Encyclopédie Wikimonde

Vers un rythme occiriental

Aller à : navigation, rechercher

Introduction

les syllabations sont...

Traces

  • De prime abord, il est à noter que cette contribution réfère, en exclusivité, à celle d'un certain Dunash B.Labrat (juif d'origine) qui fut le premier à introduire la métrique arabe dans la poésie hébraïque (durant la période florissante judéo-arabe lorsqu'en 711 les juifs d'Espagne accueillent les Arabes en libérateurs).
  • C'est à l'école des sciences linguistiques et des humanités arabes que les poètes juifs hispano-maghrebins font l'apprentissage de leur art.
  • C'est au patrimoine élaboré à l'Age d'Or andalou que la poésie juive doit l'essentiel de ses techniques prosodiques, sa métrique étant, en dépit de contraintes propres à la langue hébraïque, une relique de la métrique arabe affirme Haîm Zafrani dans Les Routes d'al-andalus ; lequel, en l'occurrence, se réfère à un «traité d'art poétique» destiné à faire bénéficier la poésie hébraïque des acquis de la rhétorique des Arabes, composé par Moîse Ibn Ezra (1070-1140), illustre poète en langue hébraïque et savant juif de langue arabe, pour qui "l'art de bien dire était devenu l'apanage de tout le monde arabe".

Orient/Occident

IBN ARABI : le rêve des ancêtres

  • La raison, dit Ibn Arabi, qui m'a amené à proférer de la poésie est que j'ai vu en songe un ange qui m'apportait un morceau de lumière blanche.

On eût dit un morceau de la lumière du soleil. "Qu'est-ce que cela ?" demandai-je. "C'est la sourate al-shu-arâ (les Poètes) me répondit-on.

  • Je l'avalai et je sentis un cheveu qui remontait de ma poitrine à ma gorge, puis à ma bouche. C'était un animal avec une tête, une langue, des yeux et des lèvres. Il s'étendit jusqu'à ce que sa tête atteigne les deux Horizons, celui d'Orient et celui d'Occident; puis il se contracta et revint dans ma poitrine. Je sus alors que ma parole atteindrait l'Orient et l'Occident.
  • Ce n'est qu'une vision d'Ibn Arabi qui ayant fait ses adieux aux pays d'al-Andalûs s'orienta vers Tunis d'où il partit définitivement pour l'Orient.
  • Divers événements spirituels majeurs ont marqué (d'après Claude Addas in Le Vaisseau de pierre), cette "période occidentale" de sa vie qui était sur le point de s'achever.

GOETHE : Diwan occidental et oriental

Goethe tente de promouvoir une religion (ou une religiosité) universelle comme il conçoit par ailleurs une littérature universelle : ne s'est-il pas fait tout aussi bien mahométan que parsi dans le Divan occidental-oriental?

  • La fluidité du chant et le plaisir de l'eau chez Goethe, selon Serge Meitinger in Quelques reflexions sur le classicisme, s'opposent à la compacité de la glèbe pétrie, amenée de l'informe à la forme...
  • Le poème fuit et coule autant que la musique et que le fleuve, selon l'étymologie traditonnelle du terme rythme comme ruissellement et coulée plus ou moins impétieuse du ru ou du ruisseau.
  • Sensualité plastique et rythmique - rythme suppose un certain principe de régularité qui interdit toute dispersion anarchique vers l'informe.

....

  • Tu ne restes plus prisonnier
  • Dans l'ombre des ténèbres
  • Et un désir neuf t'arrache
  • Vers une plus haute union
  • Nulle distance ne peut te décourager
  • Tu arrives en volant, fasciné,
  • Et enfin, amoureux de la lumière,
  • Tu es, papillon, consumé.
  • Tu n'es qu'un hôte obscur
  • Sur cette terre ténébreuse .
  • Divan occidental-oriental-

