Ukrainian Forest ou le Rire de Djink

Aller à la navigation Aller à la recherche

Ukrainian Forest
ou le
Rire de Djink
Image illustrative de l’article Ukrainian Forest ou le Rire de Djink
Publication
Auteur Pascal Duthuin
Parution 1997, 30 pages, Auto-édition
Intrigue
Genre Fantaisie, Fantastique, Romance
Lieux fictifs Village et forêt d'Ukraine dans la vallée du Dniepr non loin de Kiev.
Personnages Djink Danskine, sculpteur
Nicolas Rurik, jeune poète
Esthensa, lumineuse jeune fille
Forêt d'Ukraine 3 Jordan Diow.jpg
Forêt d'Ukraine 1 Jordan Diow.jpg
Illustrations © ADAGP Jordan Diow

Ukrainian Forest ou le Rire de Djink, nouvelle de Pascal Duthuin illustrée par Jordan Diow ( 30 dessins ), consultable sous ce titre sur calameo.com en version-texte et point de départ scénaristique d'un court-métrage de Jordan Diow : Djink Europa 2027 (2009). Auto-édition via l'association16/9 PRODUCTIONS►.

Résumé


Ayant fait fortune en France, le sculpteur russe Djink Danskine est revenu sur ses terres après la dislocation du bloc soviétique. Nicolas Rurik, jeune poète, admire son œuvre et rendant visite à son mentor éprouve son premier coup de foudre en rencontrant l'envoûtante Esthensa. Or les deux hommes, les deux âges auront bientôt la surprise de constater au terme d'un désespoir respectif qu'ils sont aussi dépourvus l'un que l'autre face à l'humaine nature et condition.


Extrait


Tandis que Djink clamait qu’il fallait boire à cela, à ce rire des amis qui fait fuir toute angoisse, et qu’il se dirigeait vers ses appartements pour y quérir le nécessaire, Nicolas se leva pour arpenter la grande salle de l’atelier. Jamais encore il ne s’y était trouvé seul ou du moins en la seule compagnie de sa foule silencieuse. L’histoire de l’œuvre de Danskine s’y laissait lire avec une certaine transparence pour qui connaissait un peu l’histoire de sa vie. Souvenirs ou vestiges, quelques œuvres parisiennes, une dizaine tout au plus, géantes, l’avaient accompagné lors de son retour au pays. C’étaient de grandes abstractions aux lignes pures fondées par et sur l’asymptote, qui témoignaient d’un véritable, immense élan prométhéen. Élan humain fondamental visant sans doute à quelque haute vertu - soit qu’elle fut perdue, soit qu’elle fut depuis toujours recherchée - telle que pureté de l'âme ou bien maîtrise de soi, corps et esprit. Ou encore car les incluant toutes : la disposition au Salut. Élan d’un russe, songea Nicolas, perdu dans un monde occidental, élan d’un Occident, poursuivit-il à part lui, perdu dans l’univers. Les titres disaient l’Échappée, l’Éclosion ou le Disque Solaire.  Pas étonnant qu’ils l’aient enrichi parce qu'il leur a montré ce qu’ils avaient oublié, resté enfoui sous la laideur de leurs tours, de leurs voitures et de leurs idées et dont ils rêvaient et rêvent encore la nuit sans jamais plus s'en souvenir au petit matin : une beauté nouvelle. L’essence même de leur progrès.


Liens externes


Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la littérature francophone
  • Portail de la poésie
  • Portail de la musique