Encyclopédie Wikimonde

Axel Metzker

Aller à : navigation, rechercher


Axel Metzker, né le 16 mars 1976, dans le 4e arrondissement de Paris, est avocat au Barreau de Paris. Maître Axel Metzker est spécialiste des Droits de l'Homme et des libertés publiques. Il est également chercheur sur le Régime de Vichy et la Shoah. Depuis 2015, il défend les victimes d'actes de terrorisme (Hyper Casher, Bataclan). Son cabinet est également spécialisé dans le droit pénal, les droits de l'homme et l'e-reputation. Son cabinet parisien intervient régulièrement en province. Son cabinet d'avocat est situé au 121 avenue des Champs Elysées depuis le mois de juillet 2017.

Éléments biographiques

Axel Metzker est issu d'une famille juive d'origine ashkenaze du côté de son père et juive sépharade du côté de sa mère.

Axel Metzker poursuit des études de Droit à l'Université de Droit de Paris XII. Il est chargé de travaux dirigés en 2001. Il devient Docteur en droit le 7 septembre 2005 avec la mention très honorable. Son sujet de thèse de droit est La doctrine juridique de professeurs de droit face à la qualification juive issue du statut des Juifs et de la thèse d'André Broc : de la théorie juridique à la pratique criminelle antisémite sous le régime de Vichy (1940-1944). Son directeur de recherche est Serge Klarsfeld[1] . Le Président du jury de thèse est le Professeur agrégé de droit privé et de sciences criminelles, François Terré. Sa thèse est consultable au Mémorial Yad Vashem à Jérusalem.

Doctrine et Pratique

Le Droit criminel

Axel Metzker intervient en droit criminel lors des instructions pénales. (Affaire SELAM, Affaire HYPER CASHER)

Les Droits de l'Homme

Spécialiste des libertés publiques et des Droits de l'homme, Axel Metzker intervient régulièrement dans les dossiers relatifs aux atteintes aux droits fondamentaux. (Droit des libertés publiques et des droits de l'homme, droit de la famille, le droit des successions, droit pénal des affaires, placement abusif des enfants, expulsion locative, droit des étrangers, droit du divorce, droit de la presse, droit commercial, droit bancaire, droit civil, droit administratif).

Par l'affaire Selam, Axel Metzker est spécialiste de toutes les questions liées à "l'irresponsabilité pénale" en droit criminel[2]. Axel METZKER a été reçu à L'Elysée et à plusieurs reprises au Ministère de la Justice pour discuter des difficultés posées par l'article 122-1 du code pénal (l'irresponsabilité pénale).

Axel Metzker intervient régulièrement dans les Préfectures et auprès des tribunaux administratifs pour défendre ses clients étrangers et conteste la politique de "stigmatisation des étrangers". Il intervient également pour empêcher les expulsions locatives.

Il pratique régulièrement le référé liberté pour protéger ses clients et intervient auprès des huissiers pour contester les saisies.

Histoire de la Shoah

Par la soutenance de sa thèse, Axel Metzker est chercheur sur la période de Vichy, la Shoah, l'histoire du droit antisémite et la lutte contre le négationnisme. Il prépare un ouvrage sur l'Affaire BROC, un ''Dictionnaire des antisémites notoires'' ainsi qu'un Dictionnaire des Professeurs de Droit sous Vichy.

La lutte contre le négationnisme et les actes antisémites

Maître Metzker intervient régulièrement pour dénoncer le négationnisme et les actes antisémites ou antijuifs. Il a poursuivi pendant plusieurs années l'assassin de Sébastien Sélam,(mort le 20 novembre 2003 à Paris). Il dépose plainte régulièrement contre les auteurs des actes antijuifs. Il défend plusieurs parties civiles dans le dossier des attentats de l'hyper casher (9 janvier 2015).

E-Réputation

Le Cabinet Metzker propose pour ses clients (particuliers ou entreprises) des actions contre les moteurs de recherche (Google, Yahoo, etc) afin qu'ils respectent le droit à l'oubli (droit au déférencement).

