Encyclopédie Wikimonde

Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire

Aller à : navigation, rechercher

L’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire est une organisation non gouvernementale. Elle s’organise en un réseau informel constitué de personnes, institutions et mouvements qui, conscients de la complexité des problèmes actuels, recherchent les mutations nécessaires pour agir et peser ensemble sur l’avenir. Ils créent ainsi une dynamique sociale et inventent de nouvelles formes d’action collective.

La plate-forme pour un monde responsable et solidaire

La Plate-forme pour un monde responsable et solidaire est un texte rédigé en 1993 par des personnes de différentes cultures, à la suite de nombreuses rencontres continentales, par secteurs socioprofessionnels ou autour de thématiques. Ce texte propose :

– un diagnostic de la nature et des causes des crises de notre monde ;
– des valeurs et des principes d’action en vue d’un monde plus responsable et solidaire ;
– des priorités et des stratégies.

Ce document de référence est aujourd’hui signé par plusieurs milliers de personnes soit à titre individuel, soit en tant que représentants de collectifs, dans plus de 115 pays. C’est la diffusion de ce texte qui a suscité le lancement de la dynamique de l’Alliance.

Le réseau

Militants associatifs, chercheurs, chefs d’entreprise, ouvriers, paysans, jeunes, vieux, hommes et femmes du monde entier… en tant qu’individus, groupes, mouvements, institutions. Les « alliés » ont en commun de reconnaître dans la Plate-forme l’écho de leurs préoccupations et de leurs valeurs. Ils éprouvent la nécessité de se mettre en mouvement avec d’autres, s’accordent sur les perspectives et sur une éthique de travail collectif, et désirent contribuer publiquement à cette dynamique.

Un bref historique

Pour situer les origines de cette initiative, il faut se remémorer que les années 1980 et le début des années 1990 ont connu des changements sociaux et politiques majeurs dont la chute du mur de Berlin en 1989 a marqué un point d’inflexion historique. La nouvelle globalisation des marchés financiers et commerciaux, l’expansion de plus en plus forte de la modernisation, etc. ont profondément transformé l’économie, la société et la culture. Face à la globalisation capitaliste devenue le système dominant incontesté, on a assisté à l’émergence d’une nouvelle société civile à l’échelle mondiale, qui s’est démarquée des anciens modèles idéologiques et anciennes méthodes d’organisation sociale et politique. L’Alliance est née dans cette même mouvance en recherche de nouveaux paradigmes, de nouvelles relations, de la valorisation de l’interculturalité, de la diversité, de la revendication de nouveaux droits humains, etc. Elle est apparue comme une réponse à la nécessité ressentie par un certain nombre de personnes d’articuler des forces de réflexion et d’action.

Financement

La Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’Homme (fondation de droit suisse) a largement contribué au financement des travaux indispensables au démarrage de l’Alliance sous la houlette de Gustavo Marin. Au-delà de l’investissement personnel de toutes les personnes et organisations qui s’impliquent activement dans l’Alliance, des partenaires institutionnels ou associatifs soutiennent également financièrement certaines initiatives menées par les allié(e)s, généralement de façon ponctuelle.

Les moments forts

L'Assemblée internationale de l'Alliance et la participation à distance

En , une centaine d'alliés responsables de chantiers se sont réunis à Bertioga (Brésil) pendant une semaine pour évaluer le chemin parcouru et dessiner le chemin à suivre. Cela a été l'occasion d'expérimenter en grande première mondiale et grâce à internet, une méthode de « participation à distance » qui a permis a des alliés autour du monde de suivre les débats, mais aussi de s'y faire entendre, ainsi que de se relier pour les débats avec un ensemble d'autres assemblées continentales qui se tenaient en même temps à : Alger (Algérie) ; Oslo (Norvège) ; Bangalore (Inde) ; Kigali (Rwanda) ; et Roubaix (France).

Les rencontres continentales

Cinq Rencontres Continentales, ouvertes à tous et non uniquement internes à l’Alliance, ont été organisées simultanément entre le 17 et le pour manifester la volonté de construire une nouvelle citoyenneté mondiale à l’échelle des défis d’aujourd’hui : une première étape, après sept ans de réflexions et d’actions, dont l’objet était la rédaction de Cahiers de Propositions et une contribution à la Charte de l’Alliance. Ces rencontres ont été suivies d’une Assemblée mondiale des citoyens pour mettre en commun les résultats.

L’Assemblée Mondiale des Citoyens

C’est une rencontre de 400 personnes de tous milieux et des quatre coins de la planète, messagers de multiples groupes et mouvements, qui s’est tenue à Lille (France) du 2 au . L’ensemble des travaux mis en œuvre dans les divers Chantiers thématiques, Réseaux socioprofessionnels et Rencontres Continentales de l’Alliance y ont été présentés.

L’Assemblée a été un espace pour débattre des principes communs pour la gestion de notre planète (voir la Charte) et des stratégies de changement à conduire dans les prochaines décennies pour faire face aux impasses actuelles de nos modes de vie, de développement et de gouvernance (voir Cahiers de propositions).

Les cahiers de propositions

Élaborés par les différents groupes de l’Alliance, les Cahiers de propositions forment une collection de petits livres regroupant, pour chaque domaine déterminant, les propositions qui semblent les plus pertinentes pour mettre en œuvre les évolutions nécessaires à la construction d’un XXIe siècle plus juste et plus viable. Leur objectif est de stimuler des débats aussi bien au niveau local qu’au niveau mondial.

Une attention particulière est donnée à l’identification des acteurs capables de mettre ces propositions en pratique. Les citoyens et les responsables, à toutes les échelles de la société, doivent s’impliquer dans la mise en œuvre des innovations nécessaires sans les laisser à la seule charge des États, des gouvernements ou des entreprises transnationales.

Quelques liens

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).