Encyclopédie Wikimonde

Tanguy David

Aller à : navigation, rechercher

Tanguy David
Tanguy David en 2021.
Tanguy David en 2021.
Fonctions
Responsable de Génération Z Calvados

(1 mois et 10 jours)
Élection 5 novembre 2021
Biographie
Nom de naissance Tanguy David
Date de naissance (18 ans)
Lieu de naissance Bamako (Mali)
Nationalité Française
Parti politique Reconquête
Diplômé de Université de Caen
Profession Militant politique
Religion Catholicisme
Résidence Normandie (France)

Tanguy David, né le à Bamako (Mali), est un militant politique français, s'étant fait connaître à la fin de l'année 2021. Lors d'un meeting de l'ancien journaliste politique Éric Zemmour, candidat à l'élection présidentielle de 2022, Tanguy David est victime d'insultes racistes et d'appels au meurtre en raison de son soutien à Zemmour. Cette vague de haine déclenche une polémique médiatisée. Du 5 novembre jusqu'au 15 décembre 2021, il est responsable de Génération Z, mouvement de jeunesse soutenant Éric Zemmour, pour le Calvados. Il rejoint ensuite le pôle communication régional du mouvement pour la Normandie. Toujours encarté à droite de l'échiquier politique, Tanguy David se revendique ouvertement depuis plusieurs années comme appartenant à une droite conservatrice.

Situation personnelle

Naissance et famille

Tanguy David naît le 5 octobre 2003 à Bamako, au Mali. Ses parents sont un ouvrier et une fonctionnaire. Il est de nationalité française. Tanguy David a également une sœur, née quatre ans plus tard. Il grandit en Normandie, ou il passe son enfance puis son adolescence[1].

Scolarité et études

Il est scolarisé au collège d'Argences, puis obtient son baccalauréat dans un lycée de la région. Le 6 septembre 2021, il débute une licence de droit au sein de l'Université de Caen-Normandie, où il étudie depuis cette date[2].

Autres éléments

Tanguy David est passionné d'histoire de France (sa période favorite est le Second Empire sous le règne de Napoléon III), de politique, d'aviation, mais aussi de lecture. Il a pratiqué le full-contact ainsi que le Judo en club pendant quelques années.

Engagement politique

Intérêt grandissant pour la vie politique

Dès 2017, Tanguy David dit avoir été « séduit » par l'image d'Emmanuel Macron, et s'intéresser à la politique depuis lors. Cependant, le « point de rupture » selon lui a été la crise sociale des Gilets jaunes, survenue à la fin de l'année 2018 et qui a brisé l'image de « monarque présidentiel » du président qui le séduisait. Il s'est ensuite affilié au Rassemblement national et a pendant quelques temps soutenu Marine Le Pen, bien qu'il confirme suivre Éric Zemmour « dans ses interventions médiatiques » depuis plusieurs années[3],[4]. Il considère le fondateur et ancien président d'honneur du Rassemblement National (ex-Front National), Jean-Marie Le Pen, comme un « combattant à visage découvert », et le qualifie « d'homme politique respectable ».

Premier engagement public et polémique

Tanguy David, qui rejoint le mouvement de soutien « Génération Z » en octobre 2021[2], fait part publiquement de son soutien au journaliste politique Éric Zemmour, lorsqu'il apparaît sur une photo aux côtés d'autres partisans de ce dernier au cours d'une réunion publique à Nantes, ce qui lui vaut une première vague d'insultes sur les réseaux sociaux, notamment Twitter, comme le souligne le magazine Valeurs actuelles[3]. En novembre, Tanguy David devenu responsable de « Génération Z » pour le Calvados[2], autorise le journal VA Plus à le suivre pendant toute une journée dans son quotidien pour un reportage, et dévoile notamment sa chambre et son domicile.

Soutien d'Éric Zemmour et médiatisation

Fichier:Tanguy David devant l'Élysée, en 2021.jpg
Tanguy David, photographié de dos devant le Palais de l'Élysée, en décembre 2021.

Le 5 décembre 2021, Éric Zemmour tient son premier meeting de campagne en vue de l'élection présidentielle de 2022, au Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte. Tanguy David assiste à l'évènement, et se positionne sur la scène située derrière le candidat, étant donc dans l'objectif des caméras pendant tout le discours du candidat[5]. Quelques heures après le meeting, alors que sa présence suscite de nombreuses réactions, il publie sur Twitter un message dans lequel il indique être « le noir derrière Zemmour », déclarant avoir été « fier » de sa présence et que ceux qui « sont gênés peuvent quitter la France »[6].

