Star Wars Hyperspace Mountain

Aller à la navigation Aller à la recherche
Star Wars: Hyperspace Mountain
Anciens noms : Space Mountain: Mission 2, Space Mountain: De la terre à la lune
Parc Disneyland (Paris)
Localisation Parc Disneyland (Paris)
Zone du parc Discoveryland
Coordonnées géographiques La page Module:Coordinates/styles.css doit avoir un modèle de contenu « CSS nettoyé » pour TemplateStyles (le modèle actuel est « Scribunto »).48°52′ 26.69″ N 2°46′ 45.30″ E / 48.8740806°N 2.7792500°E / 48.8740806; 2.7792.5 Coordonnées: 48°52′ 26.69″ N 2°46′ 45.30″ E / 48.8740806°N 2.7792500°E / 48.8740806; 2.7792500
État En fonctionnement
Dates d'ouverture 1er juin 1995 (De la Terre à la Lune)

7 mai 2017 (Hyperspace Mountain)

Remplace Space Mountain: Mission 2
Données techniques
Structure AcierLancée
Constructeur Vekoma
Concepteur Walt Disney Imagineering Werner Stengel
Système de levage/lancement Lanceur électrique / Roues de renfort (deuxième levage)
Hauteur 32 m
Longueur 1 000 m
Vitesse 71 km/h
Nombre d'inversions 3
Durée 2 min 15 s
Capacité 1980 personnes par heure
Taille minimale requise pour l'accès 1,20 m
Trains 4 trains avec 6 wagons. Les personnes sont disposées en rangées de 2 pour un total de 24 personnes par train.
Thème précédent De la Terre à la Lune de Jules Verne
Thème actuel Star Wars
Musique Star Wars thème de John Williams (2017-)

Mission 2 de Michael Giacchino (2005–2017) De La Terre à la Lune de Steven Bramson (1995–2005)

Bénéficie du Disney's Fastpass
Propose la file d'attente en Single Rider (pour les personnes seules)
Accessible pour les fauteuils roulants Disabled access
Passage du fauteuil roulant au train
Star Wars : Hyperspace Mountain sur RCDB

Photos de Star Wars : Hyperspace Mountain sur RCDB

Star Wars : Hyperspace Mountain (anciennement connu sous le nom de Space Mountain : Mission 2 et Space Mountain : De la terre à la lune ) est une montagne russe en acier dans la zone Discoveryland de Disneyland Paris. L'attraction est d'abord thématisée autour du roman classique de Jules Verne de 1865, De la Terre à la Lune. Elle a ouvert ses portes le 1er juin 1995, trois ans après l'inauguration du parc, dans le but d'attirer davantage de visiteurs alors que la situation financière était instable. Contrairement aux autres attractions Space Mountain des autres parcs à thème Disney dans le monde, celle de Disneyland Paris est conçue dans le style steampunk avec un canon Columbiad et un extérieur fait de plaques et rivets. C'est le seul Space Mountain à proposer des inversions, un lancement, une partie du parcours qui sort et rentre de nouveau à l'intérieur et une piste audio embarquée synchronisée. C'est de loin la plus grande attraction Space Mountain de tous les parcs à thème Disney.

La version d'origine Space Mountain : De la Terre à la Lune a fermé le 15 janvier 2005, puis a rouvert ses portes sous le nom de Space Mountain: Mission 2. Cette version du manège reprenait le même parcours, mais sans l'ambiance Jules Verne. L'attraction a été rénovée en 2015 pour améliorer ses effets spéciaux et son apparence générale. La dernière rénovation du manège propose un thème Star Wars pour célébrer le 25e anniversaire du parc.

Les versions de Space Mountain à Paris et à Disneyland Hong Kong ont adopté ce nouveau thème Star Wars : Hyperspace Mountain de façon pérenne[1].

Le concept

À l'origine, Disneyland Paris voulait faire de l'attraction parisienne et européenne une copie conforme du Space Mountain de Disneyland Tokyo. Cependant, après avoir choisi le lieu de construction pour Disneyland Paris et le début des travaux sur Discoveryland, une attraction de vitrine est prévue. Discovery Mountain est initialement conçue pour abriter non seulement Space Mountain, mais aussi plusieurs autres attractions, des expositions et des restaurants. Le bâtiment devait initialement mesurer 100 mètres de diamètre, mais a ensuite été réduit à un diamètre de 61 mètres.

