Guillaume de La Tour d’Oliergues

Aller à la navigation Aller à la recherche

Guillaume de la Tour d'Olièrgues
[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).|280px|alt=Image illustrative de l’article Guillaume de La Tour d’Oliergues]]
Biographie
Nom de naissance Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Naissance Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Ordre religieux Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Décès
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Évêque de l'Église catholique
Patriarche latin d'Antioche
Évêque de Rodez

[[Fichier:Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).|150px|alt=Signature de Guillaume de la Tour d'Olièrgues]]

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 775 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Guillaume de la Tour d'Olièrgues (mort le 20 mars 1470) est un ecclésiastique français, évêque de Rodez de 1429 à 1457.

Biographie

Famille et formation

Guillaume de la Tour d'Olièrgues est le fils d'Agne II de la Tour (mort le ), seigneur d'Oliergues, et de Béatrix de Chalençon, fille de Guillaume de Chalençon et de Valpurge de Polignac. Il est le cousin d'Henri de la Tour, évêque de Clermont.

Guillaume de la Tour est docteur en droit, chanoine de Lyon[1] en 1406[2] et de Clermont en 1408[2], doyen de Saint-Pierre de Clermont, archidiacre de Saint Flour en l'église de Clermont[1] et prévôt de Clermont[1],[3].

Une prise de possession difficile

Il est nommé évèque de Rodez par le pape Martin V le [4],[1]. De son côté, le chapitre de Rodez ne voulant pas laisser périmer son droit d'élection, choisit pour évêque Pierre d'Ëstaing[4],[2], archidiacre de Conques[1],[3], l'un de ses membres les plus distingués, à la fin du mois d'[5].

Dans une bulle datée de envoyée au chapitre de Rodez, Martin V lui ordonne de recevoir comme évêque Guillaume de La Tour. Le , Pierre Borniol, official de Saint-Flour, est missioné par le pape pour que Guillaume de La Tour prenne possession de l'évêché de Rodez. Martin V fait emprisonner les vicaires de Pierre d’Estaing ce qui déclenche le un appel du chapitre auprès de Martin V contre cet emprisonnement. Finalement, le , Pierre d’Estaing consent à restituer les biens et places usurpées par ses partisans à Guillaume de La Tour, contre une pension annuelle de cinq cents écus, jusqu’à ce qu’il reçoive un bénéfice de revenu équivalent[5]. Guillaume de la Tour prend possession de son diocèse en 1432[1],[3].

Évêque de Rodez

Guillaume de la Tour assiste aux conciles de Constance en 1415[2] et à celui de Bâle en 1434[1],[2]. Il n'en repart pour son diocèse qu'en [2].

Il contribue à la construction de la cathédrale de Rodez , où ses armes peuvent être vues sur plusieurs clefs de voûte de la nef[3]. Il est à l'origine de la construction de la tour Corbière à Rodez en 1445 et de la reconstruction du château (en 1442) et de la collégiale de Salles-Curan (en 1452)[4],[1],[3]. Il y établit un chapître collégial qui est supprimé en [4].

Le pape Calixte III accepte sa démission de sa charge d'évèque de Rodez en 1457[4],[1],[2],[3] en faveur de son neveu[6] Bertrand de Chalençon[1],[2] et le nomme 8 jours plus tard Patriarche latin d'Antioche[2],[3]. Il garde alors la jouissance des châteaux de Salles-Curan et de Muret-les-Rodez[2].

Il meurt le au château de Muret-les-Rodez[4],[1],[2]. Il est inhumé dans la chapelle des Trois-Rois de la cathédrale de Rodez[1],[2],[7].

Annexes

Liens internes

Notes et références

  1. 1,00 1,01 1,02 1,03 1,04 1,05 1,06 1,07 1,08 1,09 1,10 et 1,11 Marc Antoine François de Gaujal, Etudes historiques sur le Rouergue, vol. 1, Paris, Conseil Général de l'Aveyron, , 191-192 p. .
  2. 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 2,10 et 2,11 Etienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne justifiée par chartes, titres, histoires anciennes & autres preuves authentiques, Paris, Antoine Dezallier, , 393-395 p. 
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 et 3,6 Louis Bion de Marlavagne, Histoire de la Cathédrale de Rodez : avec pièces justificatives et de nombreux documents sur les églises et les anciens artistes du Rouergue, Rodez, Didron, , 48-49 p. .
  4. 4,0 4,1 4,2 4,3 4,4 et 4,5 Louis Bosc, Mémoires Pour Servir A L'Histoire Du Rouergue, vol. 2, Rodez, Devic, , 246-248 p. 
  5. 5,0 et 5,1 Matthieu Desachy, « « La damnable schisme ore apaisez ». La fin du Schisme dans le Midi toulousain (1409-1430) », Cahiers de Fanjeaux, Privat,‎ , p. 376-377.
  6. Bertrand de Chalençon était petit-neveu de Béatrix de Chalençon et fils d'Isabelle de la Tour.
  7. Laurent Fau et Caroline de Barrau-Agudo, Découverte et résultats d’analyse de statuaire médiévale et moderne de la cathédrale de Rodez (Aveyron), vol. 27, , 97-136 p. .

Voir aussi

Bibliographie

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 193 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).