Tony Ferri

Aller à la navigation Aller à la recherche
Fichier:Tony Ferri dans le reportage "Enfermés dehors", diffusé sur France 2 en février 2016.jpg
Tony Ferri dans le reportage "Enfermés dehors", diffusé sur France 2 en février 2016
Tony Ferri, à la Radio Télévision Suisse, en 2015

Tony Ferri est né en 1973 en Normandie. Philosophe et criminologue, docteur en philosophie, chercheur au Laboratoire GERPHAU (Groupe d'études et de recherches philosophie - architecture - urbain), conférencier, chargé d'enseignement universitaire à l'École de criminologie critique européenne de Lille, intervenant à l'École nationale de protection judiciaire de la jeunesse, il exerce la profession de conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation au sein du ministère de la Justice. Sa thèse de doctorat, dirigée par le professeur Alain Brossat, a eu pour objet le système de la peine[1].

Marqué par l'esprit philosophique de grands penseurs tels que Jean-Paul Sartre, Michel Foucault et Vladimir Jankélévitch, spécialiste du champ pénitentiaire et du registre de l'application des peines, ses recherches actuelles s'articulent autour de la question du sens des pénalités contemporaines, et entretiennent des rapports avec la criminologie. Il est le créateur des concepts critiques d'« hypersurveillance » et de « pantopie pénale », et l'analyste des mécanismes de l'enfermement propres à la surveillance électronique pénale, en tant que détention à domicile. Il explore les conséquences du pouvoir technologique de punir sur les corps[2], et les différentes facettes du geste punitif contemporain[3]. Il défend une vision humaniste des pénalités et s'engage philosophiquement dans la voie de l'humanisation pénale. On lui doit notamment la co-signature avec le philosophe Michel Onfray, le député Noël Mamère, l'économiste Yann Moulier-Boutang et d'autres intellectuels d'une tribune sur Mediapart appelant à l'abolition des prisons, au nom de l'humanisme et de la dignité. Il envisage d'autres voies pénales que l'emprisonnement[4], et analyse les structures du pouvoir de punir contemporain[5].

Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles portant sur le système pénal, la pénologie, le sens et les fonctions de la peine, le service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP), les prisons, le service de l'application des peines (SAP), la figure du juge de l'application des peines (JAP), la détention domiciliaire sous surveillance électronique, le statut et la pratique de la criminologie, la délinquance, la désistance.


Ouvrages

Références

  1. Thèse de doctorat
  2. Le corps face aux pénalités contemporaines d'enfermement
  3. Geste punitif et institution judiciaire
  4. Samuel Gautier, Michel Onfray, Tony Ferri et al, « Abolir la prison, ses mécanismes et ses logiques », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  5. Le pouvoir de punir. Qu'est-ce qu'être frappé d'une peine ?, Paris, L'Harmattan, , 144 p. (ISBN 978-2-343-04004-2) 

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).