Le rythme occiriental d'aujourd'hui

  • Un rythme occiriental est-il vraiment un besoin ou un projet audacieux pour une cible contemporaine devenue sensible à l'ouverture de la Poésie ?
  • L'idée ancrée - voire le propre de ce projet rythmique - implique de bien "occirientaliser" le rythme poétique dans des vers libres d'une poésie d'expression française en y insérant ce que l'on peut des mesures de la rythmique orientale, en les adaptant à celles de la rythmique française, tout en jouant sur le sens commun des vers-libristes et l'élasticité intéractive d'une cible à venir.
  • Comment insérer l'accessible de ces mesures poétiques dites khaliliennes dans un poème d'ordre occidental, notamment français ?
  • La première ébauche dans ce contexte consiste à élaborer la thématique d'un rythme oriental dans une texture poétique occidentale.
  • La substance de cette ébauche tend à révéler l'entente sous-jacente entre deux rythmes symbiotiques d'atmosphère orientale/occidentale, sans qu'un rythme ne se substitue arbitrairement à un autre mais en adoptant en l'occurrence celui de l'Orient (notamment de la Méditerranée orientale), selon la composition poétique fixée par al-Khalîl al-Farâhîdî (mort en 786), théoricien et inventeur de la métrique arabe basée sur le décompte syllabique : le vers métrique repose sur la combinaison de syllabes longues et brèves.
  • Ce faisant, il ressort de notre logique d'opter ici pour six mesures restreintes parmi les seize mètres que compte la prosodie arabe : al-Motakareb, al-Motadarek, al-Kamel, al-Wafer, al-Hazaj et al-Ramal.
  • Les dix autres mesures semblent pour le moment peu communes voire labyrinthiques et impraticables à cause de l'aspect architectural à deux battants, c'est à dire les hémistiches (deux moitiés d'un vers coupé par une césure).

mots-clés

  • Afin d'éviter tout détail insignifiant et surtout une certaine lourdeur sur le plan phonétique qui dérive de l'atmosphère orientale, on va opter ici pour des outils syllabiques français, tout à fait nouveaux pour se substituer aux "awteds" de la métrique arabe.
  • Pour mesurer un vers poétique, on intériorise des "awted" ou "piliers" qui se composent de deux genres de syllabe : syllabe brève et syllabe longue

La syllabe brève

  • On peut l'imaginer comme ceci :
  • e comme e-mail

on prononce les voyelles et les consonnes phonetiquement sans les allonger : ex >> e, de, et, ce, me, que, ne, re, a, à, o, le, la (etc).

La syllabe longue

  • on peut l'imaginer ainsi:
  • you comme youyou
  • on prononce les voyelles et les consonnes aisément tout en allongeant la syllabe prononcée : ex >> you, vous, nous, mais, si, quand, il, dès, lors, où, s'y, car, or, ni, un, deux, trois

(etc).

Licences poétiques

Toute trangression de la règle ou de l'usage que le poète se permet :

  • "encor" pour encore est une licence poétique ; ainsi que tout écart dans une mesure du vers : U - U au lieu de U - - .
  • comment pratiquer ces "awteds" dans les mesures susceptibles d'être adoptées et insérées dans des vers-libristes ?

Les six mesures arabes susceptibles d'être insérées dans la poésie française

al-Motakareb

  • (dérive du verbe "takaraba" = se rapprocher)

Son décompte syllabique :

  • U - - / U - - / U - - / U - - (et ainsi de suite selon l'écoulement voire l'exigence d'un poème libre d'ordre arrondi : la mesure rythmique peut être coupée en fin de vers et continuée au vers suivant, comme on coupe en français un mot en fin de ligne pour le continuer à la ligne suivante)
  • on traduit sa syllabation ainsi :
  • U - - on prononce ainsi e you you
  • Exemples :
  • 1
  • Ce jeu dan/gereux
  • U - - / U -
  • e you you/ e you
  • N'est/ que l'absur/de discours/ amoureux
  • - / U - - / U - - / U - -
  • you / e you you/ e you you/ e you you
  • 2
  • Je vis où /je veux mê/me dans un /petit nid/ de chardon/neret mort
  • U - - / U - - / U - - /U - - / U - - / U - -
  • e you you/ e you you / e *you you /e you you/ e you you / e you you
  • 3
  • Le vers lib/re n'est qu'u/ne cage /:à qui chan/te l'oiseau?
  • U - - / U - - /U - U / U - - / U - -
  • e you you / e you you / e you e / e you you / e you you
  • Licences poétiques :
  • U - - peut devenir U - U

al-Motadarek

  • (dérive du verbe "tadaraka" = obvier à)

Son décompte syllabique :

  • - - / - - / - - / - - (et ainsi de suite selon l'écoulement voire l'exigence d'un poème libre d'ordre arrondi aux vers successifs).
  • on traduit sa syllabation ainsi :
  • - - on la prononce ainsi you you
  • Exemples:
  • 1
  • Ainsi / parlait/Aragon
  • - - / - - /UU -
  • you you/ you you/ee you
  • 2
  • Mourir/pour viv/re demain
  • - - / - - /UU -
  • you you/you you/ee you
  • 3
  • Penser/ c'est dan/ser sans/ devenir/ soudain/ Balzac/ ou Kant
  • - - / - - / - - / UU - / - - / - - / - -
  • you you/you you /you you / ee you /you you /you you/ you you
  • Licences poétiques :
  • - - peut devenir UU -

al-Kamel

(dans l'usage courant signifie "le parfait")

Son décompte syllabique :