La thèse de Me METZKER sur André Broc (7 septembre 2005)

Axel Metzker poursuit des études de Droit à l'Université de Droit de Paris XII. Il est chargé de travaux dirigés en 2001. Il devient Docteur en droit le 7 septembre 2005 avec la mention très honorable. Son sujet de thèse de droit est La doctrine juridique de professeurs de droit face à la qualification juive issue du statut des Juifs et de la thèse d'André Broc : de la théorie juridique à la pratique criminelle antisémite sous le régime de Vichy (1940-1944). Son directeur de recherche est Serge Klarsfeld[1] . Le Président du jury de thèse est le Professeur agrégé de droit privé et de sciences criminelles, François Terré. Sa thèse est consultable au Mémorial Yad Vashem à Jérusalem.

L'affaire Broc est au cœur de la thèse de droit d'Axel Metzker, puisque l'auteur fait des révélations sur André Broc (1909-1997), auteur d'une thèse de droit : La qualification juive soutenue le 15 décembre 1942, à l'Université de droit de Paris.

L'auteur évoque le rôle d'André Broc dans la persécution des juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale, tant sur le plan de la doctrine que sur le plan de la pratique au sein de la Préfecture de police.

La thèse explore le fonctionnement interne de la Préfecture de police sous Vichy, et notamment la mise au point du fichier juif surnommé « Fichier Tulard ». André Broc et André Tulard travaillent ensemble au sein de la préfecture de police.

La thèse est également un panorama du milieu juridique de l'époque notamment celui des Professeurs de droit face au Statut des juifs et face à l'occupant : de la Résistance au collaborationnisme. L'auteur évoque les voyages à Berlin en 1942 du Professeur Achille Mestre (Directeur de thèse de Broc) et enfin l'épuration de nombreux professeurs de droit à la fin de la guerre (Georges Burdeau, Achille Mestre, etc.)

Selon Serge Klarsfeld, « Comment expliquer le soutien accordé par les Professeurs de droit aux thèses anti-juives[3]. L'exemple le plus frappant a été révélé dans la thèse d'Axel Metzker soutenue en 2005 à l'université de Paris 12 et intitulée « La doctrine juridique de professeurs de droit face à la qualification juive issue du statut des juifs ».

Axel Metzker a découvert qu'André Broc (ancien élève de Sciences Po Paris (1933), auteur de la thèse « La qualification juive » n'était pas seulement un fonctionnaire de la Préfecture de police comme l'avaient déjà écrit Marrus et Paxton; mais qu'au sein de la sous-direction des Affaires juives, André Broc avait la haute main sur la qualification juive. Il était le spécialiste de la définition du "juif" en 1942. Dans les cas de 2200 personnes (Les indépendants) que la sous-direction des affaires juives ne savait pas reconnaître en tant que juifs et qui auraient dû ne pas être déportés, André Broc a procédé à une "révision de leurs cas" aboutissant pour environ 500 d'entre eux, à être qualifiés par lui de Juifs, et à prendre la direction d'Auschwitz.

André Broc, spécialiste de la qualification de juif a soutenu sa thèse le 15 décembre 1942. Son jury de thèse était composé de trois professeurs de droit réputés : deux professeurs de droit administratif, le célèbre Achille Mestre (Directeur de thèse d'André Broc) dont nous venons de parler, et Pierre Lampue qui était spécialiste également de droit colonial; enfin un illustre professeur de droit international public, Georges Scelle. La thèse de Broc a eu la meilleure mention et a été publiée par les PUF sous le premier titre : "La qualification juive", et une deuxième fois en 1943 sous le titre : « La qualité de juif. Une notion juridique nouvelle », tandis que Broc jusqu'à la Libération continuait à envoyer des Juifs à Auschwitz. On lui confiera les Archives de la Préfecture de police à la fin de la guerre. Seule sanction par la Préfecture de police après la Libération : «un an de retard dans son avancement », et il a poursuivi régulièrement sa carrière jusqu'à sa retraite.

Raoul Hilberg dans son traité sur La Destruction des Juifs d'Europe a rappelé toute l'importance de "la définition du juif" dans le processus de la solution finale.

Affaires médiatiques

L'affaire Sébastien SELAM (DJ LAMC)(2006)

Depuis novembre 2006, Axel Metzker défend la famille Selam[4] et intervient régulièrement dans les médias[5] pour évoquer ce crime antisémite et dénoncer la chape de plomb qui repose sur ce crime raciste.

