Thierry Charrier

Aller à la navigation Aller à la recherche
La page Modèle:Infobox/Pictogramme/default.css n’a pas de contenu.
Thierry Charrier
Description de l'image ThierryCharier.jpg.
Biographie
Naissance
Nationalité française
Thématique
Formation Psychiatrie
Approche Jung/Mécanique quantique
Données clés

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value). Né à Paris le , Thierry Charrier est un psychiatre français également expert criminologue, écrivain et conférencier.

Biographie

Enfance et études

Thierry Charrier est né à Paris le .

Une scolarité chez les frères maristes à Lagny en tant que pensionnaire l'oblige à associer l'individuel au collectif et lui apporte une rigueur et une méthodologie de travail.

Après un passage en préparatoire (Math sup bio), qui s'avérera capital par la suite, il se dirige simultanément vers les études de médecine et vétérinaire ; c'est finalement vers la médecine qu'il s'orientera. Dès la troisième année, il sait déjà que la psychiatrie est la seule orientation qui lui correspond intimement. En effet c'est la seule voie où son parcours « professionnel » peut s'associer à une recherche personnelle.

Les postes d'externe, d'interne puis d'assistant vont se succéder au sein d'établissements universitaires auxquels il enchaine parallèlement les spécialités de criminologie, d'alcoologie, d'épidémiologie et de graphologie.

Parallèlement il entreprend individuellement une formation jungienne. Cette formation va lui permettre très rapidement d'associer ses connaissances antérieures aux concepts jungiens pour tendre vers le fait de relier le « religieux » à la philosophie et l'axe psychologique à l'axe scientifique quantique. Amoureux de la mer et de ses passages en Bretagne, il s'installe à Lorient ; base très pratique où peuvent s'associer : activité professionnelle, liberté, réflexion, eau et écriture.

Parcours professionnel

Outre son activité professionnelle libérale à Lorient on le retrouve dans des établissements pénitentiaires, intervenant en faculté, consultant dans des écoles supérieures de commerce…..partout où il peut professer et observer l'évolution humaine à travers ses différents prismes d'orientations.

Il intervient en tant qu'expert et/ou consultant dans différentes grandes affaires ou dossiers, notamment l'affaire Godard[1]. Il ajoute également en parallèle un statut de conférencier[2].

C'est à partir des années 1980 qu'il commence à publier. Ses premiers écrits sont classiques et collent à une demande universitaire et ne sont pas représentatifs de sa démarche. C'est avec son premier ouvrage Vitriol[3], un essai, qui le sort de l'anonymat. Ce livre permet de mieux comprendre son hypothèse psycho-quantique. L'intérêt suscité par cette proposition auprès des instituts jungiens[4] et d'un public averti l'encourage à mieux faire passer le message par un roman Mon Alchimie[5]. Ce roman, véritable calque de Vitriol, est d'apparence plus abordable, et plus ludique, mais la trame de sa proposition psycho-quantique est plus épaisse et plus argumentée. Fin 2013 il publie « Comment traiter son abandon ou la nécessité de s'aimer », un opuscule illustré de nombreux exemples écrit de façon simple et accessible à tous, tel un guide abordant cette nouvelle approche « La souffrance d'un abandon n'est que l'expression d'un devenir »[6],[7].

Parallèlement, il est l'initiateur de la création de l'APA, association de psychologie analytique[8], formateur en relations humaines sur un modèle jungien et il continue à écrire et intervenir régulièrement dans différents supports médiatiques : télévision, radio, journaux, etc.

Il est également l'un des rares médecins en France à utiliser le Physioscan. Cet appareil basé sur la médecine quantique et les bio-résonances lui permet d'avoir un nouvel axe de recherche psycho-quantique.

La théorie psycho-quantique

Une nouvelle approche

Outre sa certitude qu'il existe un acquis et un inné, Thierry Charrier associe mécanique quantique (théorie de la membrane, des cordes, multivers, etc.) à l'inconscient collectif jungien.

On peut dire que Thierry Charrier est non seulement parfaitement dans la continuité de Carl Gustav Jung mais, en prime, grâce à la théorie de la membrane, il valide le concept de synchronicité. Par cette proposition, il sort de tout mysticisme l'œuvre de C G Jung. En effet, si la mécanique quantique repose sur le principe de dualité onde/particule, Thierry Charrier propose de l'associer à la psychologie par une dualité individu/inconscient. Cette démarche ayant comme originalité de passer du microscopique quantique au macroscopique humain ; en effet, si la particule correspond à l'individu, l'onde quantique correspond alors à la membrane

Son approche est donc un couplage des 2 axes, psychanalytique et scientifique.

