Lampe à vapeur de mercure

Aller à la navigation Aller à la recherche
Une lampe à vapeur de mercure de 175 watts, environ 15 secondes après le démarrage.

Une lampe à vapeur de mercure est une lampe à décharge qui utilise un arc électrique à travers du mercure vaporisé pour produire de la lumière[1].

Principe et origine

Lampe de Cooper Hewitt, 1903.

Si l'on fait traverser les vapeurs de certains corps par un courant électrique ces vapeurs deviennent lumineuses[2].

Charles Wheatstone a observé le spectre d'une décharge électrique dans de la vapeur de mercure en 1835 et a noté les raies ultraviolettes dans ce spectre. En 1860, John Thomas Way a utilisé des lampes à arc fonctionnant dans un mélange d'air et de vapeur de mercure à la pression atmosphérique pour l'éclairage[3]. Le physicien allemand Leo Arons (1860-1919) a étudié les décharges de mercure en 1892 et a développé une lampe basée sur un arc de mercure[4]. En , Herbert John Dowsing et H. S. Keating, d'Angleterre, ont breveté une lampe à vapeur de mercure, considérée par certains comme la première véritable lampe à vapeur de mercure[5].

La première lampe à vapeur de mercure à connaître un grand succès a été inventée en 1901 par l'ingénieur américain Peter Cooper Hewitt[6]. Les premières lampes qu'il a réalisé sont formées de tube de verre de 125 cm de longueur, et de 2,5 cm de diamètre[2]. L'électrode négative se trouve à l'extrémité du tube qui se termine en ampoule ; cette ampoule s'appelle encore chambre de condensation[2]. À l'autre extrémité le tube se termine par un léger renflement qui contient l'électrode positive[2]. Dans la partie extrême de la chambre de condensation se trouve une petite capsule dans laquelle est scellé un fil de platine amenant le courant au mercure ; sur cette capsule est fixée une sorte de douille reliée au fil de platine et qui sert à établir les connexions extérieures[2].

Notes et références

  1. (en) « What color is mercury discharge tube? – handlebar-online.com »
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 L'Industrie électrique.
  3. [PDF] (en) Maxime F. Gendre, « Two Centuries of Electric Light Sources Innovations » (consulté le ), p. 4
  4. (en) Clement D. Child, Electric Arcs-Experiment Upon Arcs Between Different Electrodes in Various Environments, Watchmaker Publishing, (ISBN 0-9726596-1-7) 
  5. (en) Frederick Mollwo Perkin, « Mercury vapour lamps and action of ultra violet rays », Transactions of the Faraday Society, vol. 6, no February,‎ , p. 199–204 (DOI 10.1039/TF9110600199, lire en ligne)
  6. (en) C. V. b, « Peter Cooper Hewitt », Nature, vol. 108, no 2710,‎ , p. 188–189 (DOI 10.1038/108188b0 Accès libre, Bibcode 1921Natur.108..188B, lire en ligne)

Bibliographie

  • « Lampe à vapeur de mercure », L'Industrie électrique, no 552,‎ (lire en ligne)
  • (en) Dale R. Patrick et Stephen W. Fardo, « Vapor Lighting », dans Industrial Electronics, , 2e éd. (lire en ligne), p. 258
  • (en) « Mercury vapor lamps », dans Efficient Lighting Applications and Case Studies, (lire en ligne)

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de l’électricité et de l’électronique