Encyclopédie Wikimonde

Frédéric Mathieu

Aller à : navigation, rechercher

Mathieu}}

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 114 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Frédéric Mathieu, né à Paris le 12 novembre 1955, est un peintre français et un autobiographe, professeur de dessin à l'Académie Charpentier à Paris.

Biographie

Né dans une famille famille bourgeoise de la région sud de Paris, il voit le jour dans la capitale, en 1955. Son père René Mathieu et directeur commercial, sa mère Huguette Le Moullec, femme au foyer. Son enfance se déroulera à Villebon-sur-Yvette, en compagnie de son frère Richard et de sa sœur Sophie. L'éducation est stricte. Il fréquente l'école primaire des garçons de sa ville, puis le collège Stanislas, institution Sainte-Marie d'Antony et passe son bac de philo au lycée Lakanal, avec mention. Passionné de dessin, depuis sa plus tendre enfance, il passe son temps à dessiner, au grand désespoir de ses professeurs, et s'oriente tout naturellement vers ce métier, avec le soutien de ses parents.

Il entre à l'Académie d'André Leconte, avenue du Général Leclerc à Paris 14e arrondissement, où il va remettre ses connaissances à plat pour assimiler les fondamentaux de la technique du dessin. Il intègre l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art, où il obtient son diplôme en conception, dessin, création, communication, architecture d'intérieur, en 1978.

Il épouse une amie d'enfance, née dans une famille d'artistes, qui lui donnera deux enfants : une fille et un garçon. Ils sont aujourd'hui grands-parents. Son frère Richard épousera Patricia Cognasse, une des filles du peintre Paul Cognasse et de son épouse la sculptrice Jeanne Michau, dite Calern. De 1980 à 1990 il travaille comme chef-décorateur pour TF1 et la SFP où il conçoit de nombreux décors de variétés et télélfilms. Le dernier téléfilm auquel il participe sera pour Antenne 2, Les Enfants de Lascaux, réalisé par Maurice Bunio. Une des grandes émotions dans sa vie professionnelle fut sa rencontre avec Marcel Ravidat, l'inventeur du site des grottes de Lascaux, qui lui ouvre les portes de celui-ci. Il y descend pour les besoins du tournage du film et y découvre la peinture pariétale. Dans cette matrice où l'ombre et la lumière, jouent sur le relief, véritable cathédrale des temps préhistoriques, Mathieu va y puiser l'inspiration et à partir de là, toute son œuvre sera imprégnée de cette émotion intemporelle. Quête spirituelle du message de nos prédécesseurs, résumé de ce qui fait notre lien avec l'animal. De 1985 à 1998 il aura son atelier au 13 rue du Moulin-de-la-Pointe dans le 13e arrondissement de Paris.

Entre 1990 et 1992, il va consacrer dessins, peintures et sculptures à la tauromachie, et va réaliser plusieurs expositions sur ce thème, suite à l'impression laissée par sa visite à Lascaux. Il y expose tout le drame qui se joue entre la vie et la mort dans cet espace restreint de lieu et de temps qu'est l'arène. C'est le rapport d'équilibre entre l'homme et l'animal qui lui fera poursuivre sa quête, en créant des sculptures épurées d'une puissance taurine.

De 1996 à 2006 il intervient sur la conception de scénovisions et documentaires pour les sociétés de productions Taxi Vidéo Brousse et La Prod est dans le Pré. Il va parallèlement poursuivre son œuvre et se consacrer à l'enseignement. En 2006, un accident de santé, sans séquelle, va le tenir éloigné de toutes activités créatrices, et c'est très rapidement qu'il va reprendre son travail.

Il professe, le dessin à l'Académie Charpentier, dans les locaux de l'Académie de la Grande Chaumière à Montparnasse et a eu au sein de l'ADAC, (Atelier développement animation culturelle), la responsabilité des ateliers de dessin des Ve VIe et XVIIe arrondissements de Paris, depuis 1990. Il trouve par là même un lien entre son enseignement et son activité artistique.

Il a le geste ample et vif, son crayon ne quitte que rarement le support. Son sens de l'observation très développé, fait qu'il semble travailler avec facilité, ce qui caractérise les maîtres. La puissance et la finesse de son trait donnent une grande véracité et une animation dans les expressions des visages et des corps. Son imagination féconde lui donne matière à traduire des scènes surréalistes d'animaux à corps humains dans des situations cocasses et cachant toujours une leçon de morale, dans cette comédie humaine tragico-comique. Il est toujours à la recherche dans ses allégories du rapport entre l'homme à l'animal et de l'animalité de l'homme et vice-versa. Ses mises en scène d'allégories, sont très construites, nous transportant dans des lieux féériques pleins des mystères de notre imaginaire. De 1998 à 2007 il a un atelier 28 passage Charles Dallery dans le 11e arrondissement.

Il travaille aujourd'hui sur le thème du cirque, toujours dans le rapport de l'ombre et la lumière et du côté parfois burlesque de l'existence.

Il a une passion pour les arts martiaux, qui se traduit par un 3e dan de Kendo. Musicien, il pratique la trompe de chasse et le Didjeridoo.

Œuvres littéraires

  • Frédéric Mathieu, Wikipédia.

