Encyclopédie Wikimonde

Henri Bernadotte

Aller à : navigation, rechercher

Jean-Henri Bernadotte, (parfois Jean-Henri de Bernadotte) né le 14 octobre 1711 à Pau, décédé le 31 mars 1780, est le père de Jean-Baptiste Bernadotte futur Charles XIV Jean de Suède.

Biographie

Henri Bernadotte naît en 1711 dans une famille d'artisans. Son grand-père Jean était tisserand ; son père Jean, qui a épousé en 1707 sa mère Marie Laplace, est tailleur. Il commence en 1734 une carrière juridique en étant placé au cabinet d'un avocat - les études à l'Université ne sont pas envisageables pour un fils de famille peu fortunée. En 1754, il est nommé procureur au sénéchal de Pau, ce qui demeure une position très modeste. On sait aussi qu'il est à cette époque trésorier des pénitents blancs[1].

Il épouse en 1754, Jeanne de Saint-Vincent (1725-1809), originaire de Boeil-Bezing et descendante d'une grande famille qui a possédé de vastes terres autour de Sireix, près de Lourdes ; bien que ces terres ne soient plus que souvenirs, il s'agit pour Henri d'une véritable ascension sociale[1]. Ils ont ensemble cinq enfants dont trois atteindront l'âge adulte : l'aîné Jean-Baptiste Bernadotte (1754-1813) (ou Jean-Évangéliste Bernadotte[2]) sera fait baron d'Empire en 1809 ; le plus célèbre est le cinquième, Jean-Baptiste Jules Bernadotte, maréchal d'Empire, prince de Pontecorvo et futur roi Charles XIV Jean de Suède[3]. Il souhaite que Jean-Baptiste Jules soit procureur comme lui mais il s'ennuie.[réf. souhaitée]. Jean-Baptiste le cadet devint Jean-Baptiste Jules sous la Révolution [4] et enfin Charles-Jean (Carl Johan) après son adoption par le roi Charles XIII de Suède [5].

La famille vit dans la maison Bernadotte (oc) -aujourd'hui le musée Bernadotte- rue Tran à Pau, maison qui appartient aux Bernadotte depuis 1615[1].

Henri meurt le 31 mars 1780[6]. Jean-Baptiste Jules pourra s'engager dans l'armée comme il le souhaitait.[réf. souhaitée]

Henri est l'ancêtre de plusieurs maisons souveraines régnantes : Norvège, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg...

Articles connexes

Liens externes

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Franck Favier, Bernadotte. Un maréchal d'Empire sur le trône de Suède, Ellipses, (ISBN 978-2-7298-6122-3), p. 31-32 
  2. Torvald T:son Höjer (sv), Bernadotte, maréchal de France, roi de Suède, Paris, Plon, 1971, 2 volumes, 699 + 699 pages, 21 cm ; volume 1 page 22 : « Les deux frères s'appelaient donc Jean, mais alors on donnait fréquemment le même prénom à plusieurs frères, quitte à les distinguer selon plusieurs saints du même nom : c'est ainsi que l'aîné étant placé sous la patronage de Jean l'évangéliste, le cadet fut censé patronné par Jean-Baptiste dont il porta le nom [...] .»
  3. Franck Favier, op. cit., p. 33
  4. Torvald T:son Höjer, op. cit., volume I page 22 : « C'est seulement plus tard qu'il s'attribua le prénom de Jules, sans doute pour obéir à une mode éprise d'antiquité. »
  5. Torvald T:son Höjer, op. cit., volume I page 530.
  6. Franck Favier, op. cit., p. 34

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).