Encyclopédie Wikimonde

Stéphane Van Damme

Aller à : navigation, rechercher
van Damme Stéphane
Description de l'image Estef-2-.jpg.
Nom de naissance van Damme
Naissance (54 ans)
Bruxelles, Belgique
Nationalité Belge
Pays de résidence France
Profession
Formation
Conjoint
Valérie van Damme
Descendants
Loïc et Marie van Damme

Stéphane van Damme, né à Bruxelles le 28 mars 1967, est un spécialiste auto et historien. Il est le rédacteur en chef du magazine Histomobile depuis 1998.

"van Damme" ici s'écrit avec un petit "v"[1].

Passionné dès ses 6 ans par "l'auto qui bouge ses phares" (ndlr: la Citroën Ds), il s'abonne au moniteur de l'automobile belge en 1976 à l'âge de 9 ans et rêve de devenir journaliste automobile. Doué pour les mathématiques et la physique il se passionne pour tout ce qui touche de près ou de loin au coefficient de pénétration dans l'air, le fameux 'Cx'.

En 1985, il est admis à louvain-La-Neuve en la Faculté des sciences appliquées qui deviendra en 2008 École polytechnique de Louvain.

Curieusement à partir de 1991 il prend part à la direction d'affaires en difficulté, qu'il redresse, avant de trouver sa voie en rentrant, en 1996, dans le monde de la presse avec un journal mensuel diffusé à 60000 exemplaires.

Il se marie en 1995 avec Valérie Delistrie et de cette union naissent deux enfants : Loïc (1995) et Marie (1998)[2].

En 1998, il propose le concept d'Histomobile qui reçoit le soutien d'un éditeur belge. Il en est depuis le rédacteur en chef.

Sur le sloop Bavaria 44

En 2006, Histomobile aménage un camping car en bureau roulant connecté à internet. Durant des mois, Stéphane van Damme parcourt l'Europe pour alimenter Histomobile à partir des musées automobiles visités. On doit lui accorder une certaine âme de nomade, car en 2008, le tour des musées terminé, il aménage, cette fois, un voilier en bureau aussi connecté à internet pour actualiser Histomobile.

Histomobile qui regroupe une vingtaine de personnes est distribué en 18 pays.

Notes et références

  1. Source : L'état civil d'Etterbeek à Bruxelles
  2. Source : L'état civil d'Ottignies

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus