Encyclopédie Wikimonde

Horace Camille Desmoulins

Aller à : navigation, rechercher
Fichier:Camille Desmoulins 3.jpg
Camille Desmoulins, sa femme Lucile et leur fils Horace

Horace Camille Desmoulins (né le 6 juin 1792 - décédé à Haïti en juin 1825)[1] Fils de Camille Desmoulins, personnage important de la Révolution française, et de Lucile Desmoulins, Horace Camille Desmoulins fut élevé par sa grand-mère maternelle, Mme Duplessis. Il se lança dans le commerce colonial, sans grand succès.

Enfance

Horace Desmoulins est le fils d'un couple d'un couple très impliqué dans la Révolution française. Robespierre est son parrain lors d'un des premiers baptêmes républicains .[2] Il est élévé avec le fils de Danton chez une nourrice de l'Isle-Adam[3].
Lors de la Terreur, son père, Camille Desmoulins, est guillotiné le 5 avril 1794. Le même jour, sa mère est arrêtée en tant qu'épouse de Camille, et sera elle aussi exécutée le 13 avril.

L'éducation de Horace Camille Desmoulins fut confiée à sa grand-mère maternelle Anne-Françoise-Marie Boisdeveix (Mme Duplessis). Celle-ci pour l'élever recut l'appui des amis de Camille Desmoulins, Guillaume Marie-Anne Brune et de Louis-Marie Stanislas Fréron. Mais Mme Duplessis se débattit au milieu des tracas financiers. La fortune de son mari ainsi que celle de son gendre Camille Desmoulins mal placée s'était réduite au fil du temps. Lors du règlement de la succession de Jean-Benoît Desmoulins (père de Camille Desmoulins), la famille, des paysans picards durs au travail et âpre au gain, refusa de lui accorder une aide. Guillaume Brune la conseilla afin qu'elle intervienne auprès des Comités, avec l'appui de Louis Marie Stanislas Fréron pour obtenir le legs le plus sacré pour Horace Camille Desmoulins : les œuvres de son père. Les députés de la Convention thermidorienne restèrent sourds aux plaintes de Mme Duplessis. Le 28 juin 1796, le nom de Camille « Desmoulins » qui se trouve dans une extrême pauvreté fut ajouté à un projet de décret grâce à l'intervention d'un député nommé Goupilleau. Il fut décrété que deux mille francs seraient versé à Horace Camille Desmoulins jusqu'à ses dix-huit ans pour les dépenses de son éducation et de son instruction.

En 1800, Bonaparte accorda une bourse[4] à Horace Camille Desmoulins. Celui-ci entra au Prytanée de Paris, collège qui avait remplacé celui de Louis-le-Grand où son père avait fait ses études. Il y étudia jusqu'en 1802 date où furent créés les lycées.

En 1802, Horace Desmoulins entra au lycée de Bordeaux. Mme Duplessis ne put supporter l'éloignement de son petit-fils qui l'appelait « maman », et elle intervint pour que Horace Camille Desmoulins fût inscrit dans un collège de Paris, en vain. Après de multiples interventions Mme Duplessis réussit finalement à faire admettre son petit-fils au collège Sainte-Barbe à Paris. À vingt et un ans il obtint son diplôme de bachelier en droit (1813).

En 1813, Horace Camille Desmoulins échappa à l'armée.

Comme beaucoup de fils de révolutionnaires Horace Camille Desmoulins avait seulement hérité d'un nom. Sa grand-mère continua à lui venir en aide.

Affaires

En 1815, Horace Camille Desmoulins se rend à Londres pour y faire son apprentissage dans le commerce colonial. Il s'y ennuya, jugeant les Anglais, comme il l'écrivait à sa grand-mère, des « gens tristes et seulement intéressés par l'argent ». En 1816, désargenté, il revint en France.

Le 16 novembre 1816, il recut un diplôme du futur Charles X de France l'autorisant à porter la médaille du Lys.

Il se rendit aux États-Unis et créa par l'intermédiaire du port du Havre une affaire d'achat et de vente de café entre le continent et la France. [réf. nécessaire] En 1817, il se rend à Haïti pour son commerce de café, il y épouse Zoé Villefranche avec qui il aura quatre enfants. [5] Le 14 avril 1825, malade, il écrivit à sa grand-mère qu'il s'apprêtait peut-être à tout liquider et à rentrer en France. Il n'en eut pas le temps.

Une fièvre provoqua sa mort en juin 1825.

Sources

Notes et références

  1. Bulletin de la Société de l'Histoire de Paris et de l'Ile de France - 9e année, 1882. (OCLC 1772474)
  2. Baptème républicain de Horace Desmoulins et Parrainage par Robespierre
  3. Danton de Frédéric Bluche
  4. Arrêté du 30 septembre 1800
    Article ler. - Le jeune Horace-Camille Desmoulins, dont le père, membre de la Convention nationale, est mort sur l'échafaud, victime du tribunal révolutionnaire de Paris, est nommé élève au Prytanée français.
    Article 2. - Le ministre de l'intérieur est chargé de l'exécution du présent arrêté.
  5. Site Généalogie et Histoire de la Caraïbe

Cet article « Horace Camille Desmoulins » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).