Rabbin des Bois

Aller à la navigation Aller à la recherche
Rabbin des Bois
Description de l'image Rabbin des Bois.jpg.
Alias
Rabbin des Bois
Naissance France
Profession

Rabbin des Bois est le pseudonyme d'un hacker français de confession juive, auteur du livre Lève-toi et code publié en 2018 aux Éditions de La Martinière. Très présent dans les médias pour sa promotion, il ne posséderait que peu de compétences techniques selon une enquête du magazine Vice.[1]

Biographie

Il grandit à Chevilly-Larue en banlieue parisienne. Suite au décès de sa mère lorsqu'il était adolescent et étant de nature solitaire, il s'investit dans le codage informatique. Il commence ses activités de hacking en effectuant des ventes sur le marché noir du dark web[1] et en se spécialisant dans l’ingénierie sociale, en exploitant des failles de sécurité d’acteurs comme PayPal ou BlackBerry.[2]

Par la suite, il s'est lancé dans le vol de données, qui selon ses déclarations recueillies dans le magazine Paris Match lui a rapporté un peu moins de 200 bitcoins, soit l'équivalent d' 1,5 million d’euros[3].

En 2017, il exploite une faille SQL présente sur le site internet de Science Po Paris en filtrant les bases de données comportant quantité de données personnelles, des mots de passe, des étudiants en cours de scolarité ou récemment diplômés[4].

Rabbin des Bois déclare n’avoir aucune intention criminelle ni avoir publié le contenu des bases de données.[5] Il ne se considère pas comme un voleur[6] et déclare vouloir « aider l'école qu'il souhaite intégrer. »[7] Il contacte ainsi Sciences Po Paris par le biais du journal Le Monde pour « avertir le grand public »[8] en s'inscrivant dans une démarche de mise en évidence des failles de sécurité informatique du système d'information de l'école.

Suite au piratage, l’établissement universitaire porte plainte contre X et confirme qu'un hacker anonyme a revendiqué l'intrusion informatique en sollicitant comme contrepartie une admission à Sciences Po Paris mais affirme « qu’aucun mot de passe n’a été dérobé » et que les données étaient « non sensibles » ce qui sera démenti par le journal Le Monde[8].

Candidat au concours de Sciences Po Paris la même année, et recalé par trois fois de l’école, il est très critique envers le système éducatif français qui favorise, selon lui, essentiellement des profils « formatés. » [9] Il apprécie également l’école 42 fondé par Xavier Niel mais qui selon lui « n’a aucune portée élitiste académique. »[10]

Il affirme avoir arrêté toute activité illégale et effectue notamment des ventes de services axées sur les réseaux sociaux (vente de « likes » et « followers » sur Facebook, Twitter, et Instagram)[11]

Rabbin des Bois livre son témoignage dans son ouvrage Lève toi et code aux Éditions de La Martinière afin « d'inciter les gens à développer une conscience numérique. »[12] Il se revendique comme un lanceur d'alerte sur les enjeux de la cybersécurité et annonce dans le journal Le Parisien un « cyber 11 septembre d'ici 5 ans »[2] ainsi qu'une recrudescence des dangers liés au numérique. [13] Il estime que le coût de la cyber-criminalité « se comptera en trilliard d'ici 2020. »[14]

Néanmoins, il conserve son anonymat en se présentant masqué, en Borsalino noir tombant sur des lunettes de soleil, masque noir sur le bas du visage avec fermeture éclair imprimée en guise de bouche. Son choix du nom de son pseudonyme est lié à son admiration pour le personnage de Robin des Bois[15] et du fait de sa confession juive.[16]

Controverses

D’après une enquête du magazine Vice, il ne présenterait aucune expérience probante en développement d'outils de sécurités ou de virus mais se contenterait de les « acheter à des russes » , aucun de ses exploits ne relèverait de compétences techniques particulières, et sa célébrité serait surtout à son autopromotion à l'aide de déclarations peu vérifiables[1].

Publications

Lève-toi et code - Éditions de La Martinière - 160 pages - Parution le 16 mai 2018.

Notes et référence

  1. 1,0 1,1 et 1,2 « Rabbin des Bois : hacker ou imposteur ? », sur vice.com, (consulté le )
  2. 2,0 et 2,1 « Un hacker repenti prédit un cyber-11 Septembre d’ici cinq ans », sur leparisien.fr, (consulté le )
  3. « Les confessions d’un hackeur », sur parismatch.com, (consulté le )
  4. « L’étonnant parcours du hackeur de Sciences Po », sur lemonde.fr, (consulté le )
  5. « Votre vie privée vous appartient ne restez pas des moldus », sur news.konbini.com, (consulté le )
  6. « Rabbin des Bois, hacker: "Il n'y a aucune vie privée sur Internet, c'est une illusion" », sur rmc.bfmtv.com, (consulté le )
  7. « Les petits pas dans l'écran », sur europe1.fr, (consulté le )
  8. 8,0 et 8,1 « Sécurité informatique : Sciences Po porte plainte contre X », sur lemonde.fr, (consulté le )
  9. « Rabbin des bois : "J'ai eu le déclic après m'être fait recaler trois fois de Sciences Po" », sur sudradio.fr, (consulté le )
  10. « Lève-toi et code : confessions d’un hacker », sur contrepoints.org, (consulté le )
  11. « Un célèbre hacker se livre sur ses frasques passées" », sur lematin.ch, (consulté le )
  12. « La repentance d'un hacker devenu lanceur d'alerte », sur lesechos.fr, (consulté le )
  13. « Rabbin des Bois, le hacker repenti qui met en garde sur les cyber-dangers », sur rtl.fr, (consulté le )
  14. « Rabbin des Bois, hacker auteur », sur nova.fr, (consulté le )
  15. « "Rabbin des bois vient de l'admiration légendaire que j'ai pour le personnage de Robin des Bois (...) même si je garde pour moi même " », sur rmc.bfmtv.com, (consulté le )
  16. « Rabbin des bois – un des hackers les plus connus est un juif français pratiquant », sur fr.timesofisrael.com, (consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).