualites/nomines-les-innovations-2020/
  20. cf http://www.hacavie.com/aides-techniques/articles/nino-4/

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).