Encyclopédie Wikimonde

Rainer Verbizh

Aller à : navigation, rechercher

Rainer Verbizh
Image illustrative de l’article Rainer Verbizh
Rainer Verbizh en 2008.
Présentation
Naissance
Décès
Activités Scénographe
Œuvre
Agence Atelier Rainer Verbizh

Rainer Verbizh est un scénographe né le à Pettau (Autriche).

Architecte de formation Rainer Verbizh s’est orienté, dès le début des années 1980, vers des projets de scénographies d’expositions afin de faire comprendre les sujets les plus divers grâce à l'interactivité et une variété des représentations. Il s'est consacré, pendant plus de quarante ans, à des domaines aussi divers que l'aéronautique, l’art urbain, l’espace, les oiseaux, l'archéologie, les nouveaux médias. À chaque fois, ce sont des rencontres et des collaborations avec des scientifiques dont il doit intégrer le contenu et le savoir afin de le retransmettre au grand public sous la forme d’un ensemble complexe de données scientifiques attractives, mises en œuvre par des équipes techniques très diverses (lumières, graphismes…). Rainer Verbizh va mener de front, et cela durant toute sa carrière, plusieurs projets à la fois, préparant l'un et contrôlant les dernières finitions de l'autre tout en se présentant aux différents appels d'offre. Il est également intervenu dans plusieurs Grandes écoles et universités pour mener des conférences ou participer à de nombreux jurys.

Biograhie

Études

Né à Pettau, en Yougoslavie, le 10 mai 1944, il suit toute sa scolarité puis ses études d'architecture à l'Université Technique de Graz. Il obtient son dipôme d’ingénieur-architecte,en 1969 avec la mention "Excellence en projets". Rainer peint et participe à la vie artistique de la ville de Graz. Il obtient une bourse de recherche en architecture et urbanisme en 1971 pour Paris afin de rencontrer fréquemment Yona Friedman dont les théories sur l’architecture et l’urbanisme l'inspirent énormément.

Centre Georges Pompidou et exploration des bases du métier

Il intègre ensuite à Paris le bureau de conception du Centre Georges Pompidou et collabore, entre 1972 et 1975, à la construction du Centre au sein de l'équipe de Renzo Piano et Richard Rogers. Il y rencontre Bernard Plattner, Cuno Brullman , Peter Rice, Mike Dowd , Shunji Hischida, Noriaki Okabe, Mike Davis, etc avec lesquels il restera très lié[1].

De retour en Autriche, en 1975, il s’implique dans un projet communautaire dans une région située à l’Est de Vienne avec ses anciens compagnons d’étude de Graz ; Ernst Kopper, Ingo Glug, Freddy Schwarsbauer, Helmut Croce ainsi qu’avec Dominique Belloir. A partir de 1976, ils réalisent des expériences vidéo novatrices, Lokales Fernsehen (projet d'ateliers vidéo et de télévision locale impliquant la participation active des citoyens), à Matterburg au Burgenland et à Graz[2].

Entre 1978 et 1981, il devient partenaire, à Paris, de l’architecte Renzo Piano et de l’ingénieur Peter Rice. En 1981, il crée la scénographie de l'exposition "Cartes et figures de la terre", débutant ainsi sa carrière se scénographe d’expositions[3].

L'agence

Il crée ensuite, sa propre agence sous le nom "Atelier Rainer Verbizh". Jusqu’en 1983, il est chargé, en tant qu’ingénieur concepteur, du contenu du Parc de la Villette et de la réalisation de plusieurs constructions temporaires importantes sur le site : "Souvenir" de Monory et "Espace nord-ouest" de Felice Varini. Au sein même de la Cité des Sciences et de l'industrie, il est chef de projet pour la réalisation des deux secteurs de l'exposition permanente : « De la terre à l'univers »[4] et « Matière et travail de l'homme ». Il est chef de projets (entre 1984 et 1987) pour les 12 000 m2 d'exposition. Il poursuit par la suite ses interventions sur site, en parallèle avec beaucoup d'autres projets extérieurs. 

Il aura donc pris part à, et vu naître, deux audacieux projets architecturaux, véritables centres culturels, que sont Le Centre Georges Pompidou et la Cité des Sciences et de l'industrie. 

En 1992, il signe la scénographie du Pavillon autrichien de l'Exposition Universelle de Séville suivi de près par le Pavillon autrichien de Exposition Universelle de Taejon en Corée, l’année suivante.

