Alain Giret

Aller à la navigation Aller à la recherche
Alain Giret
Alain Giret au Prytanée en 1991.jpg
Alain Giret au Prytanée en
Biographie
Naissance
(79 ans)
Loches
Nationalité

Alain Giret, né le à Loches en Indre-et-Loire, est un géographe spécialisé dans l'hydrologie fondamentale. En marge de sa carrière universitaire, Alain Giret collabora aux travaux du Professeur Henry de Lumley, à l'Institut de paléontologie humaine du Muséum national d'histoire naturelle et à la caune de l'Arago de Tautavel dans les Pyrénées-Orientales.

Biographie

Agrégé de géographie en , Alain Giret enseigne au collège de Montlouis sur Loire de à , puis en classes préparatoires au Prytanée national militaire de La Flèche de à . Il est nommé Chevalier dans l’ordre des Palmes Académiques le à La Flèche. En , Alain Giret obtient un doctorat de troisième cycle de l'université de Tours, sous la direction de Bernard Bomer[1], intitulé Deux bassins versants en Touraine : la Brenne et la Choisille - Étude physique comparée[note 1]. Puis, en , un doctorat de l'université Paris 10, toujours sous la direction de Bernard Bomer, intitulé Bassins hydrographiques comparés dans le Centre-Ouest de la France[2]. En , Alain Giret est nommé maître de conférences à l'université de Poitiers et, en , il passe, à l'université Paris 10, une habilitation à diriger des recherches, intitulée Hydrologie fluviale : pratiques, modélisations et représentations. À la suite de cela, Alain Giret devient, en , professeur à l'université Sorbonne Paris Nord, jusqu'à sa retraite, en .

Recherches

En hydrologie fondamentale

Pour étudier le fonctionnement hydrologique des bassins versants, on s'intéresse, d'une part, aux contraintes variables et aléatoires que sont les précipitations et les températures, et, d'autre part, à la structure géologique, aux sols, au relief et à la mise en valeur des terroirs. L’eau de pluie parvenue sur un bassin versant peut, soit s’infiltrer et émerger par les sources (l’écoulement souterrain), soit ruisseler à la surface du sol (l’écoulement rapide sous forme de crue).

Alain Giret a mis au point une méthode de quantification de l’écoulement souterrain et du ruissellement afin de construire une typologie basée arbitrairement sur la part du ruissellement dans l’écoulement annuel. Tous les cas de figure sont possible, depuis les bassins sans ruissellement (autrement dit, l'écoulement est seulement assuré par les sources) jusqu'aux bassins sans écoulement souterrain (pour lesquels la quasi-totalité des pluies se transforme en oueds ou torrents). L’intérêt pratique d'une telle typologie est de distinguer les cours d’eau plutôt aptes à la navigation ou aux prélèvements (agricoles ou urbains), des cours d’eau propices à des inondations ou à des étiages très creusés. Les premiers correspondent à une prépondérance de l’écoulement souterrain et les seconds à une prépondérance du ruissellement.

En commençant par le centre-ouest de la France, qui possède une relative unité climatique mais une diversité géologique et topographique, Alain Giret a travaillé sur l’ensemble des cours d’eau français[note 2], afin de cartographier les régions où l’écoulement est utile au collectivités humaines et celles où il constitue un risque majeur.

En paléoécoulements quaternaires

Sur le site de Tautavel, Alain Giret s'est intéressé aux modalités climatiques et hydrologiques des paléoécoulements quaternaires au travers de la géomorphologie des terrasses fluviatiles, en étudiant l'étagement et la granulométrie. Ces recherches furent éditées sous le titre Le Quaternaire fluvial et torrentiel du Roussillon[note 3] et présentées lors de la commémoration du cinquantenaire de la fouille de la caune de l'Arago en juillet-.

Sur Pierre Perrault

En marge de ses travaux et en tant que professeur émérite, Alain Giret a publié[note 4] et commenté l'ouvrage de Pierre Perrault, De l’origine des fontaines, publié en 1674. Pierre Perrault avait organisé son ouvrage en deux parties : la première contenait une critique des idées prévalant avant le dix-septième siècle et la seconde décrivait ses propres observations et expériences qui conduiront aux bases de l’hydrologie continentale.

Publications

Notes et références

Notes

  1. Publiée en dans la revue Norois: « Deux bassins-versants en Touraine ? Brenne et Choisille. Etude comparée », sur Portail Persée (consulté le ).
  2. À raison de deux bassins versants par département.
  3. Voir la liste des ouvrages d'Alain Giret en fin d'article.
  4. En français moderne. Voir la liste des ouvrages d'Alain Giret en fin d'article.

Référence

  1. CTHS, « BOMER Bernard Charles », sur Annuaire prosopographique (consulté le )
  2. « Bassins hydrographiques comparés dans le Centre-Ouest de la France : Brenne, Cisse, Envigne, Hyrome et Né », sur Fichier central des thèses (consulté le ).

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

  • Portail de la géographie