À l'intérieur, les installations suivantes devaient être présentées :

  • Une grande version du Nautilus (un parcours scénique pédestre qui s'est retrouvé à l'extérieur de l'attraction)
  • Un restaurant sous-marin sur le thème du Nautilus ainsi qu'un café
  • Une réplique de l'attraction Horizons à Epcot
  • Un arrêt pour le Disneyland Railroad
  • Un concept de manège en chute libre, sur le thème du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne
  • Space Mountain d'après le roman De la Terre à la Lune de Jules Verne
  • Des tubes en guise de passerelle reliant CinéMagique et le complexe de restauration et de scène Videopolis (qui comporte toujours deux immenses fenêtres à cet endroit)

Le budget de Discovery Mountain est devenu si énorme que des coupes étaient inévitables. De plus, le parc avait subi une perte de plusieurs millions de francs au cours de ses trois premières années d'exploitation. Cela était dû à un taux d'occupation très bas des hôtels, aux dépenses peu élevées des visiteurs et à une fréquentation plus faible que prévue, en partie à cause du temps hivernal plus froid - à l'inverse de Disneyland Tokyo, qui attire des foules de personnes toute l'année, peu importe la météo. Le design d'inspiration victorienne de Space Mountain (baptisé initialement Discovery Mountain avant son changement de nom), avec son énorme canon Columbiad et contenant la seule montagne russe en intérieur, a été choisi comme la meilleure option pour le parc compte tenu de sa situation financière instable, de même que le parcours scénique pédestre du Nautilus à proximité, intitulé Les Mystères du Nautilus .

En 2001, DisneySea Tokyo a ouvert ses portes, mettant en avant l'île mystérieuse, une reconstitution de l'île Vulcania du film 20 000 lieues sous les mers. Cette île présente certains éléments de Discovery Mountain (par exemple l'attraction Voyage au centre de la terre ou l'attraction du Nautilus ). Michael Eisner, ex-PDG de The Walt Disney Company, a pu décrire Space Mountain : De la Terre à la Lune et son créateur, l'imagineer Tim Delaney, comme le sauveur de Disneyland Paris[2].

L'attraction

De la Terre à la Lune (1995-2005)

Une version extravagante de Space Mountain était prévue depuis la création du parc Euro Disney afin de raviver l'intérêt du public. Situé dans la zone de Discoveryland, la version française de la zone de Tomorrowland présente dans les autres parcs Disney dans le monde, ce Space Mountain a été conçu à l'origine comme une perception des voyages dans l'espace vus par Jules Verne, basé sur son roman de 1865 De la Terre à la Lune.

C'est la version la plus haute et la plus rapide de toutes les attractions Space Mountain et la seule à inclure des loopings et à comporter une partie du parcours à l'extérieur de la montagne (c'est-à-dire la gare et le canon de lancement). L'attraction à 89,7 millions de dollars (89,7 millions d'euros) comprend un lancement catapulté en montée de 1,3 G, allant de 0 à 71 km/h en 1,8 s, et trois loopings ( sidewinder, tire-bouchon et cutback ). C'était la première montagne russe à proposer de la musique intégrées dans les trains, à travers le dispositif SOBAT (Synchronized On-Board Audio Track, en français Piste Audio Synchronisée Embarquée). Le système SOBAT sera plus tard ajouté à Space Mountain à Disneyland et à Space Mountain à Hong Kong Disneyland .

Lorsque l'attraction ouvre ses portes en 1995, il s'agit de la première montagne russe lancée sur l'intégralité du parcours. L'année suivante, l'attraction Flight of Fear fait ses débuts à Kings Island et Kings Dominion en tant que deuxième montagne russe lancée sur l'intégralité du parcours et la première à proposer un lancement à moteur à induction linéaire. Space Mountain : De la Terre à la Lune utilise un lancement de treuil électrique pour catapulter le train.

De 1995 à 2005, l'attraction est connue sous le nom de Space Mountain : De la Terre à la Lune. Le premier système SOBAT de Space Mountain est composé par Steven Bramson. Elle est inspirée par les musiques de film de John Williams et la bande originale de 20 000 lieues sous les mers. Une boucle musicale est utilisée pour créer la bonne atmosphère victorienne qui reprend des musiques de films tels que Krull, Les Aventures de Rocketeer, Always ou Christophe Colomb : La découverte.

