Transports en commun rouennais

Aller à la navigation Aller à la recherche
La station "Palais de justice" du métro rouennais

Transports en commun rouennais.

L'agglomération rouennaise présente deux difficultés géographiques principales pour la construction et l'exploitation d'un réseau de transports en commun :

  • Le franchissement de la Seine, qui s'est toujours effectué en partageant la chaussée des ponts construits pour la circulation automobile.
  • La présence, sur la rive droite, d'élévations importantes nécessitant des voies assez pentues, qui peuvent handicaper le développement du transport ferroviaire conventionnel. Rouen, dans le passé, a expérimenté le funiculaire, et un projet de téléphérique urbain a même été évoqué avant la construction du réseau de bus en site propre. La nouvelle gare ferroviaire sera bientôt sur la rive gauche à Saint-Sever, à proximité du cours Clemenceau.

À l'instar d'autres villes françaises, Rouen s'est rapidement équipée d'un réseau de tramway, qu'elle a ensuite délaissé au profit du trolleybus puis de l'autobus, avant de réintroduire le transport ferroviaire urbain à la fin du XXe siècle, sous la forme d'un métro léger.

Chronologie

  • 1782 : service public de voitures à cheval qui desservent la ville de Rouen. Exploitation suspendue pendant la Révolution.
  • vers 1818 : liaisons de banlieue à destination de Maromme et Darnétal
  • 1855 : création de la Compagnie Générale des Omnibus les "Rouennaises", toujours en traction animale.
  • 1874 : lancement du projet de tramway à vapeur par le britannique Gustav Palmer Harding.
  • 29 décembre 1877 : Début de l'exploitation des tramways, sur 26 km de lignes.
  • 11 septembre 1878 : Création de la Compagnie des Tramways de Rouen.
  • 1884 : abandon de la traction à vapeur, coûteuse et inefficace. Les tramways sont dorénavant tirés par des chevaux.
  • 19 juin 1892 : inauguration d'un funiculaire entre Rouen et Bonsecours.
  • 1894 : décision de passer à la traction électrique pour les tramways.
  • 1895 : création d'un réseau de tramway supplémentaire, la Compagnie Générale de Traction, pour exploiter des lignes à direction de Bapeaume, Amfreville-la-Mi-Voie et Bihorel.
  • 22 mars 1896 : inauguration du réseau de tramways électrifiés de la C.T.R, à l'occasion de l'exposition coloniale organisée à Rouen.
  • 1899 : une ligne de tramway est inaugurée entre Rouen et Bonsecours, exploitée par la Compagnie du Tramway de Bonsecours.
  • 1900 : le réseau des tramways rouennais comprend 38 km de lignes.
  • 1905 : Bois-Guillaume est desservi par des "auto omnibus" à pétrole.
  • 1906 : sur la rive gauche, création d'un ligne de tramway à l'existence éphémère, entre le Trianon et la forêt du Rouvray. Arrêt de l'exploitation fin 1908.
  • 1910 : fusion de la C.G.T. et de la Compagnie du Tramway de Bonsecours au sein de la C.T.R.
  • 1912 : extension du tramway jusqu'à Bois-Guillaume.
  • 1er août 1915 : ouverture de la dernière ligne du réseau de tramway, entre Rouen et Grand-Quevilly, afin de relier les camps militaires au centre ville.
  • 30 novembre 1921 : incendie du dépôt des tramways de Trianon.
  • 11 août 1927 : première ligne d'autobus entre la place Beauvoisine et le Cimetière du Nord.
  • 1930 : première suppression d'une ligne de tramway au profit de l'autobus à destination de Notre-Dame-de-Bondeville.
  • 1933 : première expérimentation des trolleybus dans l'agglomération.
  • 1937 : ligne de trolley-bus à destination de Mont-Saint-Aignan.
  • 9 juin 1940 : interruption du franchissement de la Seine, jusqu'au 20 avril 1946.
  • 1948 : remplacement de la ligne de tramway vers Amfreville par l'autobus.
  • 28 février 1953 : suppression de la dernière ligne de l'ancien réseau de tramway.
  • 1970 : suppression de la dernière ligne de trolley-bus.
  • 1971 : introduction des bus Saviem SC 10. Exploitation des lignes avec un seul agent par véhicule.
  • 1974 : 139 km de lignes d'autobus. Création du SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocations Multiples) pour redévelopper les transports en commun de l'agglomération rouennaise.
  • 1977 : le réseau d'autobus est étendu à 186 km. Création de la TCAR (Transports en Commun de l'Agglomération Rouennaise) à partir de la CTR et de la CGFTE (Compagnie Générale Française de Transport et d'Entreprise).
  • 1981 : introduction des autobus articulés Heuliez, de plus grande capacité.
  • 1991 : début des travaux pour la construction d'un nouveau tramway, souterrain en centre ville sur la rive droite et en surface sur la rive gauche. Le matériel roulant est de type métro léger. Ce réseau sera baptisé Métrobus. Un tronçon unique sur la rive droite se sépare au sud de la Seine en deux lignes à destination de Saint-Étienne-du-Rouvray et du Grand-Quevilly.
  • 17 décembre 1994 : inauguration du métro de Rouen dit Métrobus. Bien qu'il se rapproche techniquement d'un tramway, les rouennais prennent l'habitude d'appeler Métro leur nouveau moyen de transport.
  • 1997 : extension du métro jusqu'au pôle universitaire du Madrillet.
  • 2001 : inauguration de la première ligne du TEOR (Transport Est-Ouest Rouennais), qui vient compléter le métro. Ce réseau d'autobus de nouvelle génération, avec système de guidage et d'accostage, circulera sur 46 km de lignes en site propre.
  • 2002 : inauguration du premier tronçon du LISOR (liaison Sud-Ouest Rapide) sur la rive sud entre Le Grand-Quevilly et Grand-Couronne.
  • 2007 : inauguration du TEOR jusqu'a Darnetal et les Hauts-de-Rouen

Réseau actuel

Données valables en 2005 :

  • Métro : 2 lignes, totalisant 2,2 km de portions souterraines et 13,5 km de voies en surface. 31 stations, dont 5 souterraines. Le matériel roulant est composé de 28 rames GEC Alstom longues de 29 m.
  • TEOR : 3 lignes totalisant 26 km et 41 stations. La matériel comprend 38 bus Agora, équipés d'un guidage optique à l'approche des stations. Les véhicules, longs de 17,8 m, ont une capacité de 110 places dont 40 assises.
  • Autobus conventionnel : 34 lignes totalisant 460 km, couvrant l'ensemble de l'agglomération. Parc de 220 bus. Les véhicules les plus modernes fonctionnent au diester issu de l'huile de colza.

Le réseau de la TCAR a transporté 40,611 millions de voyageurs en 2004, dont 18,198 millions ont emprunté un autobus conventionnel, 15,250 millions le métro et 7,163 millions le TEOR.

Voir aussi

Liens externes

Modèle:Transpédia

Article publié sur Wikimonde Plus