Sidérodromophilie

Aller à la navigation Aller à la recherche

La sidérodromophilie, est un fantasme en lien avec le ferroviaire, les trains et les chemins de fer.

Etymologie

Le mot vient du grec « sidero » (fer), « drome » (chemin) et « philia » (amour de)[1].

Le Chroniqueur et essayiste Jean-Paul Brighelli en donne la définition suivante : « la sidérodromophilie est le syndrome qui atteint ceux qui trouvent dans les trains la source d’une excitation érotique sans cesse grandissante »[2].

Exemples dans les arts

Notes et références

  1. Claude Leroy, Gabrielle Chamarat, Feuilles de rail : les littératures du chemin de fer, p.258, Paris-Méditerranée, 2006 (ISBN 9782842722463)
  2. Jean-Paul Brighelli, « Sidérodromophilie », sur Causeur,
  3. 3,0 3,1 et 3,2 AFP, « TGV mon amour... ceux qui l'aiment en ont fait un roman », sur L'Express,
  4. Clarika et Michel Delpech, diffusé dans l'émission Vivement Dimanche du 22 avril 2007 consacrée au TGV, présentée par Michel Drucker
  5. « Michel Delpech - L'amour en wagon-lit », sur Bide et musique (consulté le )
  6. Claude Leroy, « Eros ferroviaire », sur Open éditions,

Voir aussi

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la sexualité et de la sexologie
  • Portail du chemin de fer