Les visiteurs entraient dans la montagne et arrivaient dans la Stellar Way, la file d'attente intérieure constituée d'une passerelle ouverte où les visiteurs pouvaient avoir un aperçu de l'attraction et voir les trains pendant leur voyage dans l'espace. Puis ils atteignaient les pièces victoriennes du Baltimore Gun Club (le Club qui construisit le Canon), et découvraient les plans et dessins du Columbiad et du voyage vers la Lune. Ils montaient ensuite à bord des trains de l'attraction, appelés « moontrains », faits de cuivre et de bronze, dans une gare au style victorien avec des drapeaux patriotiques rouges, blancs et bleus suspendus et des barils de poudre à canon disposés sur les côtés des quais d'embarquement.

Les trains les emmenaient à l'intérieur du canon Columbiad. Au moment du décollage, les trains étaient catapultés du Columbiad vers le sommet de la montagne. Le voyage dans l'espace commençait avec les visiteurs traversant un champ d'astéroïdes et entrant presque en collision avec l'un d'entre eux. Malheureusement, les trains pénétraient dans un immense champ d'astéroïdes et devenaient incontrôlables. Ensuite, ils évitaient de justesse d'être aspirés par la machine Blue Moon Mining Company du colonel Impey Barbicane, une machine spatiale industrielle construite par le président du Gun Club pour extraire les ressources minérales des astéroïdes. Après avoir échappé au danger de la machine, les trains passaient à travers un gros astéroïde par une ouverture dans ce dernier. Après avoir traversé un autre champ d'astéroïdes, les trains entamaient un lift avec l'image de la lune au sommet. La lune avait un visage souriant (comme on le voit dans l'adaptation cinématographique du roman par Georges Méliès en 1902). Si les passagers regardaient à leur gauche, ils pouvaient voir un panneau de signalisation placé sur un astéroïde disant « To the Moon 50.000km » (en français, « Lune 50 000 km »), et à droite ils pouvaient voir Jules Verne en personne, qui avec l'équipement adapté, avait atterri sur un astéroïde voisin. Les trains retournaient sur Terre en traversant un dernier champ d'astéroïdes. Les passagers voyaient des éclairs et des rayons lumineux autour du train comme s'il se réchauffait en rentrant dans l'atmosphère terrestre. Les trains passaient par l'Electro-de-Velocitor, une machine qui ralentissait les trains pour réduire leur vitesse afin qu'ils atteignent la gare en toute sécurité.

En septembre 2004, Le Visionarium a définitivement fermé ses portes, entraînant des modifications importantes à Discoveryland. Space Mountain : De la Terre à la Lune a été entièrement rénové pour son dixième anniversaire.

Space Mountain : Mission 2 (2005-2017)

En 2005, Space Mountain a subi des modifications et a été officiellement renommé Space Mountain : Mission 2 après avoir eu l'extérieur entièrement repeint l'année précédente. Ce voyage emmenait les passagers « au-delà de la Lune jusqu'aux confins de notre univers ». Cela a nécessité la modification de nombreux aspects du trajet, tels que les effets spéciaux tout au long du parcours. La lune souriante aperçue dans la première version a été remplacée par une supernova. Des néons incurvés sont apparus à la fin du parcours pour simuler un vortex.

Bien que le parcours soit resté le même, les trains sont lancés du bas du canon. À l'origine, ils étaient lancés au sommet, à peu près à mi-hauteur de la pente réelle. Le cadre et le thème victoriens ont également été modifiés et des éléments futuristes modernes sont venus s'ajouter aux décors. Les trains ont été repeints en argent, en remplacement du cuivre et du bronze. Une nouvelle bande-son futuriste a été composée par Michael Giacchino (qui était également responsable des SOBAT dans les versions de Disneyland et de Hong Kong Disneyland) et la bande-son victorienne dans la file d'attente a été remplacée par des messages radio.

Les visiteurs entraient dans la montagne par le côté et atteignaient un couloir futuriste et faiblement éclairé avec des photos de plusieurs phénomènes cosmiques qui remplaçaient l'ancienne voie étoilée. Une vidéo d'une femme racontant aux voyageurs de l'espace les détails de la mission et les mesures de sécurité était diffusée avant qu'ils ne se lancent dans leur voyage. Ils se rendaient par la suite dans les salons victoriens du Baltimore Gun Club, dans lesquels des plans et des dessins du canon Columbiad et du voyage vers une supernova étaient exposés. Enfin, les visiteurs entraient dans la gare puis montaient dans les trains.

Les trains traversaient le tunnel les menant à l'intérieur du canon. Un compte à rebours résonnait et l'explosion du canon donnait l'alerte pour le départ des trains au-delà de la lune. Les voyageurs de l'espace pouvaient apercevoir de nombreux objets spatiaux, comme une comète, des planètes et plusieurs astéroïdes. En atteignant la supernova, les passagers la voyait exploser et détruire tout ce qu'il se trouve aux alentours. Les passagers revenaient sur Terre en traversant un champ d'astéroïdes en fusion. Afin d'atteindre la Terre, les trains passaient par une « hyperporte », un trou de ver rouge semblable à un vortex qui correspondait à un raccourci à travers l'univers. Comme dans la version précédente, l'Electro-de-Velocitor ralentissait les trains avant qu'ils retournent en gare. De janvier à juillet 2015, le manège a été rénové, ce qui comprenait l'ajout d'une file d'attente pour les personnes seules et une amélioration globale des effets spéciaux. La mission 2 devrait revenir dans le futur, en conservant les nouveaux trains de Star Wars : Hyperspace Mountain.

Star Wars: Hyperspace Mountain (2017 à aujourd'hui)

Space Mountain: Mission 2 a fermé pour rénovation le 8 janvier 2017 et a rouvert le 7 mai 2017, avec une nouvelle thématisation et un nouveau nom Star Wars: Hyperspace Mountain pour la célébration du 25e anniversaire du parc. En plus des nouvelles installations Star Wars, des trains Vekoma bleus et permanents de style victorien avec des harnais maintenant les épaules ont été ajoutés[3]. Grâce aux nouveaux trains, la taille minimum requise a depuis été abaissée de 1,32 m à 1,20 m.

Après être entrés dans le dôme, les visiteurs entrent dans un long couloir noir avec des photos de X-Wings, des Chasseurs TIES et d'autres vaisseaux spatiaux. On peut voir une vidéo d'une femme expliquant aux voyageurs de l'espace les mesures de sécurité à respecter avant de se lancer dans leur mission. Ils se rendent ensuite dans le hall du Baltimore Gun Club, où les plans du dispositif de propulsion de la mission sont présentés. L'appareil représenté est le Columbiad, un canon fictif conçu pour catapulter un vaisseau spatial dans l'hyperespace à la vitesse de l'éclair. Les visiteurs entrent ensuite dans la gare d'embarquement, où ils montent à bord de trains-fusées bleus dans un style victorien conçus par Vekoma et se préparent à être catapultés dans l'espace. Les trains commencent leur parcours dans un tunnel alors que la musique emblématique de Star Wars résonne avant d'entrer dans le canon. La bande-son de l'attraction utilise un mélange de toutes les musiques de la bande originale de Star Wars composée par John Williams. La bande-son de l'attraction a été enregistrée dans les studios Abbey Road à Londres[4]. Après une brève conférence de l'amiral Akbar, un ordre de lancement est donné et le Columbiad tire, propulsant les trains vers l'avant à une vitesse de 71 km/h et partant de la Terre pour atteindre l'hyperespace.

À son arrivée à Jakku, le train tombe dans une embuscade perpétrée par un groupe de chasseurs TIES, alors qu'il flotte et se fraye un chemin à travers le combat aérien, pendant que des tirs de laser sont échangés entre les vaisseaux spatiaux. Une fois le chasseur TIES détruit, l'escadron bleu tire sur un Destroyer Stellaire à proximité, portant un coup critique à sa passerelle. Un dernier saut dans l'hyperespace est effectué pour ramener les trains en gare.

Voir aussi

Notes et références

  1. Michaelsen, « Space Mountain Returning On July 5 At Disneyland Park », WDW News Today, (consulté le )
  2. « Tim Delaney Interview » (consulté le )
  3. Anthony, « Disneyland Paris 25th Anniversary deconstructed: Star Wars Hyperspace Mountain », DLP Today, (consulté le )
  4. « Les musiques »

Liens externes

Modèle:Disneyland Park (Paris)Modèle:Disneyland Paris Coasters

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail des parcs de loisirs