Axe psychanalytique

S'éloignant de la théorie freudienne qui s'appuie essentiellement sur l'acquis, il considère, qu'outre l'importance de notre milieu, chacun possède une individualité inconsciente et secrète. Cette vision jungienne permet d'émettre la théorie que notre inconscient est à la fois personnel et collectif. L'inconscient personnel, lié à notre milieu, est composé de ce qui a été refoulé ou encore de ce qui n'a pu advenir de notre couche profonde. Les jungiens l'associent souvent à la notion d’ « ombre ». L'inconscient collectif, le plus profond, est le dépositaire de nos bases, de notre profondeur. Composé d'archétypes, colorés par notre passé récent ou ancestral, il ne cesse de tendre à être conscientiser. Cet inné, propre à chacun, est composé de valeurs universelles. Cet inconscient personnel et collectif, est donc la partie la plus importante de notre psyché. Il ne cesse d'être en mouvement. Il est déterminant pour notre évolution, notre futur, notre avenir. Il sait ce que notre conscient ne sait pas.

Les symptômes, les troubles ne seraient que des demandes d'évolution par la conscientisation de cet inconscient. Ceci afin que l'individu s'enrichisse de ses valeurs profondes. Telle l'expression « derrière toute difficulté ou malheur il y a une opportunité qui se cache », cette nouvelle approche va encore plus loin en tentant de démontrer que nos difficultés sont en fait une véritable « demande » de notre inconscient à être conscientisées pour évoluer. À travers le terme « évolution », on peut lui associer celui d’ « individuation » plus jungien, à ne pas confondre avec l'idée d'individualisme. L'homme doit s'extirper des valeurs qui l'emprisonnent pour partir à la conquête de son monde intérieur : l'inconscient. Cette théorie, très universelle, est pleinement exposée à travers l'œuvre de C G Jung.

Extrait de Mon Alchimie[9] : « Cet inconscient collectif englobe les mêmes composantes pour tous, les archétypes qui sont les pierres brutes de notre psyché. Colorés par le passé de chacun, ces archétypes se différencient pour devenir individuels et universels à la fois. Le premier archétype est celui de l'homme religieux L'homme doit l'intégrer pour développer sa foi : une foi tournée vers lui-même pour découvrir le sacré en lui. C'est une approche quasi gnostique. »

Axe scientifique

La mécanique quantique nous offre cette notion incroyable que la particule est en même temps une onde. En passant par Heisenberg, Schrödinger, Bohm, Pauli, Bohr, et tous les physiciens quantiques, on doit admettre que la réalité dépasse la fiction : cette particule devient une onde, cette onde étant de l'information, laquelle se rematérialise par le fait d'observer. En résumé : la mécanique quantique illustre le fait qu'un élément microscopique est à la fois onde « et » particule ; de plus, elle nous enseigne aussi que le fait d'observer intervient dans cette dualité. Cette théorie n'étant valide que dans le monde microscopique.

Cette physique quantique a bien souvent été l'objet de critiques. Einstein, le père de la relativité, s'y est opposé à un moment d'où le paradoxe EPR. Bohm et ses variables non localisées l'a poussée à l'extrême vers l'humain. De plus, la relativité et le monde quantique ne fonctionnent plus dans le cadre de la singularité (espace temps proche du Big-Bang), c'est ainsi qu'est née la théorie des cordes. Dans une dimension (11e... voir Théorie M) qui permet de réunir une multiplicité de théories, on peut imaginer qu'une corde, telle une immense onde macroscopique, correspond à l'onde quantique microscopique. Toutes ces cordes, à l'image des cordes d'un violon, permettent de créer la matière par leurs vibrations. De plus l'enchevêtrement de toutes ces cordes constitue la membrane.

Cette membrane serait telle une « nappe » qui nous relie tous et, par ses vibrations, nous constituent sur un plan macroscopique. Ainsi, Bohm et ses variables, le vide créatif des asiatiques, les champs de Sheldrake, peuvent alors se réunir parfaitement. Ainsi la théorie de la membrane peut associer la théorie quantique à l'individu.

