Encyclopédie Wikimonde

Vol de bijoux à l'hôtel Carlton de Cannes

Aller à : navigation, rechercher

Vol de bijoux à l'hôtel Carlton de Cannes
Nature du crime Braquage
Pays de lieu du crime Drapeau de la France France
Ville Cannes
Nature de l'arme Arme à feu
Date du crime 28 juillet 2013
Nombre de victimes 0
Jugement
Statut Enquête en cours
L'hôtel Carlton de Cannes vu depuis la plage de la Croisette.

Le vol de bijoux à l'hôtel Carlton de Cannes est un braquage qui a eu lieu le 28 juillet 2013 à l'hôtel Carlton de Cannes en France. Le préjudice est évalué à 103 millions d'euros. Ce vol, sans violence, a été commis par un homme seul.

Description

Le dimanche 28 juillet 2013, un homme dont le visage est masqué par un foulard et une casquette s'introduit dans l'exposition Extraordinary Diamonds[1], ouverte depuis le 20 juillet[2] par une porte-fenêtre de l'hôtel InterContinental Carlton de Cannes qui aurait dû être verrouillée. Armé d'un pistolet automatique, il menace trois agents de sécurité, deux vendeurs et un manager de l'entreprise Leviev, qui organise l'exposition[1].

Le voleur est ressorti en quelques secondes avec une mallette contenant 72 bijoux, bagues, pendentifs et boucles d'oreilles, « dont 34 d'exception représentant à elles seules une valeur de 135 millions de dollars ». Il est ressorti de l'hôtel par une autre porte-fenêtre, et a même perdu quelques bijoux en fuyant[1].

Préjudice

Le préjudice, initialement estimé à quarante millions d'euros[3],[4], est finalement estimé à 136 millions de dollars, soit 103 millions d'euros[1],[2]. Il semble être le « casse du siècle »[5]. Ce braquage est donc le plus important vol de bijoux en France, voire dans le monde. En France, le précédent record provenait d'un vol commis le 4 décembre 2008[2] dans la joaillerie Harry Winston : trois hommes ont volé pour 85 millions d'euros de bijoux, mais un an et demi plus tard, 80 % du butin était déjà retrouvé[1],[2].

Le hold-up rivalise avec celui qui a été commis en février 2003 au Diamond Center d'Anvers, où une centaine de millions d'euros de diamants ont été volés[1]. Celui-ci était alors considéré comme le record mondial[2].

Réactions

Le parquet de Grasse indique que « tout s'est passé très vite et sans violence »[1]. Le syndicat CGT de l'hôtel dénonce lundi 29 juillet dans un communiqué « l'irresponsabilité de la direction du palace » et demande l'ouverture d'une enquête sur la sécurité des expositions de produits de luxe dans les hôtels[2]. Un délégué syndical déclare que « lors d'expositions de produits de luxe dans nos murs, nous ne disposons pas des paramètres de sécurité qui existent dans les bijouteries classiques, comme un sas de sécurité par exemple »[4].

Le vol des bijoux exposés dans les salles du palace de la Croisette par la joaillerie Leviev fait suite à une série de vols s'étant déroulés les mois précédents dans des hôtels du Cap d'Antibes et de Cannes, voyant disparaître des bijoux des maisons De Grisogono et Chopard. Il n'a pas manqué de rappeler le scénario de La Main au collet, film d'Alfred Hitchcock avec Cary Grant et Grace Kelly tourné en 1955 sur la Côte d'Azur et au Carlton de Cannes[6].

Enquête

L'enquête a été confiée à la brigade de répression du banditisme de la police judiciaire de Nice, qui cherche notamment à savoir si le voleur a pu bénéficier de complicités[1].

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).