Encyclopédie Wikimonde

Xavier Bolot

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 118 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Xavier Bolot est un essayiste français qui a publié chez L’Harmattan, 7 rue de l’Ecole Polytechnique, Paris 75005 et chez Mandrake of Oxford, Oxford , U.K. Il propose cinq ouvrages au sujet de notre perception, de la nature de nos pensées et des conditions de notre créativité. Ingénieur de l’Institut Polytechnique de Grenoble, Professeur d’électronique à l’Université de Montréal, informaticien, dessinateur, peintre, cadre dirigeant de sociétés internationales [1], il utilise ses différentes cultures dans le domaine de l’application des neurosciences à l’art et à la société [2]. Il a exécuté des performances en dessinant en public sur le vif des danseurs de tango ou de hip-hop en train de danser [3].

Jean-Pierre Cohen Addad., Professeur des Universités en physique à l’Université J. Fourier des Sciences de la Technologie et de la Santé de Grenoble dit « Après avoir traité des Perspectives Réelles, en s'appuyant sur une analyse fortement documentée, l'auteur aborde, dans le présent ouvrage, un problème autrement délicat : celui des perceptions multiples du vivant et des représentations possibles de ce dernier sur le papier. L'approche développée est nouvelle dans le sens où la perception est traitée dans sa globalité, multi sensorielle.

L'auteur met à profit l'existence d'une somme immense de connaissances physiques, physico-chimiques, physiologiques, pour tenter d'unifier la perception dans un processus complexe.

Cet ouvrage présente l'indéniable qualité d'assembler en un seul court volume les descriptions quantitatives de tous les modes de perception dont jouit l'être humain.

Le cerveau n'est pas un instrument de mesure : tel est le message délivré ici.

En conséquence, il donne un caractère relatif à toute perception et à fortiori a toute représentation. »

Tandis que Paul Devautour, artiste et Directeur de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts de Bourges affirme : « A l'ère du réseau, des sciences cognitives et des nanotechnologies, il est plus que jamais nécessaire de croiser les cultures scientifiques, philosophiques et artistiques pour renouveler notre perception du monde. C'est l'ambition de Xavier Bolot dans ce travail approfondi sur la lumière neutre, et je suis très heureux que l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de Bourges ait pu accompagner une telle recherche. Apprendre à voir, et pas seulement avec les yeux, est en effet un enjeu central de la formation artistique."

