Encyclopédie Wikimonde

Écriture afrika

Aller à : navigation, rechercher

L'écriture Afrika est une écriture de type alphabétique et componentielle inventée en 2010 par David Mboko Mavinga à Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC).

Invention

C'est le 2 février 2010, cinq ans après son apprentissage de l’écriture Mandombe, que le kimbanguiste David Mboko Mavinga découvrit, sous le coup d’une « inspiration divine révélée par Simon Kimbangu, Dieu Tout-puissant de ses ancêtres », une nouvelle écriture. Pendant les neuf mois qui suivirent sa révélation, David Mboko Mavinga écrivit un manuel d’apprentissage de l’écriture Afrika, sur le modèle de celui de l’écriture Mandombe. Puis il reçut une révélation du Saint-Esprit qui lui intima de se rendre à Nkamba, comme David Wabeladio Payi l’avait fait trente-deux ans auparavant. Le voyage commença le 18 octobre 2010 et plusieurs miracles ou "mystères" eurent lieu, que David Mboko interpréta comme autant de certificats de légitimité kimbanguiste de son écriture. Premier miracle. En arrivant à Nkamba, à six heures du soir, un coq chanta. Deuxième miracle. David Mboko Mavinga rencontra une tante paternelle décédée deux ans auparavant. Troisième miracle. Un ange de Dieu lui apparut qui lui dicta les paroles qu’il devrait répéter à Simon Kimbangu Kiangani, chef spirituel de l’Église kimbanguiste, petit-fils du prophète. Quatrième miracle. Après avoir été piqué au front par une abeille, David Mboko Mavinga fut guéri par le chef de l’Église[1].

Sémiotique alphabétique

David Mboko Mavinga considère l’écriture Afrika comme une variante améliorée de l’écriture Mandombe[2]. Tandis que l’écriture Mandombe comporte 110 caractères syllabiques, l’écriture Afrika est alphabétique. Elle comporte de ce fait 25 lettres, cinq voyelles et vingt consonnes. Les voyelles sont empruntées à l’écriture Mandombe et certaines consonnes – J, K, V, W, Y, Z – proviennent, sous des formes dérivées, de l’alphabet latin. Le point d’attache de la consonne à la voyelle est dans l’écriture Afrika explicitement dessiné, tandis qu'il reste "enfoui" dans les caractères Mandombe (où il est nommé singini).

Alphabet Afrika

Sémiotique componentielle

Comme l'écriture Mandombe, l’écriture Afrika se caractérise par une dimension partiellement componentielle[3]. La procédure de construction des caractères est toutefois radicalement simplifiée. David Mboko Mavinga décida de faire dériver onze consonnes de trois formes de base : le carré, le rectangle et le triangle. Le triangle est de plus obtenu à partir du carré.

Notes et références

  1. David Mboko Mavinga, L’écriture Afrika. Une nouvelle invention Négro-Africaine (2011), Edilivre.com, p. 16-21.
  2. David Mboko Mavinga, L’écriture Afrika. Une nouvelle invention Négro-Africaine (2011), Edilivre.com, p. 13-15.
  3. Afrika (Trop tard, trop tôt, 21 août 2013)

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).