Heddi Karaoui

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 139 : attempt to call field 'getEntity' (a nil value). Heddi Karaoui, né le [2] à Aix-En-Provence (France), est un lutteur, grappler et catcheur professionnel français.

Carrière de lutteur

Heddi Karaoui commence à 12 ans par le judo sous l'influence de son père Nore Karaoui au sein de l'ASPTT de la ville de Sète.

Il intègre en 1998 la section Lutte du Lycée Climatique et Sportif Pierre de Coubertin au Centre National de Font-Romeu. Il s’y forme pendant 2 ans où il est entraîné par Pierre Parent et côtoie entre autres Steeve Guénot[3]. Participant à de nombreuses compétitions en 2000, il termine notamment médaillé d’or aux Championnats de France Jeunes Promotion[4] et, quelques mois plus tard, troisième des Championnat de France UNSS[5].

Après avoir marqué une pause afin de passer dans des catégories de poids plus lourdes, ce-dernier revient en 2003 pour les Championnats de France U20 où il est finaliste dans la catégorie des moins de 96kg[6].

Souhaitant élargir son éventail technique, il se consacre aux techniques de soumission dès 2005. Convoqué pour représenter la France aux Championnats du Monde de Grappling 2007, organisés en Turquie, il est éliminé dans la catégorie des moins de 92Kg par le futur vainqueur, l’américain Malcolm Havens[7].

Fort de ses expériences, il devient en parallèle entraîneur et commence à coacher la section Jiu-Jitsu Brésilien de la Submission Team à Joinville-le-Pont[8].

Carrière de catcheur

Souhaitant transitionner vers le Catch professionnel, Heddi Karaoui part pour les États-Unis en 2008. Il devient entraîneur-lutteur au L.A. Dojo, structure de développement fondée par l’ancien catcheur Antonio Inoki. Ayant créé sa nouvelle promotion, Inoki Genome Federation, et souhaitant capitaliser sur la diversité de son effectif, ce-dernier invite Karaoui a faire ses débuts dans le Catch lors de la Pro Wrestling Expo 2008[9]. Au milieu d’autres talents internationaux, il devient le premier catcheur français à se produire au Japon depuis André le Géant[10].

Désormais lancé sur le circuit, il signe en 2009 un accord avec Nu-Wrestling Evolution, promotion italienne organisant des tournées Europe. Il participe à deux tours de la compagnie, ce qui lui permet de catcher pour la première fois en France[11].

Le 28 novembre de la même année, il participe à une démonstration de Catch lors de la A-1 World Combat Cup, organisée au Palais des Sports Gerland de Lyon[12].

Désireux de catcher le plus possible, Karaoui s’exile au Mexique en 2010. Dans ce pays connu pour sa florissante scène de Lucha Libre, il fait ses armes chez Revolution Free Style avant d’intégrer le circuit indépendant local grâce à des promotions comme IWL ou PERROS DEL MAL. Désormais bien installé en Amérique centrale, il propose également ses services comme entraîneur de Lutte auprès de diverses institutions, notamment la fédération costaricaine de Lutte[13].

Résident permanent au Mexique, Karaoui est invité en 2011 à des essais organisés par la WWE sur le territoire[14]. Il alterne par la suite les combats entre sa nouvelle terre d’accueil, le Japon où il a ses entrées et l’Europe où il sert d’ambassadeur de la Lucha Libre. C’est grâce à ce statut de mexicain d’adoption qu’il est invité au Festival des Arts Martiaux de Paris-Bercy en 2014[15]. Quelques mois plus tard, il participe à un spectacle de Catch en Corée du Nord. L’évènement, organisé à des fins diplomatiques par Antonio Inoki[16], voit deux français combattre devant Kim Jong-Un, Heddi Karaoui et Jérôme Le Banner[17].

Après près d’une décennie passée sur le territoire mexicain, où il est devenu un régulier de la promotion IWRG, Heddi Karaoui se retrouve au centre d’un reportage de Canal+[18]. « Luchadores », film réalisé en 2019 par Rémi Vorano pour l’émission Sport Reporter, suit la vie des catcheurs mexicains avec le français comme guide privilégié[19]. Le reportage sera, quelques semaines plus tard, présenté dans l’émission du Canal Sports Club[20].

Après une année 2020 compliquée pour l’industrie du Catch, notamment au Mexique où les pertes humaines dues au Covid-19 furent lourdes[21], le français solidifie sa place chez IWRG où il devient coach et recruteur[22]. Il est l’un des juges officiant lors des essais internationaux de la compagnie organisés à l’Hiver 2021[23].

En Avril de la même année, il fait ses débuts professionnels aux États-Unis lors de la semaine de WrestleMania 37. Dans cette septaine où de nombreuses compagnies indépendantes viennent profiter de l’exposition médiatique pour organiser des combats, le français participe au show « Bloodsport 6 » co-organisé par la promotion GCW et l’ancien champion de l’UFC Josh Barnett[24]. Il y perd contre Matt Makowski, ancien combattant de MMA devenu catcheur.

En mars, il revient en France, là ou il va lutter pour plusieurs promotions, et par ailleurs, remporter le titre principal de la Tigers Pro Wrestling.

Caractéristiques au catch

Palmarès

  • Tigers Pro Wrestling (TPW)
    • TPW Championship (1 fois, actuel)
  • Tenryu Project
    • Tenryu Project Six Man Tag Team Champion (1 fois) avec BUKI, Classic Kid et Ryuichi Kawakami
  • International Wrestling Revolution Group (IWRG)
    • IWRG Intercontinental Middleweight Championship (1 fois)
  • Xtreme Warriors Wrestling (XWW)
    • XWW Masters Championship (1 fois)
  • World Wrestling Association (WWA)
    • WWA World Light Heavyweight Championship (1 fois)
  • Total Wrestling Stars (TWS)
    • TWS Tag Team Championship (2 fois) avec Zumbi

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 (en) « Profil de Heddi Karaoui », sur luchawiki.com (consulté le ).
  2. (en) « Heddi Karaoui profile page », sur cagematch.net (consulté le )
  3. « Plan du site des Sections Lutte de Font-Romeu », sur luttefontromeu.fr (consulté le )
  4. « Section lutte de Font-Romeu: Résultats des Championnat de France Jeune promotion libre », sur luttefontromeu.fr (consulté le )
  5. « Section lutte de Font-Romeu: Résultats des Championnat de France UNSS à Figeac », sur luttefontromeu.fr (consulté le )
  6. « Palmarès des lutteurs français - Fédération Française de Lutte », sur FF Lutte & Disciplines Associées (consulté le )
  7. (en) Gary Abbott, « U S sweeps nine gold medals at Grappling World Championships in Turkey », sur teamusa.org, (consulté le )
  8. (en) 1127215, « Joinville le Pont magazine 178-fev09 », sur Issuu (consulté le )
  9. (en) « Heddi Karaoui - Matches », sur cagematch.net (consulté le )
  10. « Heddi Karaoui : un catcheur français au pays du soleil levant ! », Planète Catch, no 3,‎
  11. « Wrestlingdata.com - The World's Largest Wrestling Database », sur www.wrestlingdata.com (consulté le )
  12. Antoine, « A-1 World Combat Cup », sur fightsportblog.free.fr, (consulté le )
  13. (en) « French master Heddi Karaoui trains the Costa Rican National Wrestling Team | Superfights », sur en.superluchas.com, (consulté le )
  14. « Noms des lutteurs ayant fait le tryout de la WWE (dont le français Heddi Karaoui) ! », sur FNLutte (consulté le )
  15. « Heddi Karaoui, champion du Monde », sur Karate Bushido, (consulté le )
  16. (en) Anna Fifield, « Heading to Pyongyang, Japanese ex-wrestler hopes to win over North Korea », sur washingtonpost.com, (consulté le )
  17. « JLB et Heddi Karaoui en Coréee du Nord », sur Karate Bushido, (consulté le )
  18. « « Luchadores », ou les combats de catch comme soupape du quotidien au Mexique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Sport Reporter : LUCHADORES », sur myCANAL (consulté le )
  20. « Canal Sports Club - Heddi Karaoui : Le Lucha d'Or » (consulté le )
  21. « Au Mexique, les lutteurs mis au tapis par le Covid-19 », sur LExpress.fr, (consulté le )
  22. (es) Solowrestling, « IWRG anuncia sus IWRG Tryouts 2021 », sur solowrestling.mundodeportivo.com, (consulté le )
  23. (en) « The IWRG Tryout is over and there is already a winner | Superfights », sur en.superluchas.com, (consulté le )
  24. Vivien Desloges, « Le français Heddi Karaoui annoncé pour GCW Josh Barnett's Bloodsport 6 », sur VoxCatch (consulté le )

Liens externes

  • Erreur Lua dans package.lua à la ligne 80 : module 'Module:Weblink' not found.
  • Erreur Lua dans Module:Bases à la ligne 285 : attempt to call field 'isValidEntityId' (a nil value).
  • Erreur Lua dans Module:Dictionnaires à la ligne 143 : attempt to call field 'getEntityObject' (a nil value).

Article publié sur Wikimonde Plus