Biographie

Xavier Bolot est né en octobre 1940. Sa mère Jeanne Linard fut premier violon de l’orchestre de Vinci d’Indy à la Schola Cantorum de Paris. Son père François Bolot, professeur agrégé du Val de Grace, était alors médecin lieutenant chirurgien des armées. Après l’invasion nazie son père rejoint l’armée de l’Afrique du Nord et sa mère décide en 1942 de la suivre à Casablanca avec ses quatre enfants d’alors. Arrivée à destination, après des péripéties, elle apprend que son mari est engagé dans la campagne d’Italie comme capitaine d’une ambulance. Elle vit à Casablanca grâce à l’aide de voisins jusqu’au retour du père glorieux en 1945. A cette époque Xavier vit avec son frère Dominique dans l’atelier de céramique de Kirk Lucien Coste qui est l’artiste auteur de la décoration en zelliges (petits carreaux de céramique) des principaux monuments de la ville ainsi que des claustra (vitraux dont las nervures ne sont pas en plomb mais en plâtre) de la grande cathédrale. Xavier apprend le violoncelle avec André Badord, le chant avec sa mère, le dessin et la peinture avec son frère Dominique qui deviendra architecte. Il s’oriente vers la physique car il y trouve un monde de poésie enfantine et d’aventures expérimentales. Il découvre ses premiers grands auteurs avec La Naissance de la tragédie de Friedrich Nietzsche, À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, Souvenirs de la maison des morts de Fiodor Dostoïevsky. Xavier choisit les concours de l’Institut National Polytechnique de Grenoble, en 1962, lequel lui semblait le mieux refléter le modernisme d’un enseignement auquel il aspirait. Il a pour professeur en électricité Louis Néel, en physique du métal, Louis Weil. Il est violoncelliste à l’orchestre d’étudiants de Grenoble. Il obtient un diplôme de l’Institut économique et juridique de l’énergie de Grenoble. Il est professeur de physicochimie à l’institut de technologie Laval de Montréal puis l’électronique à l’Université de Montréal à la demande du Professeur Lorrain qui souhaitait ouvrir une filière dans ce domaine. Xavier Bolot revient en France comme chargé du software du Groupe Péchiney Aluminium pour y construire ce service. A cette époque il suit parallèlement les cours de l’Institut d’études politiques de Paris en filière économique et financière. Puis il rejoint le groupe Philips à Fontenay-aux-Roses qui a le projet de développer le premier miniordinateur européen avec une équipe d’une dizaine d’ingénieurs. Il publie alors chez Philips, pour le groupe Philips, The System Management, sur l’organisation du développement et de la fabrication d’un nouveau produit, inspiré de l’expérience vécue par les développeurs de la NASA pour le projet Apollo. Il est alors nommé directeur de études de marché du secteur industriel du groupe Philips France. Il devient président de l’Association de Publicité Industrielle, ce qui est pour lui l’occasion d’étudier la psychologie, le comportement et la sociologie. Désormais la vie en entreprise est pour lui un laboratoire d’observations et d’essais en sociologie et en psychologie. Il parfait sa connaissance de la gestion des sociétés en obtenant son diplôme DECS et ses certificats supérieurs de l’expertise comptable. Il quitte le groupe Philips et devient directeur d'un Centre de Compétences a la CDME, distributeur de matériel électrique Français pour un ensemble de 48 établissements pour y construire une réseau intranet sur du matériel DELL utilisé par le Pentagone. Il est ensuite chargé par le groupe italien Candy de sortir de la faillite deux filiales industrielles de Rosières l’une à Auxerre, l’autre à Bourges. Xavier en profite pour prendre contact à avec l’Ecole Nationale supérieure des Beaux-Arts de Bourges où le directeur Paul Devautour lui confie l'atelier de dessin où il enseigne pendant dix ans. C’est à cette époque qu’avec les encouragements de Jean Mary il écrit Dessiner en Perspective Réelle. Il met en avant une méthode de dessin d’une efficacité et d’une simplicité déconcertantes, publié chez L’Harmattan, Paris 5e. Son deuxième essai scientifique est La Lumière Neutre nourri de ses connaissances en physique, manuscrit qu’il fait relire par François Michel Directeur de recherches au CNRS, ami de son frère ainé Jean François Maitre de conférence agrégé en réanimation à la croix Rousse de Lyon. Paradoxalement il met en évidence la nature sociale de la couleur et l’absence de traits comme un processus du vivant. C’est l’époque de l’explosion des neurosciences, en particulier de l’utilisation d’appareils électroniques que Xavier connait bien : microscopes électroniques, scanners et IRM. Il découvre Milton Erickson par la psychanalyste Michèle Arnold et rédige Comment représenter l’action. Il met en évidence la superposition des différents états de conscience de l’artiste ainsi que le rôle essentiel du hasard. Il est accueilli en 2012 par le Professeur Maffesoli comme membre du CEAQ, Centre d’Etudes sur l’Actuel et Le Quotidien, Paris V Descartes Sorbonne. Il écrit alors son premier travail philosophique Les Trois Réalités, au sujet duquel il fait une communication en salle du conseil de la Sorbonne

Il publie en 2015 Drawing in Real Perspective chez Mandrake of Oxford, U.K. et publie cinq articles sur des sites anglais. Enfin il publie en 2017 Comprendre les Illusions d’Optique, une introduction à la pensée quantique du quotidien pour répondre à la question de savoir quelle est la nature de la pensée. Son chantier actuel s’intitule Le corps qui pense, la créativité du vivant.

