Encyclopédie Wikimonde

Pierre Piccinin

Aller à : navigation, rechercher
Fichier:PP Libye 1.jpg
Pierre Piccinin

Pierre Piccinin est un historien et politologue belge, spécialisé dans le monde arabo-musulman. Il enseigne l'histoire et les sciences politiques à l'École européenne de Bruxelles I. Il a exercé une fonction scientifique à l'Université libre de Bruxelles pendant plusieurs années, avant de démissionner. Il exerce depuis lors une fonction pédagogique pour l'Université catholique de Louvain.

Après une formation en histoire de l'antiquité classique, archéologie et science politique à l'Université Libre de Bruxelles, il a poursuivi des études de troisième cycle à l'Université de Paris I - Panthéon Sorbonne et à l'École Pratique des Hautes Études, en histoire, archéologie et science religieuse. Il a ensuite enseigné à l'École belge de Lubumbashi, en République démocratique du Congo.[1]

Pierre Piccinin est l'auteur de nombreux articles scientifiques et d'articles d'analyse politique et d'opinion publiés dans la presse belge et internationale. Ses prises de position à contre-courant dans les domaines social et politique et ses multiples réactions en défense de l'Eglise catholique permettent de le définir en tant que catholique de gauche.

La défense de l'Eglise catholique

Bien qu'il ne cache pas sa sympathie pour la doctrine sociale de la Théologie de la Libération, Pierre Piccinin défend le principe de l'obéissance au pape comme successeur de l'Apôtre Pierre et Vicaire du Christ[2]. Il a contesté les critiques du théologien allemand Hans Küng[3] et a pris le parti de Monseigneur André Léonard, Archevêque et Primat de Belgique, face aux attaques de l'Abbé Gabriel Ringlet[4].

Son départ de l'ULB

Pierre Piccinin a démissionné de l'Université Libre de Bruxelles en 2009. Il y exerçait une fonction scientifique accessoire depuis huit ans, lorsque la Faculté de Philosophie et Lettres a refusé de renouveler son mandat[5]. Cette décision a suivi de peu la publication d'un article dans les journaux Le Soir et La Libre Belgique[6]. Dans cet article, Pierre Piccinin défendait l'encyclique sociale Caritas in Veritate du pape Benoît XVI et sa politique de lutte contre le sida en Afrique. Le doyen de la Faculté a motivé la décision du conseil facultaire par le fait que l'intitulé du titre scientifique duquel Pierre Piccinin avait signé l'article ne correspondait pas avec exactitude à sa fonction à l'ULB[7], un type d'erreur pourtant fréquent et sans conséquence. La Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université Libre de Bruxelles est réputée compter un nombre important de francs-maçons anticléricaux. L'ULB fut fondée en 1934 par la franc-maçonnerie belge pour contrebalancer l'enseignement catholique de l'Université de Louvain (Leuven) [8]. Après un appel au recteur resté sans suite[réf. nécessaire] , Pierre Piccinin a démissionné de ses fonctions avant que son dernier mandat prît fin.

Pierre Piccinin et le Printemps arabe

Fichier:PP Libye 2.jpg
Pierre Piccinin sur le front en Libye

Pierre Piccinin s'est distingué lors des révolutions du Printemps arabe. Il s'est rendu à Tunis (Tunisie), et sur la place Tahrir au Caire (Egypte). En Syrie, il a parcouru le pays pendant plusieurs semaines, alors que les journalistes étrangers étaient interdits d'entrée. Il a rapporté les événements et dénoncé les excès des médias. En Libye, il a séjourné à Benghazi et a ensuite accompagné un groupe de rebelles sur le front, pendant plusieurs jours, lors du siège de Sirte. Il a publié plusieurs interviews et des articles proposant des analyses originales.

L'affaire de Hama

Lors de son périple syrien, en juillet 2011, Pierre Piccinin a réussi à entrer dans la ville de Hama, le fief des Frères musulmans en Syrie, à l'époque assiégé par l'armée du régime. Il a participé aux manifestations d'opposition au gouvernement de Bachar el-Assad et filmé les événements. Il a ainsi montré que le nombre des manifestants était très fortement exagéré par les médias occidentaux : alors qu'ils annonçaient 500.000 manifestants à Hama, les images rapportées par Pierre Piccinin permirent d'en décompter moins de 10.000. Dans plusieurs articles[9], traduits en espagnol[10], en anglais[11], en italien[12] et en allemand[13], il a dénoncé la désinformation médiatique concernant la Syrie.

Liens externes

Site web de Pierre Piccinin

Notes et références

  1. Curriculum vitae et liste des publications sur le site de Pierre Piccinin - [1]
  2. Un message social courageux qui est loin d'être réactionnaire (Le Soir) - [2] ; et Benoît XVI, entre tradition et progrès : Benoît XVI, conservateur, étonne sur la question sociale et économique (La Libre Belgique) - [3]
  3. Independent Catholic News - [4]
  4. Osservatore Vaticano - [5]
  5. Procès verbal du Conseil facultaire de Philosophie et Lettres (ULB) du 10 décembre 2009
  6. Le pape et la capote : la dernière blague belge ? (Le Soir) - [6]
  7. Procès verbal du Conseil facultaire de Philosophie et Lettres (ULB) du 10 décembre 2009
  8. « La laïcisation de la Belgique doit beaucoup à certaines loges maçonniques (…) notamment par la fondation de l'Université Libre de Bruxelles en 1834 » - [7]
  9. Centre de Recherche sur la Mondialisation - [8]
  10. Tercera Información - [9]
  11. Counterpunch. America's Best Political Newsletter - [10]
  12. Osservatorio internazionale per i Diritti - [11]
  13. Die Evidenz - [12]

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).