Georges W. Veillette

Aller à la navigation Aller à la recherche
Georges W. Veillette
Naissance
Décès (à 74 ans)
CHSJ of Trois-Rivières
Nationalité Canadienne
Pays de résidence Canada
Profession
Homme d'affaires dans le domaine du matelas
Conjoint
Georgette Veillette

Georges W Veillette (1918-1993) était un homme d'affaires renommé dans l'industrie du matelas en tant que fondateur de la compagnie «Matelas Suprême inc» à Saint-Narcisse, en Mauricie, en Québec, au Canada[1]. Plusieurs entreprises travaillant en complémentarité ou en tant que fournisseurs de «Matelas Suprême» se sont implantées à Saint-Narcisse dans le concept de pôle industriel.

Démarrage en affaires

Georges Veillette a fait son entrée précoce sur le marché du travail, aidant d'abord son père Welly Veillette (marié à Alphonsine Massicotte) qui exploitait un jardin de démonstration de fruits et légumes; les produits agricoles étaient vendus la fin de semaine au marché de Trois-Rivières. L'hiver, Georges était bûcheron, charpentier ou assistant cuisinier dans les sites forestiers de la Haute-Mauricie. Dès l'âge de 19 ans, il travaille 3 ou 4 ans dans le domaine de la récupération du fer et du chiffon[2].

Georges Veillette et Georgette Veillette se sont mariés le 19 octobre 1942 à Saint-Narcisse. Ils eurent 10 enfants, de 1943 à 1955[3]. Ses enfants se sont impliqués dans des entreprises familiales.

Fondateur de Matelas Suprême inc

En 1944, il invente lui-même une machine à fileter pour la fabrication de matelas, alors qu'il reste au deuxième rang à Saint-Narcisse. Le premier étage de leur maison a servi de première usine de fabrication de matelas; puis l'ancienne grange a été utilisée pour l'entreprise[2].

En 1945, Georges Veillette fait construire avec ses ouvriers un premier bâtiment dans le village de Saint-Narcisse, la deuxième usine. Ils fabriquaient quatre ou cinq matelas par jour. En décembre 1945, un premier incendie détruit les installations qu'il reconstruit au printemps 1946. À l'hiver 1946, Georges Veillette transporte lui-même les matelas confectionnés pour livraison aux clients de Lac-à-la-Tortue. À l'hiver 1946–1947, il dut ouvrir les routes d'hiver entre Saint-Narcisse et Saint-Louis-de-France[2].

Le 12 avril 1952, un deuxième incendie détruisit complètement l'usine. Il a reconstruit au début de 1953. Un troisième incendie s'est produit le 2 décembre 1959; l'usine est ensuite reconstruite en blocs de ciment[2]. En 1956, l'entreprise adopte la dénomination sociale "Matelas Suprême inc"[4].

En 1964, une usine moderne de 71 000 pieds carrés (6596 m2) Matelas Suprême Inc. est construite dans le village de Saint-Narcisse. Avec son équipe, il construit son propre camion malaxeur à béton et la grue utilisée pour hisser les matériaux de construction. Matelas Suprême Inc fonctionnait avec une capacité de production de 700 matelas par jour. Les produits fabriqués sont livrés aux Maritimes, au Québec, en Ontario et dans l'Ouest canadien[2]. Au milieu des années 1970, Matelas Suprême embauche une centaine d'ouvriers et fabrique environ 100 000 matelas et sommiers par an. Sa part de marché se situait alors entre 18 et 20% du marché québécois. En 1973, l'entreprise s'est agrandie à 125 000 pieds carrés. il. pour lancer la division de production de meubles rembourrés (fauteuils, canapés, canapés, etc.). En 1969, Matelas Suprême est racheté par le groupe Zodiac; le nouveau nom devient «Suprême»[5]. L'usine de Saint-Narcisse a fermé ses portes en 1981[4]. En 1988, Sealy Canada a acquis Matelas Centurion de Saint-Narcisse[4].

Feutre National Inc

Dans les années 1960, l'homme d'affaires Georges Veillette acquiert une franchise concédée par un ingénieur américain, permettant la fabrication de Flex-Xel, à l'époque, un produit révolutionnaire sur le marché du matelas et du rembourrage. et sous-couche. En 1969, Georges Veillette construit l'usine de 75 000 pieds carrés pour les activités de Feutre National Inc dans le village de Saint-Narcisse. Cette entreprise, fondée en 1961 et employant une trentaine de salariés, fabrique du coton et du feutre synthétique. Les produits de cette usine ont été vendus aux plus grands fabricants de matelas et de rembourrages au Canada et aux États-Unis.[2],[6],[7]

Autres entreprises

En 1964, Georges Veillette construit le Motel Robinson, sur une presqu'île contournée par le cours de la rivière Batiscan. Puis, il a mis en place un camping avec 400 sites. Il avait cette entreprise en 1976 lorsqu'elle accueillait jusqu'à 10 000 visiteurs par an. Le tricentenaire du Veillet / te d'Amérique a été célébré sur ce site par 2000 participants du 13 au 14 août 1988[2]. En 1973, Georges acquiert une ferme de 50 arpents et 10 bêtes à cornes; puis il a acquis d'autres lots aux alentours. Enfin, il a vendu en 1979, alors que la ferme comptait 400 arpents et 325 bêtes à cornes.[2]

Notes et références

  1. Livre «Registre, histoire et généalogie de la septième génération des descendants masculins Veillet/te 1852 à 2019» (traduction: «Registre, histoire et généalogie de la septième génération de descendants mâles Veillet/te 1852 à 2019"), par Françoise Veillette, Trois-Rivières, 277 pages, p. 180, le profil de famille d'Alphée Wellie Veillette et Alphonsine Massicotte.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 Livre "Histoire et généalogie des familles Veillet/te d'Amérique" (traduction: Histoire et généalogie des Veillet/te familles en Amérique), 1988, biographie spéciale de Georges W. Veillette, p. 562-563, publiée dans le cadre des célébrations du tricentenaire de l'arrivée de l'ancêtre Jean Veillet en Amérique. Coordinateur des biographies spéciales: Hubert Veillette.
  3. Article «Les premiers Veillet/te établis à St-Narcisse (3e partie)» (traduction: «Le premier Veillet/te établi à St-Narcisse (3e partie)»), rubrique «nombre de baptêmes enregistrés à St-Narcisse», bulletin Le Pathiskan, déc. 1997, p. 17, par Gaétan Veillette.
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Article "Saint-Narcisse - Une longue tradition dans le matelas industrie », infopublicité, journal Le Nouvelliste, 8 juin 2002, cahier 3, p. 8.
  5. Article «Matelas Suprême a mis deux ans à retrouver sa place sur le marché après la longue grève», par Pierre Gravel, journal Le Nouvelliste, section Économie et finances, p. D2.
  6. Article: "La Fête de la Solidarité - 15-16-17 août 1986 - St -Narcisse », journal Le Nouvelliste, 12 août 1986, section 2, p. 13.
  7. Monographie« Saint-Narcisse 1804-1979», du Père Jean Gagnon, p. 276-277, Éditions du Bien Public, rubrique «Matelas Suprême inc».

Bibliographie

  • Monographie «Saint-Narcisse 1804-1979», du Père Jean Gagnon, p. & Nbsp; 258-260, Éditions du Bien Public, section «Matelas Suprême inc».

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la Mauricie
  • Portail du Québec