Encyclopédie Wikimonde

Article soupçonné de non-pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.

Inside Story

Aller à : navigation, rechercher

L'Inside Story (Histoire interne) est le nom d'une hypothèse initiée par Jean Chaline : « Le génome et le développement (internes) proposent, en premier, l'environnement (externe) dispose, seulement ensuite (1988) »[1]. Son nom, forgé par le paléontologue Didier Marchand, fait écho à la célèbre théorie de l'East Side Story.

Anne Dambricourt-Malassé observe que l'évolution de la structure de la base de la boîte crânienne est directement au changement de forme d'un os situé dans la partie inférieure du crâne: le sphénoïde.

Or, contrairement à Jean Chaline, cette dernière forge des conclusions transcendantes et finalistes homologues à ceux de l'Intelligent Design. Ce sont sur les conclusions créationnistes d'Anne Dambricourt-Mallassé que le Inside Story est naturellement décrié. Ainsi pour les scientifiques de pensée matérialiste et darwinienne, cette thèse pré-déterministe ne peut qu'appartenir au courant du dessein intelligent. D'ailleurs Jean Staune défend cette thèse du sens de l'évolution et de l'existence.

L'inconsistance de ces amalgames se démontre d'elle-même puisque l'Intelligent Design considère mettre en évidence les limites de processus évolutifs naturels entre les plans d'organisation, considérant la nécessité d'introduire des considérations métaphysiques, alors que précisément l'Inside Story en intégrant l'avancée des connaissances scientifiques, s'inscrit dans le processus normal de la recherche en proposant des modèles qui ne sortent pas du cadre de la science.

Jean Chaline

Développé par le paléontologue français Jean Chaline, cette approche des mécanismes de l'évolution des hominidés repose sur le constat de processus développés dans le cadre de la théorie des systèmes auto-organisés.

Anne Dambricourt-Malassé

Vue postérieure de l'os sphénoïde.
Selon Anne Dambricourt Malassé le fléchissement de l'os sphénoïde dans le même sens, depuis 60 millions d'années, a complètement "orienté" et continue d'orienter l'évolution de l'Homme.

Études

Anne Dambricourt-Malassé a développé il y a 25 ans dans le cadre de sa thèse de doctorat du Muséum, l'origine interne, embryonnaire, du redressement du corps. Elle montre grâce à l'observation de stades différents de l'embryon que l'os sphénoïde, un os situé au centre du crâne, joue un rôle clef dans l'acquisition de la position redressée et la bipédie permanente. La découverte est fondée sur l'étude des crânes fossiles des différentes lignées de primates, l'origine embryonnaire de la lignée humaine a été définitivement reconnue par l'Habilitation à Diriger des Recherches en 2011 avec les félicitations du jury, dont celles d'Yves Coppens, professeur honoraire au Collège de France. Les nombreuses publications scientifiques internationales d'Anne Dambricourt s'appuient également sur les travaux en orthodontie du docteur Marie-Josèphe Deshayes qui observe les relations dynamiques entre le sphénoïde et la face, toujours non prises en considération en paléontologie humaine.

Observations et conclusion pré-déterministe

Dans la thèse d'Anne Dambricourt, la flexion du sphénoïde provoquée par la migration des crêtes neurales (fermeture du futur système nerveux central et formation des germes dentaires) est non seulement concomitante du redressement de la colonne vertébrale, mais elle est susceptible de se poursuivre, ce qui pourrait être corroboré par la disparition progressive des dents de sagesse et d'autres germes dentaires (incisive latérale, seconde prémolaire) en relation avec une réduction de l'espace disponible dans la bouche[2].

Elle conclut donc à un pré-déterminisme et à un sens sans hasard, ni déterminisme des phénomènes de l'évolution et de l'apparition des espèces.

Créationnisme

Anne Dambricourt observe un processus naturel dont on continue de découvrir les mécanismes, mais sa réflexion va au-delà de la méthodologie matériologique.

Bien que l'auteur de cette thèse pré-déterministe prétende ne pas défendre la théorie du Dessein Intelligent[3], sa conception va à transcendance et au finalisme. Elle prend également la liberté de prolonger sa réflexion scientifique sur les processus d'hominisation par une réflexion humaniste face aux crimes nazis qui ont profondément marqué l'Europe et sa mémoire [4].

Notes et références

  1. http://www.hominides.com/html/biographies/jean-chaline.php
  2. Un os dans les théories de l'évolution : le sphénoïde ! Homo Sapiens : Une nouvelle histoire de l'homme. Émission sur Arte du 29 octobre 2005.
  3. revue Nouvelles Clés : "La logique de l'évolution."
  4. L'« aventure humaine » est-elle programmée ?

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Gould, S. J. (2000), Et Dieu dit : Que Darwin soit ! : Science et religion, enfin la paix ? , préface de D. Lecourt, Seuil.
  • Lecourt, D. (1992, 2e éd. « Quadrige » 1998), L'Amérique entre la Bible et Darwin, PUF.
  • Lecourt, D. dir. (1999, 4e réed. « Quadrige » 2006), Dictionnaire d'histoire et philosophie des sciences, PUF.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).