Encyclopédie Wikimonde

Économie mauve

Aller à : navigation, rechercher

L'économie mauve est ce qui dans l'économie participe au développement durable en valorisant le potentiel culturel des biens et services.

Définition

« L’économie mauve renvoie à la prise en compte du culturel en économie. Elle désigne une économie qui s'adapte à la diversité humaine dans la mondialisation et qui prend appui sur la dimension culturelle pour valoriser les biens et services[1]. »

Ces deux tendances, horizontale et verticale, se nourrissent l'une l'autre. En effet, l'accroissement de la composante culturelle attachée aux produits est lié à la vitalité culturelle des territoires.

Une économie des territoires

Un appel international du 7 juin 2020[2],[3],[4], signé par des architectes, des chefs, des lauréats du prix dit Nobel d'économie, des dirigeants d'organisations internationales[N 1], la définit comme une économie des territoires. Ceux « qui préserveront au mieux les éléments originaux de leur identité pourront bénéficier, s'ils réussissent à les valoriser, de réels « avantages concurrentiels ». Cette revitalisation culturelle de (l')environnement local ne signe pas pour autant un désintérêt du lointain. L'appétit pour les autres cultures et la nécessité de mieux les connaître ne pourront que croître dans le monde qui vient. » De ce point de vue, l'économie mauve est universelle par nature. « Tous les territoires, y compris parmi les moins bien dotés économiquement et technologiquement, peuvent avoir un message culturel à délivrer. Il s'agit donc d'offrir à chacun d'eux la possibilité de valoriser, dans un monde dont l'uniformisation signerait l'appauvrissement, ce qu'il a d'unique. »[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10]

Montée en puissance du culturel

Le contexte de l'économie mauve est celui d'une importance grandissante prise par le culturel dans la société contemporaine. Parmi les facteurs invoqués, figurent notamment : un rééquilibrage économique et politique mondial au profit des pays émergents, un retour aux environnements locaux (perçus à nouveau comme des pôles de stabilité), de nouvelles formes de revendications (faisant suite à l'effondrement des grandes idéologies), une demande sociale croissante de qualité, fondée sur des consommations culturelles (qui vont de pair avec les logiques de démocratisation, d'individualisation et d'allongement de la durée de vie humaine), les démarches d'innovation (supposant un état d'esprit culturel, d'interdisciplinarité, propice à la sérendipité)[11]

Champ d'application

L'économie mauve a un caractère transversal dans le sens où elle valorise tous les biens et services, quels que soient les secteurs, en prenant appui sur la dimension culturelle[12]. L'économie du sensoriel et de l'expérientiel en est une application[11][réf. à confirmer].

Elle diffère de l'économie de la culture, qui repose sur une logique sectorielle. Toutefois, le terme est aussi utilisé pour désigner une économie fondée sur la culture[13], [14], [15], [16], [17], [18], [19], [20], [21], [22], [23], [24], [25], [26], [27], [28], [29], [30], [31], [32], [33], [34], [35].

En , l'association diversum publie les conclusions d’un premier groupe de travail interinstitutionnel sur l’économie mauve, réunissant des membres de l'association, de l’UNESCO, de l’OCDE, de l’Organisation internationale de la Francophonie, des ministères français, des entreprises et de la société civile. Ce document souligne l’impact du phénomène de culturalisation, qui toucherait désormais toute l’économie, avec des incidences sur l’emploi et la formation. Le rapport distingue ainsi emplois mauves et professions mauvifiantes : les premiers sont directement liés à l’environnement culturel par leur finalité (exemple des urbanistes et aménageurs), tandis que les secondes sont seulement appelées à se transformer sous l’effet de la culturalisation (exemple des fonctions ressources humaines ou des fonctions marketing et communication)[36].

Un autre document de référence paru en [11] évoque différents aspects de l'environnement humain où l'économique est susceptible de produire des bénéfices culturels : apprentissage, architectures, artistique, couleurs, éthique, imaginaire, patrimoine, plaisir, savoir-être, singularité, etc.

