Fédération de Mathématiques de CentraleSupélec

Aller à : navigation, rechercher
Fédération de Mathématiques de CentraleSupélec
Description de l'image Logo_FDM_CNRS.svg.

Histoire et statut
Type Unité de recherche
Administration
Académie Versailles
Université Université Paris-Saclay
Tutelles CentraleSupélec, CNRS
Directeur Pauline Lafitte
Études
Enseignants Ludovic Goudenège, Erick Herbin, Frédérique Laurent-Nègre, Jean-Christophe Pesquet
Formation Mathématiques
Localisation
Pays Drapeau de la France France

La Fédération de Mathématiques de CentraleSupélec (FDM) est une structure collaborative[1] du CNRS, dépendante de l'INSMI, crée le [2],[3] pour fédérer les différentes recherches mathématiques au sein de l’École Centrale Paris et favoriser la mise en place de groupes de travail transverses. Elle est une des importantes structures mathématiques de l'Université Paris-Saclay[4], au même titre que le laboratoire Alexander Grothendieck, le Laboratoire de mathématiques d'Orsay et le centre Borelli[5],[6].

Contexte historique

À la suite de la réforme « Ariane[7],[8] » des études à l’École Centrale Paris en 2006, et sous l’influence des directeurs du département de mathématiques, l’enseignement des mathématiques évolue fortement. Au centre des préoccupations se trouvent la modélisation et la simulation des phénomènes complexes, propres au métier d'ingénieur, qui reposent sur des concepts mathématiques évolués et dont la mise en œuvre nécessite la maîtrise de bases théoriques solides. Le parti pris fut l’abandon des mathématiques comme « boîte à outils » pour l’ingénieur, au profit de l’enseignement des bases fondamentales de l’analyse réelle et théorie de la mesure, des équations aux dérivées partielles, de la théorie des probabilités et des processus stochastiques, des statistiques et de l’analyse numérique.

En parallèle, les mathématiciens du centre de recherche de l'École Centrale Paris[9], qui sont alors répartis dans plusieurs laboratoires aux thématiques variées et mènent une recherche ayant un fort dénominateur commun autour de la modélisation mathématique et de la simulation numérique, désirent associer leur activité de recherche dans les standards de la recherche mathématique tels que définis par le CNRS à l'INSMI[10]. De plus, la création en 2011 du Moulon Mésocentre, un mésocentre pour le calcul haute performance, renforce le besoin d'une structure commune de recherche en mathématique.

C'est dans ce contexte qu'est créée la Fédération de Mathématiques de Centrale Paris (FR CNRS 3487) le 1er janvier 2013, après évaluation par le Comité National du CNRS d'un projet porté par E. Herbin et M. Massot, professeurs de Centrale Paris. Elle regroupe l'ensemble des mathématiciens de l'École Centrale Paris, ce qui représente à l'époque un peu plus d'une vingtaine de chercheurs et enseignants-chercheurs et un nombre comparable de chercheurs sur postes temporaires dans trois laboratoires fondateurs : MICS (Mathématiques et Informatique pour la Complexité et les Systèmes - EA CNRS 4037), EM2C (Energétique Moléculaire, Macroscopique et Combustion - UPR CNRS 288) et MSSMAT (Mécanique des Sols, Structures et Matériaux- UMR CNRS 8579).

La création de cette unité va permettre le recrutement d'ingénieurs et de chargés de recherche CNRS dépendants de l'INSMI, ce qui était statutairement impossible dans les unités CNRS préexistantes (certaines structures étant désormais vouées à disparaître[11]). De facto, cela ouvre la voie à une évaluation dans son ensemble des activités mathématiques par l'AERES, ainsi que l'accès à la Fondation de Mathématiques Jacques Hadamard en 2015. Le premier directeur, Marc Massot, recrute deux chargés de recherche CNRS (Ludovic Goudenège et Adam Larat) en section 41, et organise la fédération autour de quatre axes :

  1. Équations aux dérivées partielles (dirigé par P. Lafitte provenant du laboratoire MICS)
  2. Analyse Numérique (dirigé par F. Laurent-Nègre provenant du laboratoire EM2C)
  3. Statistiques (dirigé par G. Faÿ provenant du laboratoire MICS)
  4. Probabilités (dirigé par E. Herbin provenant du laboratoire MICS)

En 2017, peu après la fusion entre Supélec et l'École Centrale Paris, et à la suite de la création de CentraleSupélec et le déménagement sur le plateau de Saclay, la Fédération de Mathématiques de Centrale Paris est renommée en Fédération de Mathématiques de CentraleSupélec. À la suite de cette restructuration, d'autres laboratoires sont rattachés à la fédération comme le laboratoire L2S (Laboratoire des signaux et systèmes - UMR CNRS 8506) et le CVN (Centre de Vision Numérique). Des mathématiciens d'universités géographiquement proches (Université d'Évry et Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) demandent également à rejoindre la fédération, ce qui s'accorde avec la future création de l'Université Paris-Saclay.

