Encyclopédie Wikimonde

Questions raciales chez les Témoins de Jéhovah

Aller à : navigation, rechercher


Les Témoins de Jéhovah estiment qu'une fraternité exempte de discriminations raciales règnent en leur sein. Toutefois, des ex-membres ont critiqué les points de vue et les agissements de la Société Watchtower sur cette question, affirmant qu'une ségrégation raciale et une dévalorisation de certaines races ont prévalu en son sein pendant plusieurs décennies. Ces affirmations ne sont toutefois pas corroborées par des historiens, ou tout du moins, sont nettement relativisées.

Point de vue des Témoins de Jéhovah sur les différences éthniques et raciales

Les Témoins de Jéhovah pensent qu'en raison de l'imperfection, aucun humain ne naît en tant que fils de Dieu, mais que tous, quelles que soient leur race ou leur origine éthnique, descendent du premier humain, Adam, qui était fils de Dieu du fait de sa parfection. Ils n'estiment pas que la race noire a été maudite suite à la déclaration de Noé à son petit-fils Canaan en Genèse 9:25[1]. Pour eux, la Bible est un livre universel qui s'adresse à tout être humain indépendemment de sa couleur de peau. En conséquence, tous les humains sont égaux et aucune race n'est supérieure à une autre[2]. Ils attendent la venue du paradis terrestre où tous les humains formeront une famille vraiment soudée[3].

Ils affirment dans leurs publications qu'une « fraternité chrétienne exempte de distinctions raciales » a toujours règné en son sein[4]. Sur leur site officiel, les Témoins de Jéhovah disent ne pas connaître de problèmes raciaux et s'opposer vivement à ceux-ci, en se basant sur des versets tels que Actes 10:34[5] ; en outre, leurs publications contiennent des photographies ou des illustrations représentant des personnes de toutes races. Samuel Herd, un fidèle afro-américain à la peau foncée, a été intégré au sein du Collège Central, autrement dit dans la direction spirituelle de l'Église.

Critiques

Pourtant, le mouvement religieux a été critiqué par deux livres sur cette question et considéré comme étant hypocrite. Un auteur affirme que, tout comme l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (mormons), il a enseigné que les Noirs, descendants de Canaan (personnage biblique maudit) ont obtenu leur peau de cette couleur par suite de la volonté divine, ce qui a valu d'une part à la Société Watchtower de la haine de la part des gouvernements noirs africains, qui la percevaient comme étant raciste, et d'autre part, des difficultés aux fidèles Noirs africains[6]. Pareillement, il est relevé qu'en 1914, Charles Taze Russell, ayant remarqué, à l'occasion de la projection publique du Photo-drame de la Création, que le nombre de blancs dans l'assistance diminuait du fait de l'augmentation du nombre de noirs présents, a décidé de séparer les travées réservées aux noirs dans le théâtre où avait lieu la projection, expliquant à ceux qui se sentaient offensés par cette mesure que la cause du Royaume primait sur toute autre considératon, et promettant que le paradis très proche supprimerait les problèmes de cet ordre[7].

De même, d'anciens ouvrages externes et une organisation évangélique de critique sur les sectes[8] relèvent qu'au début du XXe siècle, l'Église aurait maintenu la ségrégation dans ses congrégations et ses assemblées aux États-Unis (jusqu'à la fin des années 1950) et à l'étranger. En 1955, Werner Cohn reproche aux Témoins de Jéhovah plusieurs points en rapport avec les questions raciales : outre la ségrégation raciale, il déclare qu'en 1953 lorsqu'il a visité le Béthel de Brooklyn, seuls deux membres sur les plus de 400 travaillant dans au siège mondial étaient noirs ; de plus, il critique aussi la position de la Société Watchtower qui d'après lui avait pris position contre le mariage interracial[9], [10], et pensait que les blancs avaient une intelligence supérieure à celle des autres groupes raciaux[11]. En ce qui concerne le mariage interracial, en 1974 la Société Watchtower a toutefois soutenu qu'il est nullement condamné, mais qu'elle a simplement prévenu que les personnes qui contractent de tels mariages peuvent trouver de graves difficultés du fait de cette situation[12]. Pour sa part, l'ex-fidèle Randall Watters note que le Collège Central n'a jamais eu (à l'époque) de membres de race non-Caucasienne, tels que des hispaniques ou des noirs par exemple, et qu'il n'était pas utile, selon son interprétation des propos de la Société Watchtower, de traduire ses publications dans le langue espagnole, car cela constituerait du gaspillage, ce qu'il considère comme une marque de discrimination raciale[13]. Pour sa part, la Société Watchtower a déclaré que l'incorporation d'un membre masculin au sein du Collège Central ne dépendait non pas de sa race, mais de ses qualités spirituelles[14].

Plusiers ex-membres ont déclaré que la direction de l'organisation et ses dirigeants ont manifesté un fort sentiment d'antisémitisme[15]. Par exemple, le sociologue Herbert Stroup a dans ses observations dans plusieurs congrégations New-Yorkaises constaté qu'en 1945 que les Juifs étaient haïs par des Témoins de Jéhovah, car les personnes composant ce peuple étaient invariablement considérées comme étant riches, quand bien même il s'agit de juifs réfugiés[16]. Des déclarations de Joseph Franklin Rutherford concernant les Juifs semblent d'ailleurs montrer à une époque, un antagonisme plus important de la part de la Société Watchtower envers les membres de cette race qu'envers les Noirs[17]. De plus, certains propos de la Déclaration de faits envoyée à Hitler en 1933 et de la lettre qui l'accompagnait ont souvent été perçus comme étant de nature antisémite, y compris par des historiens, mais de manière plus réservée[18].

Valeur des critiques et avis d'observateurs

Bien que pour l'universitaire Firpo Carr, « le racisme a montré sa face laide, même parmi les Témoins de temps en temps »[19], et qu'il y a toujours eu une disproportion des non-blancs dans les positions élevées de l'organisation[20], les critiques sur les questions raciales ne font pas l'unanimité chez ceux qui ont étudié le mouvement religieux. Certes, quelques Béthélites noirs latino-américains se sont plaints de racisme aux sièges mondiaux de l'organisation ; de plus, certains fidèles de groupes ethniques de pays développés domineraient sur leurs coreligionnaires d'autres communautés ethniques ou raciales. Mais cette situation ne serait que le fait de certains individus et ne constituerait pas la politique officielle du mouvement religieux[21].

Par exemple, James Penton, historien et lui-même ex-fidèle, affirme que le portrait antisémite attribué à Charles Taze Russell par B.G.Harrison est caricatural et que les points de vue du fondateur des Témoins de Jéhovah ne faisaient que relayer une conception répandue dans la société du début du XXe siècle et ne traduisaient pas spécialement du racisme. Il déclare toutefois que Joseph Franklin Rutherford et Nathan Homer Knorr, les deux présidents suivants, ont apparemment considéré les noirs comme intellectuellement inférieurs (aucun d'eux ne fut choisi pour occuper des fonctions majeures dans l'organisation) sans toutefois faire clairement des commentaires anti-noirs[22]. Toutefois, des avis modérés nuancent également les critiques en reconnaissant que certaines déclarations de la Société Watchtower sous l'ère de Rutherford abordent les questions des différences raciales de manière bien plus chaleureuse[23], [24]. Le fait que les Témoins de Jéhovah ont constitué une minorité souvent maltraitée dans plusieurs pays a été avancée comme explication de ces déclarations plus favorables[25]. En revanche, le président suivant, Frederick William Franz a été très ouvert et tolérant envers les personnes étrangères.

D'après Penton, les Témoins de Jéhovah dans leur ensemble manifestent la tolérance ethnique et raciale, notamment du fait que la majorité d'entre eux vient de sociétés qui sont attachées aux valeurs exemptes de racisme. Il estime que les travaux critiques d'érudits sur la question n'ont qu'un petit fondement. Il note que les Témoins de Jéhovah ont désapprouvé la ségrégation partout où ils sont reconnus légalement[26]. Ils n'ont toutefois pas cherché à l'éliminer dans le monde qui les entoure, en raison de leur apolitisme, et ce quand bien même les lois humaines sont en conflit avec leur compréhension de la Bible[27].

Pareillement, des observateurs ont constaté que la Société Watchtower a soutenu la valeur de la tolérance ethnique et raciale parmi ses membres[28] à un plus haut degré que l'ont fait beaucoup d'autres organisations religieuses[29] et que cette Église a été davantage couronnée de succès que les autres groupes dans sa promptitude à éliminer la discrimination tribale parmi ses membres[30]. Certains estiment que « l'une des caractéristiques les plus attirantes de [l'Église], c'est sa politique traditionnelle d'égalité raciale »[31]. D'ailleurs, les Noirs, les Orientaux et les Indiens d'Amérique constituent une bonne partie des fidèles des Témoins de Jéhovah ; les Noirs sont même surreprésentés dans le mouvement religieux par rapport à leur nombre au sein de la population aux États-Unis (18 % contre 12 %)[32]. Toutes les minorités raciales et ethniques sont bien représentées aux sein de l'organisation : Italiens et Polonais en France, noirs et immigrés aux États-Unis[33]. La presse relate parfois l'unité raciale qui règne chez les Témoins de Jéhovah, notamment à l'occasion de leurs grandes assemblées internationales[34]. Selon les publications des Témoins de Jéhovah, leur unité raciale se manifeste même lorsqu'il existe une profonde hostilité entre deux tribus, comme par exemple au Ruanda entre les Tutsis et les Hutus[35].