Origine

Le terme est apparu en France en 2011 à l'occasion d'un manifeste[37] publié dans Le Monde.fr. Parmi les signataires[N 2], figurent les administrateurs de l'association Diversum[N 3] qui organisa, à Paris, en , le premier Forum international de l'économie mauve, sous le patronage de l'UNESCO, du Parlement européen et de la Commission européenne[38],[39],[40],[41],[42],[43].

Rattachement au développement durable

L'économie mauve souligne la présence d'externalités : l'environnement culturel dans lequel les agents puisent et sur lequel ils laissent en retour leur empreinte est un bien commun. L'économie mauve place de ce fait le culturel comme un pôle du développement durable [44], [45], [46], [47], [48], [49], [50], [51], [52], [53], [54], [55], [56], [57], [58], [59], [60], [61].

Le culturel est au demeurant un enjeu à part entière du développement durable depuis le départ. En effet, la responsabilité sociétale d'entreprise prend ses premières sources dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, adopté par les Nations unies en 1966.

Cet enjeu ne représente qu'une des composantes du développement durable, à côté des préoccupations liées à l'environnement naturel (économie verte) et de celles liées à l'environnement social (économie sociale). La complémentarité entre les volets de l'économie durable a été réaffirmée lors d'un appel[62],[N 4] publié en 2015 dans Le Monde.

Notes et références

Notes (liste des signataires)

