Découvertes archéologiques et paléontologiques

Aller à la navigation Aller à la recherche

L'archéologie est la recherche et l'étude des vestiges matériels des civilisations humaines, des artéfacts d'origine humaine, alors que la paléontologie est la recherche et l'étude des êtres et organismes vivants fossilisés, pour la plupart avant l'apparition de l'homme.

Cependant, ces deux sciences, l'une humaine et sociale et l'autre de la nature, s'entrecroisent sur de nombreux chantiers de fouilles. Enfin et selon le cadre pluridisciplinaire du site, ces recherches font aussi appel à l'anthropologie et à l'histoire, à l'histoire de l'art et aux études du matériel (de l'épigraphie à la céramologie), à la géologie, à la climatologie, à la botanique, à la palynologie, à la primatologie, à la paléobotanique, à l'archéozoologie, etc.

Histoire et archéologie

L'Histoire fait référence à l'écriture tandis que l'archéologie peut s'en dispenser et permettre l'analyse du passé préhistorique ou historique à partir des restes conservés dans le sol. L'archéologie s'est constituée progressivement en discipline et s'est dotée d'une méthodologie et de concepts propres au cours d'une longue histoire rythmée par des découvertes importantes. Ces découvertes, mais surtout leur interprétation ont eu des répercussions majeures sur les conceptions que l'on se faisait du passé terrestre et humain. Si dès les débuts du récit historique une curiosité archéologique apparaît, et si les sociétés anciennes ont de tout temps été confrontées aux restes matériels des civilisations qui les avaient précédées, ainsi qu'aux restes matériels des périodes géologiques anciennes, on ne peut parler de découvertes archéologiques que lorsque ces découvertes sont interprétées comme des signes permettant de retracer un passé, comme des indices à replacer dans une perspective chronologique. Une telle situation n'apparaît réellement en Occident qu'avec l'époque moderne.

La notion de découverte archéologique a aussi considérablement évolué avec les progrès de la méthodologie archéologique : à la quête du bel objet exceptionnel, chère aux antiquaires et encore présente dans l'imagerie du grand public, s'est substituée une étude des sociétés passées qui s'est aussi tournée vers l'ordinaire, le quotidien. Ainsi la mise en évidence d'un parcellaire rural antique par photographie aérienne est une découverte archéologique au même titre que le dégagement d'une statue exceptionnellement belle. C'est aussi signifier que la découverte archéologique est de moins en moins due au hasard ou à l'intuition. Les fouilles programmées sont planifiées et mettent en œuvre des procédures organisées pour répondre à une problématique. Les sondages et fouilles préventives, ou de sauvetage, sont aussi issues d'une surveillance volontaire des dégagements occasionnés par les grands travaux. Il reste toutefois des fouilles clandestines, pillages qui continuent à chercher le bel objet mais diminuent fortement sa valeur en tant que découverte archéologique, puisqu'il est coupé de son contexte historique et dégagé sans une méthodologie apte à le replacer dans son environnement et son époque.

