Encyclopédie Wikimonde

The Monde

Aller à : navigation, rechercher

The Monde est un journal satirique créé en 2003 et diffusant des idées anti-américaines sous l'angle de la parodie. Les premiers numéros de The Monde ont été publiés par le groupe Entreprendre Robert Lafont. The Monde n°4 est publié en 2009 par le groupe Dolmen, avec toujours la même équipe de rédaction.

The Monde n°1

Le premier numéro[1],[2], sorti en avril 2003, était une réaction à chaud à l'invasion de l'Irak par les Américains un mois plus tôt. L'idée était, en parodiant le quotidien de référence qu'est Le Monde, de proposer une lecture décalée de l'actualité immédiate et dramatique en imaginant l'invasion de la France par une coalition militaire américano-anglo-monégasque et en traitant cette « information » à grands renforts d'articles, d'interviews, de cartes et de photos en apparence aussi sérieux que ceux de l'original.

Ainsi, entre autres, un soi-disant correspondant décrivait, sur le ton du reportage, la progression des unités monégasques le long de la Riviera française, tandis qu'un autre article relatait avec force détails les combats se déroulant aux alentours de l'Élysée entre parachutistes américains et miliciens chiraquiens. Comme toute satire, le récit de The Monde s'appuyait sur un fond de réalité, à savoir le divorce diplomatique et politique intervenu à propos de l'Irak entre Washington et Paris, différend illustré de façon spectaculaire par le discours de Dominique de Villepin devant l'Assemblée générale des Nations unies peu avant le début de la guerre. The Monde imaginait donc que l'Amérique de George Bush et ses alliés avaient décidé de punir la France pour son neutralisme et son alliance objective avec Saddam Hussein.

Tiré à 50 000 exemplaires, The Monde n°1 a suscité un large intérêt de la part des grands médias anglo-saxons : outre l'agence Reuters[3], des journaux et des télévisions comme Newsweek, CNN, le Daily Mail, le New York Times, la BBC, sans oublier un grand journal australien, ont littéralement assiégé pendant deux semaines les éditeurs de The Monde.

La curiosité sera moindre en France, The Monde ayant été, à l'exception d'un petit article paru dans le supplément économie du Figaro, à peu près totalement ignoré des médias hexagonaux.

« Bobonation »

Les promoteurs de The Monde ont ensuite mis en chantier en septembre 2003 une parodie de Libération intitulée « Bobonation », dans le même esprit que le numéro précédent, puisque le dossier principal du journal tournait autour de l'organisation par les Américains de Gay Prides à Kaboul et à Bagdad, seule façon selon eux d'arrimer l'Afghanistan et l'Irak à l'Occident démocratique.

The Monde n°2

The Monde reparaissait à la mi-mars 2004 et stigmatisait encore le nouvel ordre mondial, reprenant de nouveau la pagination, la charte graphique et les tics de langage du quotidien national Le Monde.

The Monde n°3

Un The Monde n°3[4] lui succédait en septembre 2004, inversant le schéma du n°1, les États-Unis se voyant envahis par les différents pays du supposé « axe du Mal » (Corée du Nord, Syrie, Venezuela, Cuba, etc.). Les rédacteurs entraînaient leurs lecteurs dans un vaste voyage de la Californie à New York, en passant par le Middle West des fanatiques mormons tentant avec leurs arquebuses de s'opposer aux Migs de fabrication soviétique et aux missiles sol-air iraniens.

The Monde n°4

À l'été 2009, c'est-à-dire cinq ans plus tard, The Monde ressort un numéro[5], visant une cible globalement semblable, puisque cette fois-ci, c'est la France de Sarkozy et l'Otan qui sont l'objet du pastiche. The Monde n° 4 propose un faux scoop de taille : la participation militaire de la France à un « ambitieux et nécessaire plan de contrôle démocratique et humaniste de la bande de Gaza », en collaboration avec Tsahal, l'US army, l'armée de la Reine du Royaume-Uni, aidés de « petits pays dynamiques et méritants » comme la Géorgie, le Kosovo et le Monténégro. The Monde a en outre entièrement imaginé un entretien exclusif avec Hervé Morin, ministre de la défense sarkoziste. Le numéro comporte également des articles sur l'interpellation de Dominique de Villepin à la suite d'une manifestation anti-américaine houleuse, une critique serrée et admirative du nouvel essai de Jacques Attali, Et si on essayait la guerre ?, ainsi que de nombreux encarts publicitaires relatifs à l'art de vivre de Julien Dray.

Notes et références

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).