Expositions, communiqués, performances, vidéos,

Juin 2015 Séminaire à l’Université de Tours Rabelais sur le thème Voir en collaboration avec Olivier Brodier LMPT Laboratoire de Mathématique et Physique Théorique. et Samuel Leman UFR unité Inserm U930 Imagerie et Cerveau.

Mars 2015 Agence d’exploration urbaine, Hip-Hop sur le vif. Dans le cadre d’Emmetrop agence d’art contemporain active depuis 30 ans.

2 décembre 2014. Conférence du service du patrimoine à la suite de l’ouvrage de Xavier Bolot Dessiner en Perspective Réelle.

28 au 31 octobre 2014 colloque international avec vidéo conférence CEAQ-GREAS Madrid. Xavier Bolot préside la seconde table ronde parisienne du 30 octobre à 11h.

14 mai 2014 Xavier Bolot présente au GREAS, salle J227 à la Sorbonne, une réflexion sur le thème « Illusions, fantasmes et symbiotique du monde physique ».

Le 22 janvier 2014 Xavier Bolot présente en salle de thèse E637 son livre Les Trois Réalités.

Le 21 juin 2013 Xavier Bolot présente en Salle du Conseil de l’Université Paris-Descartes V une contribution intitulée « Une approche postmoderne de l’émotion et de l’imagination. Application aux arts collectifs du vivant. »

Le 07 février 2013 présente en salle du Conseil Général du Cher son livre Comment Représenter l’Action ainsi que deux vidéos Danse et Lumière et Performance de Tango et de Peinture, montrant l’effet Johansson et l’effet Peterhans.

Le 4 février 2013 Le professeur Maffesoli accueille Xavier Bolot au CEAQ Centre d’Etudes sur l’Actuel et le Quotidien.

Le 18 janvier 2013 Xavier Bolot produit une performance lyrique et des peintures en lumière neutre à la Galerie Picturade Laurent Quillerié et Cécile Pouyat avec le concours de Marine Bernard, soprano, d’Aline Quentin, mezzo soprane, et de Sandrine Luzignant, harpiste.

14 novembre 2011, performance de dessin et de Tango à la biennale des arts contemporains de Bourges.

Le 9 septembre 2012 performance de salsa et de dessin au château de Villemenard à St Germain du Puy.

Le 2 juin 2012 performance Dialogue des corps et dessin à Sancerre à la galerie Martine Charpin.

Novembre 2011 exposition à la Galerie Artligre, 8 rue de Prague, Paris 75012.

Dessins, peintures, ébauches, peintures sur ficelles. [4]

Ces dessins ont été exécutés sur le vif soit dans la rue lors de séances de hip-hop, de tango, de capoeira, ou de journée à l’école de cirque Le nez dans les étoiles. La technique de saisie sur le vif a été élaborée dans l’Atelier de Dessin qu’animait Xavier Bolot à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Bourges. Des modèles dansaient sur la musique interprétée par des violonistes, violoncellistes, contrebassistes, flutistes. Les dessinateurs comme les musiciens ou les danseurs expérimentaient les états de conscience décrits par Milton Erickson. Trois livres ont permis de théoriser la pratique Dessiner en Perspective Réelle, La Lumière Neutre, Comment représenter l’Action. Les peintures suivent les idées de la lumière neutre. Les ébauches sont des peintures aérées, une combinaison de traits au feutres et de couleurs jetées à l’éponge pour en finir avec la complainte du peintre Eugène Delacroix : « Quand je peins mes dessins, mon tableau perd sa vie ». Les neurosciences nous apprennet en effet le rôle des neurones de Peterhans qui nous permettent de voir les traits virtuels. Le cerveau a besoin de liberté pour imaginer le vivant.

Références

  1. Archives familiales
  2. Correspondances privées
  3. 3. www.xavierbolot.com chapitre Actualités
  4. www.xavierbolot.com chapitres Dessins, Peintures, Ebauches, Peintures sur ficelles.

Liens externes


Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).