Pour le pouvoir international des conseils ouvriers

Aller à la navigation Aller à la recherche

Pour le pouvoir international des conseils ouvriers (PPICO) est une revue conseilliste publiée de 1972 à 1974.

On y trouve des références à la fois aux théories de la gauche germano-hollandaise et au situationnisme. PPICO est assez caractéristique des groupes conseillistes qui se constituent durant cette période. Formé par des éléments qui se sont radicalisés en mai-, puis qui ont été amenés à rejeter les idéologies « gauchistes » (et principalement léninistes), il n'a pas de racines dans les organisations des périodes précédentes.

C'est généralement le rejet du léninisme qui est à l'origine de l'intérêt porté à l'ultra-gauche ou au conseillisme après 68. Par contre sa connaissance de ce courant et des débats qui l'ont traversé reste très limité. Il en résulte une théorie s'inspirant des quelques textes qui commencent à être réédités durant ces périodes, en particulier dans les Cahiers Spartacus et chez les toutes nouvelles éditions Champ Libre, ainsi que des textes trouvés à la Librairie La Vieille Taupe. On peut noter l'absence de référence à la gauche italienne (bordiguiste), pourtant importante dans le passé de l'ultra-gauche en France. On peut y voir deux raisons. D'une part une ignorance de l'évolution vers les positions de la gauche allemande d'une partie de ce courant (cf. par exemple les Groupes ouvriers communistes). D'autre part, une méfiance ou un rejet qui transparait dans le texte "In memoriam" publié dans le dernier numéro de la revue. Cette méfiance est alimentée par le fait que les éditeurs de PPICO ont précédemment "fréquenté" le groupe Révolution Internationale (l'un d'eux en a même été membre pendant quelques mois) qui publiquement se présentait comme continuateur de la gauche allemande, mais qui de façon interne se considérait dans le fil de la gauche communiste italienne (Bilan, Internationalisme) et refusait de critiquer radicalement la politique du parti bolchévique.

Un nouveau domaine critique apparaît dans PPICO, mais également dans d'autre publications ultra-gauche de la même époque, celui de l'écologie. Ce thème se retrouvera régulièrement par la suite dans ce courant, et sera même central pour certains groupes.

Neuf numéros publiés, certains avec des rééditions successives.

N° 1 "Communisme ou destruction de l'humanité"

N° 2 "Le vrai bordel c'est le capitalisme"

N° 3 "La Jeune Taupe - Aperçu sur les premiers groupes révolutionnaires en France"

Ce texte est précédé de l'introduction suivante :

"Un système de capitalisme d'État prit définitivement corps en Russie, non en déviant par rapport aux principes établis par Lénine -dans l'État et la Révolution par exemple- mais en s'y conformant." (Anton Pannekoek - Lénine philosophe)

N° 4 "Écologie et idéologie"

N° 5 "Sciences et politique"

N° 6 "Lisez L'Humanité à haute voix et vous sentirez mauvais de la bouche !"

N° 7 "Révolutions et idéologies"

Réédition du N° 6

N° 8 "Contre l'idéologie révolutionnaire"

N° 9 (numéro posthume) : "Notes sur les débuts de l'ultra-gauche en France"

Ce dernier numéro fait le bilan de PPICO dans un texte titré : In memoriam "P.P.I.C.O.":

"Combien de camarades sont-ils prêts à abandonner leur signe et leur petite revue, fruits d'un trésor d'imagination ?

Toujours est-il, que de nombreux camarades se complaisent dans la vie en circuit fermé, sans doute par peur d'être contaminés par quelques virus hétérodoxes, en dehors de leur groupe. La répercussion sur le plan théorique est évident : idéologie, intellectualisme et sectarisme. Chaque groupe théorise quelques aspects de la réalité tout en excommuniant les autres qui n'ont pas eu la "révélation". " L'autonomie, alibi de l'idéologie ultra-gauche - PPICO N° 3(2° Tr. 73).

Liens internes

Article publié sur Wikimonde Plus