Encyclopédie Wikimonde

Léon Hamonet

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 115 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Léon Hamonet, né à Erquy le , mort à Rennes le , est un peintre français.

Biographie

Deuxième enfant du capitaine au long cours Henri Hamonet et d'Élisabeth Nabucet, fille d'agriculteurs, Léon Hamonet grandit à la Ville Bourse à Erquy. Son père arrête de naviguer entre 1880 et 1882 pour devenir capitaine d'armement et chef du service des pêches de la Compagnie de sécherie de poissons Cabissol, qui possède des établissements à Bordeaux, Port-de-Bouc, Marseille et Saint-Pierre-et-Miquelon. Il est élève au Collège des Cordeliers de Dinan, comme son frère aîné Henri.

La famille part pour Bordeaux suite à la mutation du père et s'installe au 20 rue Pagès en 1889. Il poursuit ses études chez les frères de la doctrine chrétienne au Collège Saint-Genès de Bordeaux. Son frère aîné Henri meurt en Mer des Antilles des suites de maladie en 1895.

Après des études à l'École des beaux-arts de Bordeaux[1] auprès du peintre Alfred Smith[2], il réside dans la ville de Dinan, où il parfait son talent d'aquarelliste. En 1897, il fait l'acquisition de son premier Doris, le « Courlis ». En 1901, il est lauréat de l'École des beaux-arts de Bordeaux où il obtient un premier prix en troisième année pour son œuvre Feuille d'Acanthe. En 1903, il effectue un séjour de six mois à Saint-Pierre-et-Miquelon comme préposée aux écritures de la Société Cabissol.

En 1906, il s'installe à la « Villa des Ormes » à Dinan. Son père meurt en 1908. Cette même année, il passe son permis pour piloter la « Corre-Licorne », bateau de son futur beau-frère Auguste L'Hévéder. Léon Hamonet se fixe définitivement à Erquy au début des années 1910, après avoir épousé la fille d'un notaire de Ploumilliau, Anna L'Hévéder, le 3 juillet 1910. De leur union naîtront deux enfants : Henry (1911-2003) et Suzanne (1913-1946). Le couple s'installe à Erquy en 1911.

En 1928, ils passent une année à Pau, vraisemblablement à cause de la santé précaire de son fils Henri. Léon Hamonet y peint de nombreuses aquarelles[3]. En 1936, sa fille Suzanne épouse le docteur Édouard Deshayes de Mûr-de-Bretagne et deux ans plus tard son fils Henri, également médecin, épouse Odette Ricatte, enseignante à Rennes. En 1947, il perd sa fille Suzanne.

S'il lui arrive de donner des conseils de peinture dans son atelier[4], Léon Hamonet passe l'essentiel de son temps sur les landes et les rivages, peignant de nombreux paysages marins ou terrestres de la Côte d'Émeraude. Il expose dans les galeries de Dinan, de Saint-Brieuc et de Rennes. Mais c'est surtout à ses proches et aux touristes, de plus en plus nombreux, que Léon Hamonet vend ses toiles. Les aquarelles signées de sa main sont très nombreuses. Travaillant dans un style hérité de l'impressionnisme, Léon Hamonet produit également des peintures à l'huile et des pastels. On peut évaluer à plus d'un millier les œuvres de l'artiste.

Il meurt au domicile de son fils, au 2 bis rue Quineleu à Rennes, le . Il est inhumé au cimetière d'Erquy.

Hommages

  • La ville d'Erquy a donné son nom à une avenue de la commune
  • L'association « Les amis du peintre Léon Hamonet » a été créée par l'une de ses petites-filles en 2004
  • Une plaque commémorative en hommage au peintre est inaugurée sur la place du Centre à Erquy en octobre 2014

Collections publiques

Affiches

  • Série d'affiches pour la SNCF[réf. nécessaire]

Expositions

Bibliographie

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Découvrez comment la « wikifier ».
  • Marie-Paule Salonne, « Le sorcier de la côte d'Améthyste », in La Bretagne touristique, année ?
  • Léo Kerlo et René Le Bihan, « Peintres de la Côte d'Emeraude », in ArMen, édition de le Chasse-Marée, 1998.
  • Maurice Desbans, article dans La Vie bordelaise au début des années 1900.[réf. nécessaire]
  • L'Éclaireur dinnanais , 1910 et 1911 articles au sujet de ses expositions chez Mr Fougeray rue Thiers à Dinan.
  • Ar Gaztenner, article dans L'Ouest-Éclair en 1941.
  • Le Télégramme du 10 juillet 2010.

Sources primaires

  • Marie-Annick Hamonet, Léon Hamonet, l'homme et l'œuvre, préface d'Edmond Hervé, édité à compte d'auteur, 2006.
  • Marie-Annick Hamonet, Léon Hamonet ( 1877-1953 ), Extraits des carnets de croquis (1893-1920), édité à compte d'auteur, 2008.

Notes et références

  1. Il y est présent en 1901 et 1902.
  2. Lequel est influencé par Jean-Baptiste Camille Corot et Gustave Courbet.
  3. Marie-Paule Salonne, « Le sorcier de la côte d'Améthyste », in La Bretagne touristique.
  4. Bâti en 1904.

Lien externe

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).