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • Jehovah's Witnesses : The African American Enigma - A Contemporary Study (vol. I), Firpo W. Carr, 1993, révision juin 2002 (ISBN 978-0963129369)
  • "Jehovah's Witnesses and racial prejudice", The Crisis, Werner Cohn, janvier 1956
  • "Blacks and the Watchtower", Free Minds Journal, Michael Jones, juillet/août 1993, 12(4):9

Références

  1. Comment raisonner à partir des Écritures, WTBTS, 1985, p. 297
  2. Comment raisonner à partir des Écritures, WTBTS, 1985, p. 60
  3. Comment raisonner à partir des Écritures, WTBTS, 1985, p. 299
  4. Comment raisonner à partir des Écritures, WTBTS, 1986, p. 298
  5. Questions-réponses, "Les Témoins de Jéhovah ont-ils des problèmes d'ordre racial ?", sur le site officiel des Témoins de Jéhovah de France :

    « Les croyances des Témoins de Jéhovah relatives à Dieu et à l'homme les mettent à l'abri des problèmes raciaux. En parlant de Dieu, la Bible déclare : "Il a fait d'un seul homme toutes les nations des hommes, pour habiter sur toute la surface de la terre." (Actes 17:26). Elle dit encore que " Dieu n'est pas partial ". (Actes 10:34.) Les Témoins de Jéhovah adhèrent à ces déclarations bibliques. Étant donné que le genre humain descend d'un seul homme, Adam, tous les humains font partie de la même famille. Les Témoins de Jéhovah ne voient donc aucune raison de faire des distinctions d'ordre racial. La Bible les a affranchis du racisme. »

  6. We left the Watchtower for Jehovah, Bonnie Gaskill & Toni Jean Alquist Meneses, Seattle, Trinity printing, 1982, p. 22 :

    « The Watchtower, like the Mormons, also stated that God had cursed the descendants of Canaan with black skin and destined them to be servants of others [cf. The Golden Age, 24 juin 1929, p. 207] (...) Is it any wonder that the black African governments hate the white racist Watchtower Society. (...) The tragedy is that the black African Witnesses are the ones who suffer not the Watchtower Society. It's always the brothers who suffer so much. »

  7. La Tour de Garde, 1er avril 1914, pp. 105-6
  8. "Le racisme chez les Témoins de Jéhovah", sur Vigi-sectes
  9. "They hope for Armageddon", Werner Cohn, revue de Marley Cole, Jehovah's Witnesses : The New World Society The New Leader, 17 octobre 1955, pp. 24-6 :

    «  Until recent years, Negroes were not allowed to attend regular conventions of the organisation but were furnished, instead, with separate Jim Crow assemblies. To this day, there are separate 'companies' (local group) for Negro members in all southern and border states ; even as far north as Asbury Park, N.J., Negro Witnesses are segregated. When I visited the Brooklyn headquarters of the organization about two years ago, only two out of more than 400 of the headquarters staff were Negro. The top national leadership of the organization is completely white ; and in one of its rare direct references to Negroes, the organization has declared itself against racial intermarriage. »

    Herbert Hewitt Stroup, The Jehovah's Witnesses (New York : Russell & Russell, 1945), p. 29
  10. L'Âge d'or, 1er octobre 1919, édition anglaise, p. 8 :

    « Bien qu'il soit vrai que Dieu ait fait sortir toutes les nations d'un même sang, néanmoins dans les conditions présentes imparfaites, une sage ségrégation est sans doute un avantage pour tous ceux qui sont concernés. »

  11. La Tour de Garde, 15 juillet 1902, édition anglaise, p. 216 :

    « Le secret de la plus grande intelligence et aptitude de la race caucasienne (blanche) peut être dans une grande mesure attribué sans aucun doute au mélange de sang entre ses diverses branches et ceci a été évidemment conduit en grande partie par des circonstances sous contrôle divin. »

  12. La Tour de Garde, 1er mars 1974, pp. 159-60 :

    « Dans d'autres régions, les préjugés locaux engendrent la discrimination et une mauvaise attitude envers les personnes appartenant à certaines races. Ce n'est pas pour cela qu'il est mal de contracter un mariage avec une de ces personnes. Néanmoins, eu égard à ces préjugés, le chrétien clairvoyant pourra se demander si un tel mariage est à conseiller. (...) Dans certains pays, où les préjugés raciaux sont puissants, ceux-ci risquent d'accroître la tension des rapports entre les époux et de se révéler particulièrement pénibles pour les enfants. Aussi, avant d'envisager un mariage avec une personne d'une autre race, le chrétien doit-il réfléchir sérieusement aux conséquences. »

  13. "Blacks and The Watchtower", Bethel Ministries, juillet/août 1988, 7(4), pp. 1-2
  14. Lettre de la Société Watchtower à G.M. Crowder, 25 janvier 1973
  15. "The pessimistic sect's influence on mental health of its members : the case of Jehovah's Witnesses", Barbara Grizzuti Harrison, Social compass, 24:I, 1977, pp. 159-61
  16. The Jehovah's Witnesses, Herbert H. Stroup (New York : Russell and Russell, 1967), p. 154 :

    « The Jews are also hated by the Witnesses. (...) Prevalent among the Witnesses is the notion that all Jews are rich. Even refugees who have escaped to this country from persecution abroad are belivied to have brought scads of money with them. »

  17. "A Righteous Government", L'Âge d'or, J.F.Rutherford, 23 février 1927, pp. 341-345 :

    « "Be it known once and for all that those profiteering, conscienceless, selfish men who call themselves Jews, and who control the greater portion of the finances of the world and the business of the world, will never be the rulers in this new earth. God would not risk such selfish men with such an important position" »

  18. "Désintérêt de la société, désinformation de l'État, nouvelle persécution, et à présent, instrumentalisation de l'histoire ?", Persécution et résistance des Témoins de Jéhovah pendant le régime nazi (1933-1945), éditions Shortgen, p. 262
  19. Jehovah's Witnesses : The African American enigma - A contemporary study (vol. I), Firpo W. Carr, 1993, p. 219 (ISBN 978-0963129369)
  20. "Jehovah's Witnesses Religion of Racial Integration", The Crisis, Marley Cole, avril 1953, pp. 205-211, 253-255
  21. Apocalypse delayed : The story of the Jehovah's Witnesses, James Penton, Toronto : University of Toronto Press, 1997, p. 287
  22. Apocalypse delayed : The story of the Jehovah's Witnesses, James Penton, Toronto : University of Toronto Press, 1997, p. 388
  23. L'Âge d'or, 1930, p. 810 :

    « In Brazil a person of any color may marry persons of any other color, but in thirty of the forty-eight states in the United States it is illegal for a Negro to marry a white. »

  24. L'Âge d'or, 28 juin 1926, pp. 680-682 :

    « Wherever the white man goes, he confiscates the land as far as possible, and treats the native as an inferior being - a barbarian. (...) A day of reckoning is approaching. There are ominous signs that the growing intelligence of colored races will not always tolerate the arrogant dominance of the white. »

  25. The Menace of a World Race War, William Harrison
  26. Apocalypse delayed : The story of the Jehovah's Witnesses, James Penton, Toronto : University of Toronto Press, 1997, p. 286
  27. Réveillez-vous !'22 décembre 1992, p. 27
  28. (en)"Jehovah's Witness ethics", sur la BBC :

    « Jehovah's Witnesses come from all racial and ethnic groups and believe that all races are equal in the sight of God. They oppose any movement motivated by racial or ethnic hatred. »

  29. Apocalypse delayed : The story of the Jehovah's Witnesses, James Penton, Toronto : University of Toronto Press, 1997, p. 286 :

    «  [The Watchtower Society] has emphasized the value of ethnic and racial tolerance among its adherents to a greater degree than is the case with most other religious organizations. »

  30. "Jehovah's Witnesses in Africa", Bryan Wilson, New Society, 12 juillet 1973, p. 75 :

    « They are perhaps more successful than any other group in the speed with which they eliminate tribal discrimination among their own recruits. »

  31. Magazine US Catholic, William Whalen
  32. Apocalypse delayed : The story of the Jehovah's Witnesses, James Penton, Toronto : University of Toronto Press, 1997, p. 388
  33. Les Témoins de Jéhovah, Bernard Blandre, éditions Brepols, 1991, p. 130 (ISBN 2-503-50063-3)
  34. Amsterdam News, 2 août 1958 (repris dans Les Témoins de Jéhovah - Qui sont-ils, 2000, p. 24) :

    « Partout on voyait se mêler les uns aux autres, joyeusement et en toute liberté, des Noirs, des Blancs et des Jaunes de toutes conditions et venus de tous les points du globe. (...) Des Témoins originaires de 120 pays se sont côtoyés et ont écouté les discours paisiblement, montrant aux Américains qu'il n'y a là rien d'impossible. (...) Cette assemblée est un éclatant exemple de collaboration et de fraternisation. »

  35. "Succès d'un vaste programme d'enseignement en Afrique", Réveillez-vous !, 22 août 1979, p. 25

Article publié sur Wikimonde Plus.