Références

  1. Le Journal des Arts
  2. 2,0 et 2,1 (it) « Per un rinascimento culturale dell'economia », Corriere della Sera,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. 3,0 et 3,1 (es) « “Por un renacimiento cultural de la economía”: el manifiesto de una veintena de intelectuales para una nueva época », El País,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. 4,0 et 4,1 Appel en français, in : collectif, « En dépit de son importance croissante, le culturel n’a pas suffisamment été pensé comme un écosystème », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (es) « Un manifiesto por un mundo cultural, más responsable y humano », Architectural Digest (en),‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (zh) « 努维尔、皮亚诺、坂茂等联名签署《为了经济的文化复兴》宣言 », Archiposition,‎ (lire en ligne, consulté le )
  7. (pt) « Arquitetos e líderes do mundo todo assinam manifesto em favor da cultura », Casacor (pt),‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. (en) « shigeru ban, kengo kuma, jean nouvel + renzo piano sign manifesto for a cultural revival », Designboom (en),‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (hu) « 24 közgazdász és építész üzeni: eljött az idő a világ ujragondolasara », Octogon,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en) « For a cultural revival of the economy », European Grouping of Societies of Authors and Composers,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. 11,0, 11,1 et 11,2 Diversum, Gilles Andrier, Loïc Armand, Francesco Bandarin, Jérôme Bédier, Françoise Benhamou, Fouad Benseddik, Gilles Boëtsch, Dominique Bourg, Jérôme Gouadain, Maria Gravari-Barbas, Marc-Antoine Jamet, François Jullien, Pascal Lamy, Jacques Lévy, Gilles Lipovetsky, Françoise Montenay, Jean Musitelli, Patrick O'Quin, Philippe d'Ornano, Dominique Perrault, Marie-Hélène Plainfossé, Nicole Rouvet, « L'empreinte culturelle du secteur cosmétique », sur diversum.net (consulté le )
  12. « Carole Delga, discours de conclusion des Rencontres Nationales Culture et Alimentation », Ministère de l'Économie et des Finances (France), (consulté le )
  13. « Culture et économie : le nouveau mariage de raison ? », Le Vif/L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « On ne peut pas dissocier économie et culture », L'Écho,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Art O'Clock – La Défense à l'heure de l'art contemporain », ArtsHebdoMédias,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « Universités et grandes écoles se mettent au parfum de l'art contemporain », Le Nouvel Économiste,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Mais pourquoi l'eau des fontaines de Bruxelles est devenue mauve ? », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « « Terre des nouveaux possibles », 4e édition », L'Alsace,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « L'économie mauve, la culture comme ancrage communautaire », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Nancy : un lieu pour libérer la création », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (es) « Economías de Colores », Asociación de Mujeres Empresarias del Perú (consulté le )
  22. (es) « Economía de colores, pauta para desarrollo », El Nuevo Siglo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Prix jeune entrepreneur-e francophone 2017 », Ministère de l'Éducation nationale (France),‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « Le projet MAuVE », Université de Lille (consulté le )
  25. « Le maire de Gatineau défend une économie mauve », Radio-Canada,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. (es) « Startup Challenge Objetivos de Desarrollo Sostenible », Competencia de Talento e Innovación de las Américas,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « La fin de la timidité à Gatineau », Le Droit,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « Pour une Francophonie de l’action », Financial Afrik,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. « Mulhouse Alsace Agglomération », Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. (es) « Los Colores de la Economía Cubana », Programa Cuba,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. (es) « Museos, Cultura y Economía Púrpura », EVE Museos e Innovación,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. « L’Afrique ne produit pas ses propres dirigeants », maliweb.net,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. « L'économiste Kako Nubukpo appelle à revoir le modèle de croissance en Afrique », Radio France internationale,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. (en) « Africa's future is not just green, or blue, it's technicolour », Business Day (South Africa) (en),‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (es) « La economía plateada, un impulso a la riqueza del planeta », El Universo,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. Premier groupe de travail interinstitutionnel sur l’économie mauve, « L’économie mauve : un objectif, une opportunité » [PDF], sur diversum.net,
  37. Tribune : L'économie mauve, une nouvelle alliance entre culture et économie, Collectif, 19/05/2011, Le Monde.fr
  38. Site du premier Forum international de l'économie mauve
