Encyclopédie Wikimonde

Prix de l'Appel du 18 juin

Aller à : navigation, rechercher

Le prix de l'Appel du 18 juin est une distinction remise par le président de l'Union des jeunes pour le progrès, mouvement officiel des jeunes gaullistes, à une personnalité au parcours et aux convictions gaullistes. Il est considéré comme le "Prix du gaullisme".


Erreur lors de la création de la miniature : Impossible d'enregistrer la vignette sur la destination
Logo de l'Union des Jeunes pour le Progrès


Les anciens ministres et écrivains André Malraux et Maurice Druon ont été lauréats du Prix de l'Appel du 18 juin.

En 1985, le président de l'UJP, Bernard Fournier remet le prix à Roland Nungesser, ministre de la jeunesse et des sports du général de Gaulle. L'amiral Philippe de Gaulle assiste à la cérémonie.

Rudolph Granier le remettra le 23 juin 2011 à Nathalie Kosciusko-Morizet. La ministre de l’écologie a été distinguée à la fois « pour son parcours personnel exemplaire et pour sa confrontation politique avec le Front national », notamment dans son ouvrage intitulé Le Front antinational.

En 2012, le prix est remis à Hervé Gaymard, député de la Savoie, ancien ministre, pour Délivrez-nous de la France.[1]

En 2013, François Baroin, député-maire de Troyes et ancien ministre est récompensé pour son Journal de crise.[2]

En 2014, l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy reçoit le prix, à l'Assemblée nationale.[3][4] [5]

La remise de cette distinction à l'ancien président de la République entraine des critiques de Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot, l'UJP reprochant pour sa part à ces deux personnalités « d'avoir une vision sectaire du gaullisme ».[6]

En 2015, Rudolph Granier remet le prix de l'Appel du 18 juin au président du Sénat Gérard Larcher pour le Gaullisme, une solution pour demain en présence de Charles Pasqua.

En 2018, Ferréol Delmas remet le prix à l'ancien ministre Jacques Legendre, à la Fondation Charles de Gaulle.

Le Prix Croix de Lorraine

En 2018, est institué un nouveau prix décerné par l'Union des Jeunes pour le Progrès: le prix "Croix de Lorraine". Celui-ci récompense un "jeune espoir du gaullisme" dont l'engagement au cours de l'année a été particulièrement marquant.