Encyclopédie Wikimonde

Alexandre Miniac

Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Miniac
Description de cette image, également commentée ci-après
Alexandre Miniac
Naissance
Saint-Servan
Décès
Paris
Nationalité Française
Pays de résidence France
Profession
Architecte
Formation

Alexandre Jean-Baptiste Miniac (1885-1963) est un architecte français.

Biographie

Famille

Né le à Saint-Servan, en Ille-et-Vilaine, il est le fils de Paul Miniac (1851-1936) et de Marie Desmonts[1]. Il est le frère de l'avocat général Edmond Miniac et le petit-neveu de Louis Duchesne. En 1923, il épouse Yvonne Wislin[2], fille d'un peintre montmartrois Charles Wislin (1852-1932).

Lors de la première guerre mondiale il est affecté au 129e régiment d'infanterie. Il est décoré de la Légion d'honneur et la croix de guerre 1914-1918 : " Miniac, Aiexandre-Jean-Baptiste, sous-lieutenant : Officier remarquablement courageux et tranquille dans les tourmentes les plus violentes, il s'est particulièrement distingué dans les journées du 8 au 10 juillet en déterminant les positions exactes de l'ennemi, a contribué à déchaîner sur ce dernier un tir de notre artillerie lourde, dont la violence et 1'efficacité ont arrêté une attaque, tout en donnant des résultats au-dessus de tout espoir.", "Corps d'Armée cite à l'ordre du Corps d'Armée, le sous-lieutenant Miniac Alexandre, de la C. H. R., du 247o d'infanterie « Officier porte-drapeau d'une bravoure résolue et efficiente."[3].

Il meurt le 3 décembre 1963, sans descendance et est inhumé à Bazouges-la-Pérouse[4].

Architecte

L'hôtel-de-ville d'Albert (Somme)

Il apprend l'architecture à l'école nationale supérieure d'architecture de Bretagne à Rennes, admis parmi dix candidats à la première promotion de 1905, comptant alors deux élèves[5], il a pour professeurs Emmanuel Le Ray (1859-1936) et Georges-Robert Lefort (1875-1954).

Il est l'architecte de la mairie d' Albert (Somme) avec son beffroi de 64 mètres de haut, bâtie en 1932.

Il construit en 1932 un immeuble d'habitation et de commerces de huit étages, dans un style Art déco, au 11-13 rue des Petites-Écuries à Paris (10e arrondissement).

Il participe avec son associé Benjamin Maneval, architecte à Amiens, au concours pour la construction de l'hôpital d'Amiens[6].

En 1945, il est architecte expert près le Tribunal civil de la Seine, à Paris. Urbaniste mandaté par le secrétariat d'État à la Reconstruction en 1948, avec Petit, il conçoit le plan d'aménagement et de reconstruction de la ville de Douai[7].

Peintre amateur

Bazouges-la-Pérouse, la rue de l'Église, aquarelle signée Alexandre Miniac.

Peintre aquarelliste amateur, il expose au Salon des artistes français et illustre des livres tels celui de l'ethnologue Paul Sébillot, La Bretagne pittoresque et légendaire. En 1994, une de ses œuvres sert de support de communication pour la première édition de Bazouges, village d'artistes.

Notes et références

  1. Archives municipales de Saint-Malo, acte de naissance.
  2. Journal des Débats du 2 février 1923 : mariage à la mairie du 7e arrondissement de Yvonne Wistin, avec Alexandre Miniac.
  3. Ouest-France du 10 septembre 1916 et 14 octobre 1917
  4. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche-Midi, 2011.
  5. Daniel Le Couédic, Les Architectes et l'idée bretonne, 1904-1945. D'un renouveau des arts à la renaissance d'une identité, Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Saint-Brieuc, 1995, page 57 : « Deux élèves, MM. Joseph Brilhaut et Alexandre Miniac, viennent d'être admissibles à la suite du jugement de la première épreuve d'architecture, parmi dix candidats. »
  6. Le procès relatif à leur participation fait l'objet d'un arrêt du Conseil d'état en 1933. "Par un second arrêté en date des 23-25 février 1931, le Conseil de préfecture accorda aux sieurs Dupuy, Miniac et Maneval, une indemnité de 15.000 francs. La Commission administrative se pourvut également contre cette décision, et les sieurs Dupuy, Miniac et Maneval, par voie de recours incident, demandèrent que l'indemnité qui leur avait été accordée fût portée à 50.000 francs."
  7. Son plan est conservé aux archives municipales de Douai : Catalogue de l'exposition Douai, d'une commune à l'autre, XIIe – XXe siècle au musée de la Chartreuse (Douai) du 23 janvier au 22 mars 1999.

Sources

  • Texte de Daniel Le Couédic, professeur à l'université de Bretagne Occidentale, historien et architecte, à l'occasion du centenaire de l'ENSAR, en 2005.
  • Claude Laroche, chercheur du Service régional de l'inventaire, rattaché à la DRAC Aquitaine, Bordeaux. Le spécialiste de l'architecture du XXe siècle au Pays basque. Auteur de Architecture et identité régional, édition le Festin.
  • Reconstruction en Picardie après 1918, Archives départementales de l'Aisne, RMN, 2000, 311 pages.
  • Recueil des actes administratifs de la Préfecture de la seine, 1945.
  • Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de Saint-Malo, de 1925 à 1928.
  • Racines 35, trimestriel n°114, avril-mai-juin 2015.

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).