Encyclopédie Wikimonde

Solenn Fresnay

Aller à : navigation, rechercher

Solenn Fresnay, née le 12 avril 1979 à Brest, est un écrivain français.

Passionnée par l'écriture depuis son plus jeune âge, Solenn Fresnay grandit entourée par les mots d'Arthur Rimbaud, de Virginia Woolf et de Sylvia Plath. Adolescente, elle écrit ses premiers vers sur ses copies de chimie et s'enferme dans les toilettes de son lycée pendant les récréations avec ses feuilles de papier. Solitaire, elle trouve refuge dans ses rêves qui prennent vie dans des cahiers qu'elle finit toujours par jeter. Après un passage aux Cours Florent, elle donne des cours de théâtre pour enfants et travaille auprès de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Après quelques années en région parisienne, elle décide de partir quelque temps au soleil, dans le var. Elle y reste deux ans. Ayant laissé de côté ses rêves d'écriture, elle exerce auprès de personnes très lourdement handicapées et s'installe au bord de la mer. Un jour, elle se voit confié un poste de soignante de nuit, auprès d'une jeune femme en fin de vie, atteinte d'une terrible maladie, appelée la « sclérose latérale amyotrophique » ou Maladie De Charcot. Comme un véritable électrochoc, cette jeune femme va en quelques semaines seulement bouleverser sa vie. Après chaque passage entre la chambre de sa patiente et le poste de soins, elle écrit, comme jamais elle ne l'avait fait, de façon quasi hémorragique, elle enchaîne avec la même violence, la même pulsion de vie dès qu'elle rentre chez elle. Où qu'elle aille, elle doit avoir près d'elle son cahier pour écrire. A la mort de sa patiente, elle commence à avoir de terribles migraines qui l'obligent à rester dans le noir et entraînent des saignements de nez quotidiens. Déprimée, elle ne sort presque plus de chez elle et se met à rêver d'un futur retour dans la capitale. Elle s'inscrit alors sur MySpace et commence son blog. C'est à partir de là qu'elle se laisse vraiment aller à l'écriture,quitte à tout perdre…Ses migraines devenant insupportables,elle finit par arrêter son travail et s'enferme chez elle durant trois semaines,simplement pour écrire. N'écrivant qu'en musique, à chaque fois dans un état second, elle perd souvent pied avec la réalité mais l'envie et le besoin urgent d'écrire sont plus forts que tout. Deux mille textes plus tard, cinquante mille internautes ont déjà parcouru ses lignes de vie. De la rencontre avec la comédienne Nadine Bellion et le pianiste Jean-Baptiste Naturel est née l'idée de présenter une sélection de ces textes dans une lecture sonore : « Laisse la porte fermée en entrant ». Un autre comédien se greffe au projet, il s'agit de Philippe Baron. C'est durant quinze lectures au Théâtre Les Déchargeurs à Paris (du 19 mai au 18 juin 2009) que l'auteur a donné vie à ses écrits. Aux Déchargeurs, Solenn a présenté vingt-trois de ses textes les plus intimes et a suscité l'adhésion du public et des professionnels. Poussé par les encouragements, l'auteur s'est remis au travail, ciselant de nouveaux mots et donnant à voir et à entendre cette fois encore un univers qui lui est propre.

C'est ainsi qu'est né « Ne pas descendre sur la voie danger de mort », en août dernier alors qu'elle travaillait dans un service de soins palliatifs. Les dernières lignes du recueil ont d'ailleurs été écrites en mémoire d'un patient dont Solenn Fresnay s'est occupé jusqu'à la fin de sa vie. Il s'agit ici d'un une vraie pièce de théâtre avec un thème, des personnages et la difficulté dans ce cas là de ne pas transiger, de rester fidèle à soi-même. L'intérêt réside dans la tension permanente qui court derrière les mots. L'auteur, ici, n'abandonne rien de ses préoccupations, de ses obsessions mais la confrontation avec une autre réalité, celle des acteurs, apporte à son écriture une dimension supplémentaire.

Il est ici question d'infanticide et d'inceste. On devine d'ailleurs en toile de fond l'histoire des époux Courjault et des bébés congelés.

Nadine Bellion a de suite adhéré au projet, ainsi que Philippe Baron. Voulant depuis longtemps travailler avec une danseuse, Solenn Fresnay rencontre la chorégraphe Claudia Gradinger qui à son tour, dès la première lecture, accepte de se joindre au projet. La mise en scène quant à elle sera signée par Isabelle Bouvrain.Cette dernière définit l'univers littéraire de Solenn comme "cru, imagé, poétique et violent; dans la lignée d'écriture de Sarah kane".

A la suite des lectures de "Laisse la porte fermée en entrant", Solenn Fresnay fonde avec Sarah Palau-Gatell,chargée de projet et historienne de l'art,la compagnie "Des Mots dans La Ville".

Elle vit et travaille en région parisienne.

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).