Illustrations

  • Chasse à courre au sanglier, couverture de la revue Vénérie, 1987
  • Juan Mora 5e toro, dessin à la plume, paru dans la page quatrième corida de Ferria pour illustrer un article d'Arnaud Requenna, 1991
  • 1e Toro; Toro Nurube, dessin à la plume pour illustrer un article d'Arnaud Raquenna dans la page Corrida, 1991
  • Nœlle de Chambrun, Capitaine Achab et la baleine blanche Moby Dick, Éd. Fleurus, 30 illustrations, 1992
  • Les Fables de La Fontaine, Éd. Fleurus, 1993
  • Alexandre Dumas, Le Lièvre de mon grand-père, Éd. Bien-Aller, 1995
  • Sept parutions en Collection Carnet de bord aux Éditions Hachette et Livre de Poche

Fresques

  • Mémorial des déportés de Murat, 2008, fresque peinte sur la pierre, utilisant le relief, représentant les prisonniers otages de Murat, internés au camp de Sandbostel à Neuengamme. C'est dans ce camp que fut interné également le beau-père de l'artiste, Jean Sauvat. Sur les 109 personnes arrêtées en 1944 à Murat, 75 trouvèrent la mort dans ce camp.

Travaux pour l'audiovisuel

  • Les prisonnières, Marie Durand, 1984-1985, de Stellio Lorenzi, décors
  • Les wagabonds de la Bastille, 1989, téléfilm de Michel Andrieux, décors
  • Le vieil ours et l'enfant, 2000, de Maurice Bunio, prod. FR3, réalisation de peintures
  • La tranchée des espoirs, 2002, de Jean-Louis Lorenzi, prod. France 2, réalisation d'une sculpture
  • Les pariétales, 2002, de Michel Bonnat, La Prod est dans le Pré
  • Lascaux, le ciel des premiers hommes, 2006, conception artistique
  • Les Déportés de Murat, 2008, de Jacques Saurel, La Prod est dans le Pré
  • 1980-1984 : décorateur pour la chaîne de télévision TF1
  • 1984-1990 : décorateur pour la SFP
  • 1984-1987 : conception du parc d'attractions Mirapolis, à Courdimanche, dans la ville nouvelle de Cergy Pontoise
  • 1996 : réalisation production franco-canadienne pour La 5, collaboration à la série télévisée sur la préhistoire, intervention en direct par le dessin : Le Roman de l'Homme, avec Marcel Jullian
  • 2004-2005 : conception graphique pour le Scénoparc iO à Valette dans le Cantal, (Io la vache des origines)
  • 2007-2008 : cConception artistique et réalisation de la fresque sur la Résistance à Murat, dans le Cantal

Enseignement

  • 1990 : professeur de dessin à l'ADAC, responsable des ateliers de dessin des Ve, VI, XVIIe arrondissements de Paris
  • 2001 : intervention en tant que professeur de dessin et de géométrie descriptive à l'institut international multimédia Léonard de Vinci (Faculté La Défense)
  • 1999 : professeur de dessin à l'Académie Charpentier à Paris

Salons

Expositions

  • 1990 : galerie Fauré Le Page, 23 rue Montpensier à Paris Ier arrondissement
  • 1990 : bibliothèque municipale de Mont de Marsan, Corrida
  • 1991 : galerie Phoebus, Lyon; galerie Fauré Le Page, Animaux à corps humains (40 pastels) ; galerie Saint Paul, ADAC, Paris
  • 1992 : galerie Fauré Le Page, Paris, La Tauromachie (fusains, pastels, sculptures), du 17 mars au 18 avril
  • Minoterie de Mont-de-Marsan, La Tauromachie jusqu'au 24 juillet 1992
  • Galerie Phoebus, Lyon
  • 1993 : galerie Romero, rue des Carmes à Bayonne, Tauromachie, jusqu'au 10 septembre
  • 1993 : galerie Dorothée Chastel-Montpensier, Animaux Allégories, du 16 novembre au 11 décembre, 23 rue Montpensier, 2 rue Richelieu
  • 1994 : galerie Champaloux, Limoges, du 5 au 26 novembre, Animaux
  • 1994 : galerie Clemangis, Châlons-sur-Marne, Mise en scène bestiaire, présenté par Élisabeth Dalle, du 15 au 24 décembre
  • 1995 : galerie La Minoterie, Mont-de-Marsan, La Tauromachie , jusqu'au 29 juillet
  • 1996 : palais des congrès, Béziers, Corrida, taureaux (dessins, gouaches et pastels), du 7 au 30 août
  • 1996 : galerie ADAC, Paris
  • 1997 : hôtel Imperator à Nîmes
  • 2000 : galerie ADAC, Paris
  • 2001 : galerie Tourgeville à Deauville
  • 2002 : galerie-Atelier, 21 rue Saint Paul, Paris, du 17 mai au 13 juin, Xavier de Mirbeck et Frédérix Mathieu
  • 2003 : galerie ADAC, Paris
  • 2005 : galerie Just Jacquin, Paris
  • Galerie Dorothée Chastel
  • 2009 : château de Commarque, du 15 juin au 30 août, Paysages

Bibliographie

  • Article dans la revue La Vénerie, 1991, p. 32
  • Article de François Xavier Allonneau dans Le Saint-Hubert,n° 17, juillet 1991
  • Bayonne Infos, n° 78, 1993
  • Pierre Espil, article sur les œuvres exposées à Bayonne, 1993[réf. nécessaire]
  • Article d'Adeline Suard, 1995[réf. nécessaire]
  • Article de A. K. dans Midi libre, 10 août 1996
  • Article de Marcel Jullian du 11 juillet 1998[réf. nécessaire]
  • Article de Pauline Istria[réf. nécessaire]
  • Loël Boëssée, Frédéric Mathieu sarandes et bacchanales revue non identifiée[réf. nécessaire]
  • Pascal Fulacher, Revue Arthèque, n°I, mai 2002

Notes et références

Erreur de référence : Balise <references> incorrecte ;

seul l’attribut « group » est autorisé. Utilisez <references />, ou bien <references group="..." />.

Voir aussi

Liens externes

Cet article « Frédéric Mathieu » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).