Encyclopédie Wikimonde

Sémantique des conditions de vérités

Aller à : navigation, rechercher

La sémantique des conditions de vérité est une approche de la sémantique du langage naturel qui voit le sens des assertions (et plus généralement le sens) comme étant identique ou réductible à leurs conditions de vérité . Cette approche de la sémantique est principalement associée à Donald Davidson et tente de réaliser pour la sémantique du langage naturel ce que la théorie sémantique de la vérité de Tarski réalise pour la sémantique formelle.[1]

Les théories sémantiques des conditions de vérité tentent de définir le sens d'une proposition donnée en expliquant quand la phrase est vraie. Ainsi, par exemple, parce que «la neige est blanche» est vrai si et seulement si la neige est blanche, le sens de «la neige est blanche» est que la neige est blanche.

Histoire

La première sémantique des conditions de vérité a été développée par Donald Davidson dans Truth and Meaning (1967). Elle est appliquée la théorie sémantique de la vérité de Tarski à un problème qu'elle n'avait pas l'intention de résoudre, celui de donner le sens d'une phrase.

Critique

Réfutation grâce aux vérités nécessaires

Scott Soames a sévèrement critiqué la sémantique des conditions de vérité comme étant soit fausse, soit inutilement circulaire.

Dans sa formulation traditionnelle, la sémantique des conditions de vérité donne à chaque vérité nécessaire (ou aussi tautologie) exactement le même sens, car toutes sont vraies dans exactement les mêmes conditions (à savoir, toutes). Et puisque les conditions de vérité de toute phrase est équivalente à la conjonction de ces conditions de vérité et de toute vérité nécessaire, alors toute phrase a la même signification que sa signification plus une vérité nécessaire. Par exemple, si "la neige est blanche" est vrai ssi la neige est blanche, alors il est trivial que "la neige est blanche" est vrai ssi la neige est blanche et 2 + 2 = 4, donc sous la sémantique des conditions de vérité "la neige est blanche" signifie à la fois que la neige est blanche et que 2 + 2 = 4.

Soames soutient en outre que les reformulations qui tentent de prendre en compte ce problème doivent soulever une nouvelle question. En spécifiant précisément laquelle de l'infinité des conditions de vérité pour une phrase comptera pour sa signification, il faut prendre le sens de la phrase comme guide. Cependant, nous voulions spécifier le sens avec des conditions de vérité, alors que maintenant nous spécifions des conditions de vérité avec le sens, rendant tout le processus circulaire et donc infructueux. [2]

Carence de la sémantique selon Dummett

Michael Dummett (1975) s'est opposé au programme de Davidson car pour lui, une telle théorie du sens n'expliquerait pas ce qu'un locuteur doit savoir pour comprendre une phrase. Dummett pense qu'un locuteur doit connaître trois composantes d'une phrase pour comprendre sa signification: une théorie du sens, indiquant la partie du sens que le locuteur saisit; une théorie de la référence, qui indique ce que la phrase prétend sur le monde, et une théorie de la force, qui indique le type d'acte de langage que l'expression accomplit. Dummett soutient en outre qu'une théorie basée sur l'inférence, telle que la sémantique de la théorie de la preuve, fournit une meilleure base pour ce modèle que la sémantique des conditions de vérité.

Intrusion pragmatique

Certains auteurs, travaillant dans le domaine de la pragmatique, ont soutenu que la signification linguistique, comprise comme le résultat d'une analyse purement formelle d'un type de phrase, sous-détermine les conditions de vérité. [3],[4] Ces auteurs, parfois qualifiés de "contextualistes'' [5] soutiennent que le rôle des processus pragmatiques n'est pas seulement pré-sémantique (désambiguïsation ou assignation de référence) ou post-sémantique (dessiner des implicatures, déterminer les actes de langage ), mais est également essentiel pour déterminer les conditions de vérité d'un énoncé. C'est pourquoi certains contextualistes préfèrent parler de «pragmatique des conditions de vérité» plutôt que de sémantique. [6],[7]

Voir également

Remarques

  1. (en) Davidson, « Truth and meaning », Synthese, vol. 17, no 3,‎ , p. 304-323 (DOI 10.1007/BF00485035)
  2. Soames, Scott. "Truth, Meaning and Understanding." Philosophical Studies 65(1-2):17-35.
  3. (en) Recanati, « What is said », Synthese, vol. 128, nos 1/2,‎ , p. 75-91 (DOI 10.1023/A:1010383405105)
  4. Dan Sperber et Deirdre Wilson, Relevance: Communication and Cognition, Wiley-Blackwell, (ISBN 978-0-631-19878-9) 
  5. Hermann Cappelen et Ernst Lepore, Insensitive Semantics: a Defence of Semantic Minimalism and Speech Act Pluralism, Wiley-Blackwell, (ISBN 9781405126748) 
  6. François Recanati, Literal Meaning, Cambridge University Press, (ISBN 9780511615382) 
  7. François Recanati, Truth-conditional pragmatics, Oxford University Press, (ISBN 9780199226986) 

Références

  • MAE Dummett (1975). «What is a Theory of Meaning». Dans S. Guttenplan (éd. ), Esprit et langage, CUP. Réimprimé dans Dummett, The Seas of Language, OUP, 1993.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).