Autour de 1994 il conçoit la scénographie d’Ars Electronica Center de Linz, en Autriche et entre 1995 et 1998 il est le scénographe et maître d’oeuvre de Vulcania, Centre européen du volcanisme avec Hans Hollein, architecte. 

Au début des années 2000, Rainer Verbizh est chargé du réaménagement de l’Observatoire Pic du Midi[5] de la muséographie d'Océanopolis, Parc de Loisirs des Sciences de la Mer, à Brest, avec l’architecte Jacques Rougerie[6]

En 2001, a lieu, après de longues années de recherches et de mise en œuvre, l'inauguration du musée Ladin dans le Tyrol du sud.

Autour de 2003, Rainer Verbizh se penche sur l'énergie des marées avec l'espace de Découverte de l'usine marémotrice de la Rance[7].

En 2006, il signe la scénographie d’une importante exposition au Musée Mozart de Salzbourg qui ouvre ses portes à la date anniversaire de la mort du compositeur.

La même année, c'est le début de l'aventure Toutankhamon avec la société de production allemande de Semmell Concerts, à l'origine du projet. Il s'agit de reproduire et d'exposer les trésors découverts par l'archéologue Howard Carter comme si nous les découvrions en même temps que l'archéologue. En 2006, comme il n’était pas question de sortir les trésors originaux des musées égyptiens, ils font réaliser des copies extrêmement fidèles par des artisans autour de la ville du Caire. Ce procédé permet de faire voyager à travers le monde des expositions itinérantes très pédagogiques reproduisant tous les objets trouvés dans la tombe de Toutankhamon Deux, puis trois, exemplaires de l'ensemble des objets précieux (un millier de pièces) voyagent dans les villes du monde entier, avec à chaque fois, une étude scénographique approfondie pour adapter l'exposition aux nouveaux lieux. 

En 2011, la nouvelle scénographie de la Station ornithologique LPO de l’île-Grande (Côtes d’Armor) est présentée au public. La même année, c'est l'exposition "Ursus Ladinicus" au musée Ladin, Tyrol du Sud, qui est inaugurée.

La muséographie d'Aeroscopia à Toulouse présente le patrimoine aéronautique français. L'exposition est inaugurée en janvier 2015[8].

En 2012, l'exposition "Toutankhamon, son tombeau et ses trésors" arrive à Paris après avoir voyagé dans le monde entier. Rainer Verbizh doit adapter sa scénographie à l'espace Paris Expo à Porte de Versailles, comme il l'a fait pour les autres lieux[9]. Cette exposition prend place sur 4 500 m2, elle est passée par Zurich, Brno (République Tchèque), Hambourg, Cologne, Francfort, Barcelone, Budapest, Madrid, Dublin, Manchester, Séoul, Bruxelles, Paris, Prague, Genève, Lisbonne, Munich, Berlin, etc.[10],[11],[12].

Vers 2016, Rainer est intégré au projet "Magic city, the Art of the Street", exposition itinérante sur le Street Art, allant de Dresde à Munich, Stockholm et jusqu'à New York[13].

Notes et références

  1. (en) Nathan Silver, The Making of Beaubourg: A Building Biography of the Centre Pompidou, Paris, MIT Press, (ISBN 9780262691970) [lire en ligne (page consultée le 2019-04-17)] 
  2. (de) « Video Initiative Graz / Lukas Marxt - Projekt | Kunsthaus Graz », sur www.museum-joanneum.at (consulté le 17 avril 2019)
  3. « Centre Pompidou », sur Rogers Stirk Harbour
  4. « archive »
  5. Jean-Jacques Dard, « Au Pic du Midi voyage au coeur de l'univers », sur La Dépêche du Midi, .
  6. « Océanopolis, le spectacle au service de la science » [PDF] La lettre de l'OCIM, n°69, 2000, p. 3-10 .
  7. « Barrage de la rance. Au cœur des turbines », sur Le Télégramme, .
  8. « Après Le Bourget, Toulouse a aussi son musée de l'aéronautique », sur Les Échos, .
  9. « Dans le tombeau de Toutankhamon », sur Le Point, .
  10. « Toutankhamon : le tombeau à l’origine du mythe de la malédiction est reconstitué Porte de Versailles », sur toutelaculture.com, .
  11. « Toutankhamon n'avait pas tout dit », sur Le Parisien.com, .
  12. « Reconstitution : Toutankhamon », sur lejournaldesarts.com, .
  13. (en) « Visual Adventures from the Urban Jungle », sur Magic City et une vidéo en allemand

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).