Couplage des 2 axes

Selon Thierry Charrier, sa proposition Psycho-quantique peut s'imaginer ainsi : La membrane constituée de cordes est l'équivalent au niveau humain de l'onde quantique sur le plan microscopique. Cette membrane est extérieure à nous-même, elle nous crée et nous relie à l'image du vide créatif des asiatiques ou du champ quantique de Bohm. Cependant, elle communique avec l'intérieur de nous-même, notre inconscient profond. Cette membrane macroscopique est donc la correspondance à l'onde quantique microscopique. Elle nous crée et nous relie comme l'onde quantique crée et relie les particules.

Thierry Charrier va plus loin en y associant l'axe jungien : L'inconscient est constitué d'archétypes (un archétype étant une intuition innée inconsciente à intégrer consciemment par le biais d'un symbole, ce symbole étant l'interface consciente de l'archétype). Cet inconscient communique naturellement avec la membrane de deux manières : La nuit par les rêves, tels de multiples ponts entre le conscient et le monde intérieur Le jour par les synchronicités, tels de multiples ponts entre le conscient et le monde extérieur.

Le but d'une vie étant, selon lui, de grandir, il propose un chemin de vie telle une évolution où le conscient doit intégrer les valeurs de l'inconscient qui communique avec la membrane. Au fond, selon lui, la membrane et l'inconscient pourraient être associés à l'image de dieu ou de l'âme. Il n'existe pas vraiment d'intérieur ou d'extérieur à l'homme…c'est un tout ! Cette théorie psycho-quantique est originale car elle permet de tout relier en expliquant que rien ne peut être vraiment compréhensible au niveau conscient. En effet, l'espace temps de l'inconscient et de la membrane est sans doute différent de celui du conscient. De plus, elle semble optimiste dans le sens où elle propose un rôle à l'homme proche de l'élévation spirituelle.

Ainsi, toute intégration individuelle est automatiquement collective du fait de cette membrane qui est en correspondance avec l'inconscient de chacun et qui relie tous les êtres. En résumé : chaque individu fait partie d'un tout, son inconscient fait partie de ce tout, il évolue en intégrant consciemment ses valeurs archétypiques, constituants de son inconscient, ses intégrations sont alors autant individuelles que collectives, les rêves et les coïncidences ou synchronicités ne sont que des ponts entre le conscient et l'inconscient ou la membrane.

Publications

Universitaires

  • Le caractère et le mal être dépistés par l'écriture-1983
  • Le langage de la peau-1984
  • L'alcool, ami pervers de notre angoisse-1985
  • L'illusion de l'institution-1986
  • Le système Jungien-1997
  • L'ombre, cet ennemi qui nous veut du bien-1998
  • L'homme et la femme, reflets de notre âme-1999
  • La souffrance du milieu de vie : reflet de l'individuation-2000
  • Conflits et hasard-2001

Essais

  • Vitriol ou voyage vers une folie raisonnable (Ed Thélès) 2007.
  • Mon alchimie (Ed Guten) 2012.
  • Comment traiter son abandon ou la nécessité de s'aimer (Ed Broché) 2013.

Notes et références

  1. (France 3) « L'affaire Godard » Thalassa du 19 novembre 2008 (sur extrait video à partir de 00h00m44s)
  2. (Radio Lorient) « Conférence "Quand les livres s'ouvrent" » Radio Lorient du 19 juin 2013
  3. (anonyme) « Psychiatrie. À la découverte d'un monde intérieur » Le Télégramme du 8 décembre 2007, consulté le 1er juin 2013
  4. (www.jung.asso.fr) « Groupe d'Études C. G. Jung. Parutions » Groupe d'Études C. G. Jung dernière mise à jour du 18 mars 2012
  5. Sophie Paitier « Psychologie. « L'Alchimie » du docteur Charrier » Le Télégramme du 27 décembre 2012, consulté le 1er juin 2013
  6. (anonyme) « Th. Charrier. « Nous souffrons tous d'abandon » Le Télégramme du 10 février 2014
  7. « Un petit guide de survie sur l'abandon » Ouest-France du 07 février 2014
  8. Sophie Paitier « Travail. L'introspection comme solution à la souffrance » Le Télégramme du 23 octobre 2009, consulté le 1er juin 2013
  9. Françoise Rossi « Littérature. Thierry Charrier en quête de son Alchimie - Lorient » Ouest-France du 26 décembre 2012

Article connexe

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).