Sa présence à ce meeting et son soutien au candidat déclenchent une polémique. Le 6 décembre, invité sur le plateau de Touche pas à mon poste ! par Cyril Hanouna, il déclare avoir reçu quelques « 10.000 à 15.000 messages de haine et de menaces de mort »[7] et annonce qu'une mesure de protection a été mise en place par la police nationale, en raison d'appels à le décapiter lancés contre lui sur les réseaux sociaux. À nouveau invité sur le plateau de TPMP le 10 décembre, il annonce avoir déposé plainte. Tanguy David dit également « ne pas comprendre » l'incompréhension de certaines personnes vis-à-vis de son soutien à Éric Zemmour, et qu'être choqué par sa couleur de peau est « un problème ». L'étudiant déclare qu'il n'y a « aucun racisme chez les personnes qui soutiennent Éric Zemmour ». Tanguy David est invité les semaines qui suivent dans divers médias nationaux (BFMTV[8], CNews, Morandini Live[9]), lui faisant rapidement acquérir une certaine notoriété. Son compte Twitter passe la barre des 35.000 abonnés à la mi-décembre. Sur les réseaux sociaux, il affirme à plusieurs reprises qu'il n'appartient pas à la communauté noire, estimant que « sa seule communauté est la communauté nationale, les françaises et les français ». Il déclare dans l'émission de Jean-Marc Morandini, n'avoir « aucun regret, ni aucune peur » concernant son engagement politique, et qu'il est pour lui normal de « rendre à la France ce qu'elle m'a donné, tout »[9]. À partir de début novembre et jusqu'à son départ le 15 décembre, il est responsable pour le département du Calvados de « Génération Z », le mouvement de jeunesse soutenant Éric Zemmour. Le même jour, il intègre le pôle communication du mouvement à l'échelle régionale.

Interviewé par la radio Tendance Ouest à Caen le 14 décembre 2021, il estime qu'en démocratie « le débat est source de toute chose », et que le dialogue et l'échange sont pour lui importants. Tanguy David dit également avoir été menacé de « torture » par un membre du conseil national du Parti socialiste, et annonce avoir déposé plainte contre lui[10]. Dans un entretien accordé au journal Le Monde, publié le même mois, il soutient plusieurs dirigeants (Donald Trump, Vladimir Poutine, Jair Bolsonaro) et explique avoir été séduit par la « radicalité d'Éric Zemmour »[11].

Références

  1. « [ Reportage VA+] Tanguy David insulté : Quand la gauche (re)devient raciste », sur Valeurs actuelles, (consulté le )
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 « Soutien de Zemmour pour le Calvados : Tanguy est menacé et le dit à la télé », sur actu.fr (consulté le )
  3. 3,0 et 3,1 « Tanguy David, le soutien d’Éric Zemmour dont la couleur de peau dérange la gauche », sur Valeurs actuelles, (consulté le )
  4. « Tanguy David LYNCHÉ : Quand la GAUCHE (re)devient RACISTE » (consulté le )
  5. « «Nègre de maison» : un militant de Zemmour visé par des insultes et des menaces racistes », sur LEFIGARO, (consulté le )
  6. « « Nègre de maison », « Wallah on va te décapiter » : un militant d’Éric Zemmour harcelé et menacé », sur Valeurs actuelles, (consulté le )
  7. « INVITÉ RTL - Un soutien d'Éric Zemmour dit avoir reçu "10.000 à 15.000 messages de haine" », sur www.rtl.fr (consulté le )
  8. « Tanguy David: "J'ai reçu environ 15.000 menaces de mort et [messages] d'insulte à caractère raciste (...), j'ai déposé plainte" » (consulté le )
  9. 9,0 et 9,1 « EXCLU - Menacé de mort et sous protection, le militant noir de chez Eric Zemmour témoigne dans "Morandini Live": "Je n’ai aucun regret !" - VIDEO | Jean-Marc Morandini », sur www.jeanmarcmorandini.com (consulté le )
  10. « Menaces de mort. Tanguy David, soutien caennais d'Éric Zemmour, porte plainte », sur tendanceouest.com (consulté le )
  11. « « J’aime sa radicalité, le fait qu’il clive » : la jeune garde d’Eric Zemmour », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Article publié sur Wikimonde Plus