À la suite du départ de M. Massot, et précédant l'évaluation à vague de 2019[12], une nouvelle directrice est nommée en la personne de Pauline Lafitte, et les quatre axes de recherche sont remaniés pour équilibrer les nouvelles forces en présence :

  • Analyse théorique des équations aux dérivées partielles (dirigé par L. Goudenège, chargé de recherche CNRS à l'INSMI)
  • Analyse Numérique (dirigé par F. Laurent-Nègre provenant du laboratoire EM2C)
  • Statistiques et Optimisation (dirigé par J.-C. Pesquet provenant du laboratoire CVN)
  • Probabilités (dirigé par E. Herbin provenant du laboratoire MICS)

En 2020 et 2021, l'Université Paris-Saclay est classée première en mathématiques au classement de Shanghai[13]. La recherche en mathématiques est portée par neuf unités de recherche[5],[6] dont fait partie la Fédération de Mathématiques de CentraleSupélec.

Moyens mis à disposition des membres

Les membres de la Fédération de Mathématiques de CentraleSupélec bénéficient de plusieurs moyens d'actions (dont la plupart était préalablement statutairement inaccessibles)

Attractivité et visibilité de la recherche :

  • Soutien de leur sensibilité mathématique pour les recrutements au niveau enseignants-chercheurs
  • Réalisation de mouvements/recrutements disciplinaires CNRS en section 41 par le Comité National
  • Budget : entre 8000 et 10000 euros (CNRS & CS) + 1 CR CNRS
  • Participation au réseau DIM Math Innov

Synergies entre les membres :

  • Stages co-encadrés, thèses co-encadrées
  • Journées thématiques portées par les axes de recherche
  • Allocations ministérielles pour la prépration d'une thèse en mathématiques obtenues par l'École Doctorale de Mathématiques Hadamard[14].
  • Financement de projets PEPS par l'AMIES[15]

Actions grand public

La Fédération de Mathématiques de CentraleSupélec est la structure organisatrice des Congrès Régional MATh.en.JEANS en 2019, 2020 et 2021.

En 2019, le congrès MATh.en.JEANS en région Île-de-France a eu lieu du vendredi 22 au dimanche 24 mars[16].

En 2020, le congrès est remplacé par un congrès virtuel pour l'ensemble des ateliers développés par les élèves[17], du jeudi 26 au samedi 28 mars.

En 2021, une diffusion en direct est programmée sur les régions d’Ile de France et de la région Est, ainsi qu’en Afrique du nord[18]. L’association Maths en jeans organise ses journées annuelles à CentraleSupélec pour changer les regard des collégiens et des lycéens sur les maths[18]. Cette diffusion a lieu du vendredi 26 mars au samedi 27 mars[19].

Liens externes

Notes et références

  1. « Répertoire des structures. », sur appliweb.dgri.education.fr (consulté le )
  2. « Inauguration de la Fédération de mathématiques de Centrale Paris », sur www.capcampus.com (consulté le )
  3. Communiqué de presse : « Inauguration Fondation de Mathématiques de l Ecole Centrale Paris - PDF Téléchargement Gratuit », sur docplayer.fr (consulté le )
  4. Guillaume Grallet, « La France est championne du monde des maths. Et après ? », sur Le Point, (consulté le )
  5. 5,0 et 5,1 « Classement Shanghai 2020 : l’excellence en mathématique | ENS-PARIS-SACLAY », sur ens-paris-saclay.fr (consulté le )
  6. 6,0 et 6,1 « L’Université Paris-Saclay, classée 1ère au monde en mathématiques dans le classement thématique de Shanghai 2020 », sur INRAE Institutionnel (consulté le )
  7. « Programme ingénieur | Département de Mathématiques », sur math.centralesupelec.fr (consulté le )
  8. « Dans la peau d’Hervé Biausser, directeur général de CentraleSupélec », sur Monde des grandes écoles et universités, (consulté le )
  9. « Le Centre de Recherche de l’École Centrale Paris », sur Monde des grandes écoles et universités, (consulté le )
  10. « Accueil - Ecole Centrale Paris », sur scholar.googleusercontent.com (consulté le )
  11. « Le CNRS simplifie ses structures de recherche | CNRS », sur www.cnrs.fr (consulté le )
  12. « Résumé final de l'évaluation », HCERES,‎ (lire en ligne)
  13. « Bravo à l’Université Paris-Saclay, classée 1ère au monde en mathématiques dans le classement thématique de Shanghai 2020 », systematic-paris-region,‎ (lire en ligne)
  14. ckuntz, « Mathématiques Hadamard (EDMH) », sur Université Paris-Saclay, (consulté le )
  15. « AMIES : Agence pour les Mathématiques en Interaction avec l'Entreprise et la Société | | FIRST-TF » (consulté le )
  16. « Congrès MATh.en.JEANS 2019 - Saclay | MATh.en.JEANS », sur www.mathenjeans.fr (consulté le )
  17. « Congrès MATh.en.JEANS 2020 - Saclay | MATh.en.JEANS », sur www.mathenjeans.fr (consulté le )
  18. 18,0 et 18,1 CentraleSupélec,bâtiment Eiffel, « Journées Maths en Jeans à CentraleSupélec CentraleSupélec,bâtiment Eiffel CentraleSupélec,bâtiment Eiffel vendredi 26 mars 2021 », sur Unidivers, (consulté le )
  19. « SACLAY 2021 | MATh.en.JEANS », sur www.mathenjeans.fr (consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus