Encyclopédie Wikimonde

Avocats sans frontières (association française)

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Avocats sans frontières (ASF) est une association française loi de 1901 pro-israélienne fondée le 22 août 1983[réf. souhaitée] par l'avocat Gilles-William Goldnadel et présidée depuis par celui-ci[1]. Sa vice-présidente est l'avocate Aude Weill-Raynal, qui est la soeur des jumeaux Clément Weill-Raynal et Guillaume Weill-Raynal.

Domiciliée à la Maison du Barreau à Paris, l’association revendique avoir pour vocation la défense des droits de l'homme et la lutte contre toutes les discriminations, en particulier l'antisémitisme, la défense de l'individu face à l'arbitraire judiciaire, administratif ou économique et la défense de l'individu face à la violence et au terrorisme. En réalité, elle intervient principalement pour soutenir les causes pro-Israëliennes.

Interventions

L'association intervient principalement pour lutter contre ce qu'elle appelle l'antisionisme radical qui constituerait le renouveau de l'antisémitisme, ce qui n'a pas manqué d'entraîner de nombreuses controverses médiatiques[réf. nécessaire]. Elle a pris position dans l'affaire L'Oréal (qui avait boycotté des entreprises israéliennes)[2]. Avocats sans frontières a gagné un procès contre le philosophe Roger Garaudy accusé de révisionnisme[3],[4]. Elle intente également un procès à l'historien américain Norman G. Finkelstein et à son éditeur lors de la parution du livre L'Industrie de l'Holocauste (2000) pour « diffamation raciale » et « incitation à la haine raciale », que ceux-ci gagneront en première instance et en appel[5].

En 2002, Avocats sans frontières a intenté, aux côtés de l'UEJF et de la Licra, un procès contre Daniel Mermet, journaliste à France Inter, pour avoir diffusé des propos d'auditeurs concernant le conflit israélo-palestinien, l'accusant d'« incitation à la haine raciale ». Reporters sans frontières a alors dénoncé des « pressions croissantes exercées sur les journalistes critiquant la politique d'Ariel Sharon »[6], tandis que la Cour d'appel a débouté Avocats sans frontières (tendance Goldnadel) en 2006, distinguant entre la responsabilité du journaliste et celle de l'auditeur auteur des propos[7].

Avocats sans frontières a aussi poursuivi le philosophe Edgar Morin à la suite d'un point de vue publié par le journal Le Monde. Après avoir obtenu sa condamnation par la Cour d'appel de Versailles, l'arrêt a été cassé sans renvoi par la Cour de cassation. Un recours a été déposé devant la Cour européenne des droits de l'homme[réf. nécessaire].

Dénomination

L'association Avocats sans frontières créée par Gilles-William Goldnadel ne doit pas être confondue avec l'ONG-homonyme, établie à Toulouse et présidée par François Cantier.

Critiques

Son président est accusé par le MRAP d'entretenir des liens avec l'extrême-droite et de harceler judiciairement les antisionistes [1].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 [PDF]« Racisme anti-arabe, nouvelle évolution », MRAP.
  2. Michael Bar Zohar, Une affaire sans fard, Fayard, 1997.
  3. Michael Prazan et Adrien Minard, Roger Garaudy ou l'Itinéraire d’une négation, Calmann-Lévy, 2007.
  4. https://www.liberation.fr/tribune/2001/03/27/ne-pas-tolerer-l-intolerable_359160
  5. Cour d'appel de Paris, 4 mai 2006[réf. nécessaire].
  6. Daniel Mermet, la «mauvaise cible» des pro-Israéliens sur le site du quotidien suisse Le Courrier.
  7. « Incitation à la haine raciale : relaxe définitive pour Mermet », Le Nouvel Observateur, 30 janvier 2007

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).