  39. (en) « First International Purple Economy Forum held », UNESCO,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. « forum international : l'économie mauve », Cité internationale de la bande dessinée et de l'image,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. « Sauver l'économie par la culture », Les Affaires,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « En direct de Paris, Pierre le banquier mauve ! », Les Affaires,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. « L'économie mauve : économie, développement durable et diversité culturelle », École nationale d'administration publique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. « A la société civile de déconstruire l'addiction à la croissance », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. « La culture, quatrième pilier du développement durable », Fondation GoodPlanet,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « L'économie vous déprime ? Regardons-la autrement », Slate,‎ (lire en ligne (http://www.slate.fr/story/79490/economie-vous-deprime-regardons-la-autrement), consulté le )
  47. « Récit d'une expérience réussie de développement d'une économie mauve en Nord-Pas-de-Calais », Cap Rural,‎ (lire en ligne (http://www.caprural.org/developpement-durable/3609-recit-d-une-experience-reussie-de-developpement-d-une-economie-mauve-en-nord-pas-de-calais), consulté le )
  48. « Maroc, le 1er Forum africain de l'économie mauve », Agroligne,‎ (lire en ligne (https://www.agroligne.com/actu/24597-maroc-le-1er-forum-africain-de-l-economie-mauve.html), consulté le )
  49. « Tunisie: L'économie mauve - Un concept écologique à développer », La Presse de Tunisie,‎ (lire en ligne (https://fr.allafrica.com/stories/201608251049.html), consulté le )
  50. « Labelisé COP22 : 1er Forum africain de l'économie mauve en octobre prochain », Le Vert,‎ (lire en ligne (https://www.levert.ma/marrakech-1er-forum-africain-sur-leconomie-mauve-en-octobre-par-diversum/), consulté le )
  51. « COP22 : L’économie mauve, cœur d'une croissance harmonieuse et de long terme », Industrie Mag,‎ (lire en ligne (http://www.industrie-mag.com/article11142.html), consulté le )
  52. « Les trésors de la ruralité au Canada : Le bonheur restera-t-il dans le pré ? », L'Aquilon,‎ (lire en ligne (https://www.aquilon.nt.ca/article/Le-bonheur-restera-t-il-dans-le-pre-201811291850/default.aspx), consulté le )
  53. (ar) « الاقتصاد البنفسجي The violet economy », Islamanar,‎ (lire en ligne (https://www.islamanar.com/%D8%A7%D9%84%D8%A7%D9%82%D8%AA%D8%B5%D8%A7%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%A8%D9%86%D9%81%D8%B3%D8%AC%D9%8A-the-violet-economy/), consulté le )
  54. (ar) « الاقتصاد البنفسجي".. هل يمكن للاقتصاد أن يؤثر على الثقافة؟" », Al Jazeera,‎ (lire en ligne (https://www.aljazeera.net/blogs/2019/10/24/%D8%A7%D9%84%D8%A7%D9%82%D8%AA%D8%B5%D8%A7%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%A8%D9%86%D9%81%D8%B3%D8%AC%D9%8A-%D9%87%D9%84-%D9%8A%D9%85%D9%83%D9%86-%D9%84%D9%84%D8%A7%D9%82%D8%AA%D8%B5%D8%A7%D8%AF-%D8%A3%D9%86), consulté le )
  55. (ar) « الاقتصاد البنفسجي », Harvard Business Review,‎ (lire en ligne (https://hbrarabic.com/%D8%A7%D9%84%D9%85%D9%81%D8%A7%D9%87%D9%8A%D9%85-%D8%A7%D9%84%D8%A5%D8%AF%D8%A7%D8%B1%D9%8A%D8%A9/%D8%A7%D9%84%D8%A7%D9%82%D8%AA%D8%B5%D8%A7%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%A8%D9%86%D9%81%D8%B3%D8%AC%D9%8A/), consulté le )
  56. (ar) « "الاقتصاد البنفسجي" », Al Eqtisadiah (en) (http://en.wikipedia.org/wiki/Al_Eqtisadiah),‎ (lire en ligne (https://www.aleqt.com/2020/03/06/article_1774821.html), consulté le )
  57. (it) « Cultura come grammatica per la ripartenza », Ag-Cult,‎ (lire en ligne (https://agcult.it/a/21422/2020-07-04/riflessioni-cultura-come-grammatica-per-la-ripartenza), consulté le )
  58. (ar) « "الاقتصاد البنفسجي ركيزة التنمية المستديمة" », Alfaisal Mag,‎ (lire en ligne (https://www.alfaisalmag.com/?p=18971), consulté le )
  59. (en) « Purple Economy- the 21st Century Cultural Evolution », Youth Policy Review,‎ (lire en ligne (https://www.youthpolicyreview.com/post/purple-economy-the-21st-century-cultural-evolution), consulté le )
  60. (ar) « الاقتصاد البنفسجي وحرفة الأدب », Al-Ittihad,‎ (lire en ligne (https://www.alittihad.ae/news/%D8%AB%D9%82%D8%A7%D9%81%D8%A9/4158929/%D8%AF--%D8%B9%D8%A8%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D9%84%D9%87-%D8%A7%D9%84%D8%BA%D8%B0%D8%A7%D9%85%D9%8A-%D9%8A%D9%83%D8%AA%D8%A8--%D8%A7%D9%84%D8%A7%D9%82%D8%AA%D8%B5%D8%A7%D8%AF-%D8%A7%D9%84%D8%A8%D9%86%D9%81%D8%B3%D8%AC%D9%8A-%D9%88%D8%AD%D8%B1%D9%81%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D8%A3%D8%AF%D8%A8), consulté le )
  61. (en) « Which Of The Seven Colors Of The Economy Will We Need Post-Pandemic? », Al Bawaba (en) (http://en.wikipedia.org/wiki/Al_Bawaba),‎ (lire en ligne (https://www.albawaba.com/business/which-seven-colors-economy-will-we-need-post-pandemic), consulté le )
  62. Collectif, « Tribune - « La réponse au réchauffement est aussi culturelle » » (https://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/30/la-reponse-au-rechauffement-est-aussi-culturelle_4664807_3232.html), sur lemonde.fr

Articles connexes

  • Erreur Lua dans Module:Autorité à la ligne 549 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).