Historique des découvertes et des idées en archéologie et en paléontologie

Archéologie Paléontologie et Paléoanthropologie
Antiquité
  • Les premiers fossiles de dinosaure sont connus depuis des millénaires, comme os de dragon par les Chinois, comme restes de géants et d'autres créatures tuées par le déluge par les Européens. La première espèce identifiée et baptisée fut l'iguanodon, découvert en 1822 par le géologue anglais Gideon Mantell.
XVIIIe siècle
  • Les premiers ossements de mammouth sont connus depuis la fin du XVIIIe siècle, en particulier en Sibérie en 1799. Georges Cuvier reconnut qu'ils étaient les ancêtres des éléphants. Ils ont vécu de -2,6 millions d'années à -3 700 ans.
XIXe siècle
XXe siècle
  • Homo habilis est une espèce éteinte du genre Homo qui vivait il y a environ 2,4 à 1,4 millions d’années en Afrique orientale et australe. La définition de l'espèce fit suite à la découverte de fossiles en Tanzanie par Louis Leakey en 1964.
  • Lucy est le surnom d'un fossile (AL 288-1) relativement complet de l'espèce Australopithecus afarensis, cousine du genre Homo, à la fois apte à la bipédie et arboricole, découvert en Éthiopie dans des terrains datés de 3,18 millions d'années le 30 novembre 1974 par les membres de l’International Afar Research Expedition, un groupe d’une trentaine de chercheurs américains, français et éthiopiens, au nombre desquels figuraient Donald Johanson, Maurice Taieb et Yves Coppens.
  • 1981 Yves Coppens propose une explication environnementale de la séparation Hominines / Paninés dans sa théorie de l'East Side Story. L'homme serait devenu bipède en vivant dans la savane tandis qu'en Afrique de l'ouest les grands singes sont devenus arboricoles dans les forêts.
  • Découverte en 1993 en Allemagne d’Eudibamus cursoris, un reptile bipède herbivore de 25 cm de haut datant de 290 millions d'années, au Permien (par David Berman, du Carnegie Museum of Natural History).
  • La bipédie originelle : en 1999, Yvette Deloison émet l'hypothèse selon laquelle l'homme descendrait d'un ancêtre bipède et non d'un singe arboricole[3],[4]. Loi d'irréversibilité de l'évolution, loi Bollo.
XXIe siècle
  • En 2001, dans le Sud-Est de l'Iran, au village de Jiroft, découverte par la population locale d'objets anciens témoignant d'une nouvelle civilisation, aussi ancienne que les civilisations mésopotamiennes. Cette civilisation a été nommée "civilisation de Jiroft".
  • En 2005, sur la côte nord du Pérou près de Trujillo, découverte par des archéologues locaux de la momie la moins abîmée connue à ce jour. Cette dernière serait une femme tatouée (appelée la "Dame de Cao") appartenant à l'élite de la civilisation précolombienne des Moches. Elle est datée du Ve siècle. Elle a été trouvée avec des armes et des offrandes sur le site d'El Brujo, en bordure de l'océan Pacifique. 2 autres "pyramides" - ressemblant plus à des collines ravinées - à proximité n'ont pas encore été fouillées. Le musée du site expose les objets et la momie.
  • Février 2007, découverte au nord de la pyramide de Téti (Égypte) dans une tombe en terre cuite datant d'environ 2 350 années av. J.-C. entre la fin de la Ve dynastie (2508-2350) et le début de la VIe (2350-2200) d'une statue double en bois représentation de Ka-Haï, le scribe des registres sacrés. La rareté est due au fait qu'à l'époque pharaonique, les statues doubles sont essentiellement en pierre. La découverte a été effectuée par des archéologues australiens dans la nécropole de Sakkara.
  • 2008 L'imagerie thermique des pyramides et la réévaluation de la construction d'un coin qu'on pensait écroulé tendent à prouver que certaines pyramides égyptiennes auraient bien été construites à l'aide d'une rampe intérieure.
  • Décembre 2008 Découverte à Saqqara (Égypte) de deux tombeaux respectivement du superviseur général des expéditions et de la patronne des chanteuses du pharaon, datés de -2300 av J.C. pendant le règne du dernier pharaon de la Ve dynastie de son nom Ouna.
  • En 2003 Yves Coppens remet en cause sa théorie de l'East Side Story après les découvertes d'Abel découvert par Michel Brunet en 1995 au Tchad et de Toumaï.
  • En 2006, découverte sur le site de Rideva au Nord-Est de l'Espagne d'un nouveau Sauropode, dinosaure herbivore et quadrupède. Il a été découvert dans des couches sédimentaires d'environ 145 millions d'années. Il a été nommé Turiasaurus riodevensis par les découvreurs Rafael Royo-Torres, Alberto Cobos et Luis Alcalá, membres de la fondation Conjunto Paleontológico de Teruel-Dinópolis. Premier dinosaure géant identifié en Europe, il représente un nouveau groupe. Il devait peser de 40 à 48 tonnes. Il pourrait être apparenté au Néosodon trouvé au XIXe siècle dans le Boulonnais, France, d'après Éric Buffetaut, spécialiste du CNRS.
  • Découverte le 22 janvier 2007 d'un fossile de dinosaure nommé Microraptor (1 kg / 77 cm). Des simulations informatiques tendraient à prouver que cet animal vieux de 125 millions d'années planait d'arbre en arbre avec 4 ailes plutôt que de voler comme une libellule d'après Sankar Chatterjee, chercheur de la Texas Tech University et Jack Templins selon une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Notes et références

  1. Site de Franck Goddio.
  2. Les gravures de la vallée du Côa.
  3. Y. Deloison, 1999, in Biométrie humaine et anthropologie, 17, pp. 147-150.
  4. La bipédie originelle sur hominidés.com.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de l’archéologie
  • Portail de la paléontologie