  • UU - U - / UU - U - / UU - U - (et ainsi de suite selon l'écoulement voire l'exigence d'un poème libre d'ordre arrondi aux vers successifs)
  • on traduit sa syllabation ainsi :
  • UU - U - on la prononce ainsi ee you e you
  • Exemples:
  • 1
  • Et demain,le jour/,le défoulement/
  • U U - U - / UU - U -
  • ee you e you / ee you e you
  • Dis quelque cho/se de rose ou /va-t-en, ami..
  • - - U - / UU - U - / - - U -
  • you you e you / ee you e you/ you you e you
  • 2
  • Revenez demain :/ peut-être l'or /, peut-être non.
  • UU - U - / - - U - / - - U -
  • ee you e you / you you e you / you you e you
  • 3
  • De Paris à Lux/embourg, je vo/le ; je vole pen/dant qu'une mou/che ne cesse d'em/merder le nez
  • U U - U - / - - U - / U U - U - / - - U -/ U U - U - / - - U -
  • ee you e you/ you you e you/ ee you e you / you you e you / ee you e you/ you you e you
  • d'un philoso/phe à Barcelone.
  • - - U - / UU - U -
  • you you U you / ee you e you
  • Licences poétiques :
  • UU - U - peut devenir - - U -

al-Wafer

(dans l'usage courant signifie "l'abondant")

Son décompte syllabique :

  • U - UU - / U - UU - / U - UU - (et ainsi de suite selon l'écoulement voire l'exigence d'un poème libre d'ordre arrondi aux vers successifs)
  • on traduit sa syllabation ainsi :
  • U - UU - on la prononce ainsi e you ee you
  • Exemple :
  • 1
  • Ce n'est qu'un nœud /sa vie d'enfant /à quatre chemins
  • U - - - / U - - - / U - U U -
  • e you you you / e you you you / e you ee you
  • Licences poétiques =
  • U-UU- peut devenir U - - -

al-Hazaj

  • (dérive du verbe "hazaja" = entonner)

Son décompte syllabique :

  • U - - - / U - - - / U - - - (et ainsi de suite selon l'écoulement voire l'exigence d'un poème libre d'ordre arrondi aux vers successifs)
  • on traduit sa syllabation ainsi :
  • U - - - on la prononce ainsi e you you you
  • Exemples:
  • 1
  • Le chat ronronn/e ,l'enfant joue/ et fait son rêv/e : l'art pour l'art
  • U - - - / U - - - / U - - -/ U - - -
  • e you you you / e you you you / e you you you / e you you you
  • 2
  • Je t'interdis /de tout gommer
  • U - - - / U - - -
  • e you you you/e you you you
  • 3
  • Et si un jour/,le vent;l'éclair
  • U - - - / U - - -
  • e you you you/e you you you

NB :

  • al-Hazaj semble se confondre avec al-Wafer par la licence poétique de ce dernier : U - - - ; mais à partir du moment où le vers contient la syllabation U - UU - , il appartient à al-Wafer.

al-Ramal

(dans l'usage courant signifie "le sable")

Son décompte syllabique :

  • - U - - / - U - - / - U- - (et ainsi de suite selon l'écoulement voire l'exigence d'un poème libre d'ordre arrondi aux vers successifs)

on traduit sa syllabation ainsi :

  • - U - - on la prononce ainsi you e you you
  • Exemples:
  • 1
  • Hi, rebonjour
  • - U - -
  • you e you you
  • 2
  • Fais de nouveau /le necessair/e et tais-toi
  • - U - - / UU - - /UU - -
  • you e you you / ee you you/ee you you
  • 3
  • 'Je te pardonn/e et c'est tout.
  • U U - - / UU - -
  • ee you you / ee you you

Licences poétiques :

  • - U - - peut devenir UU - -

Pour conclure

  • Voici en substance ce dont il s'agit:
  • Initier un rythme occiriental, loin de tout enthousiasme poétique, c'est nuancer un bleu d'un poème libre et inciter les poètes vers-libristes et/ou post-modernistes d'expression française à y occirientaliser leurs couleurs hurlantes sous l'impact d'un rythme oriental rêvé qui s'oriente vers le Nord pour s'infiltrer dans la forêt au travers des mots cadencés.
  • Entre vers alexandrins et vers iambiques, entre vers blancs et silences éloquents, entre syllabes fermées et syllabes ouvertes, entre diphtongues ascendantes fausses et diphtongues descendantes, entre Poètes et Cibles, un Temps se hausse et un trait d'union rythmique se hisse entre ORIENT et OCCIDENT : un rythme occiriental est né.

Voir aussi

Métrique (poésie)

Article publié sur Wikimonde Plus