Le 20 novembre 2003, Sébastien Selam est assassiné dans son parking par son voisin Adel Amastaibou qui revendique le crime antisémite[6]. Toutefois l'assassin bénéficie de l'article 122-1 du code pénal puisqu'il est déclaré irresponsable pénalement[7] de son crime. En mai 2007, Axel Metzker obtient la suppression des permissions de sorties de Amastaibou par la décision du Préfet de police au nom de la protection de l'ordre public et de la sécurité des Selam. Le 17 septembre 2007, Axel Metzker obtient la réouverture du dossier Selam[8], officiellement clos, après avoir démontré un vice de procédure puisque la famille Selam n'avait pas reçu l'ordonnance de non lieu du 8 août 2006. La Chambre de l'instruction ordonne une nouvelle expertise psychiatrique visant Amastaibou en janvier 2008[9]. Axel Metzker et Juliette Selam sont reçus au Palais de l'Elysée en novembre 2007 par le conseiller Justice du Président de la République Nicolas Sarkozy, en la personne de Christophe Ingrain. Ils sont également reçus à Matignon par le conseiller Justice du Premier Ministre, François Fillon. Ils sont reçus à plusieurs reprises par Richard Prasquier, président du CRIF[10]. La famille Selam dépose une nouvelle plainte avec constitution de partie civile contre Adel Amastaibou et obtient un nouveau juge d'instruction Madame Palluel.

Axel Metzker obtient en janvier 2008, la réouverture du dossier pénal visant Adel Amastaibou en démontrant un vice de procédure. L'avocat obtient la réouverture du dossier Sélam plus d'un an après avoir fait appel au nom de l'absence de notification de l'ordonnance de non-lieu du 8 août 2006. La réouverture du dossier Selam conduit à la désignation d'un nouveau juge d'instruction Monsieur Jean Reynaud qui désigne un nouveau collège d'expert psychiatre (Roland Coutanceau, Pierre Lamothe et Jean-Claude Chanseau) chargé d'examiner une nouvelle fois Adel Amastaibou.

En janvier 2008, Eric Zemmour publie le livre Petit frère aux éditions Dénoel sous la forme d'un roman qui évoque l'affaire Selam mais dénigre la famille Sélam qui porte plainte immédiatement et lui envoie de nombreux huissiers.

En 2007, Axel Metzker introduit au nom de la famille Selam un recours en responsabilité administrative devant le Tribunal administratif de Paris contre l'hôpital psychiatrique Maison Blanche, la Préfecture de police, la Mairie de Paris, et l'État français.

Le 2 décembre 2009[11] a lieu le procès exceptionnel de Adel Amastaibou, auteur de l'homicide visant Sébastien Selam[12] devant la Chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris[13] en présence de l'assassin, de la famille Selam, des experts psychiatres (Daniel Zagury, Jean-Claude Chanseau), et des médias (TF1, France 2, France 3, Canal Plus, LCI, France 5, RTL).

Le 5 janvier 2010, la Chambre de l'instruction confirme l'ordonnance de non lieu. La famille SELAM forme un pourvoi en cassation.

En mars 2010, le Tribunal administratif rejette le recours de la famille SELAM qui interjette appel devant la Cour administrative d'appel de Paris.

La famille Selam dépose une nouvelle plainte avec constitution de partie civile et obtient un nouveau juge d'instruction, Monsieur Philippe Jourdan.

L'Hôpital Maison Blanche est finalement condamné en septembre 2014.

L'affaire Éric Zemmour (2008)

Axel Metzker poursuit le journaliste Éric Zemmour (ancien chroniqueur de Laurent Ruquier dans l'émission On est pas couché) pour son livre Petit frère qui évoque l'affaire Selam. Tant sur le plan civil, que sur le plan pénal, la famille Selam demande réparation à Éric Zemmour[14] du fait de la publication de Petit frère en janvier 2008[15].

En janvier 2008, Axel Metzker débat avec Éric Zemmour lors d'un débat animé par Paul Amar (émission de France 5).

La famille Selam dépose une nouvelle plainte avec constitution de partie civile contre Éric Zemmour et obtient un nouveau juge d'instruction, madame Isabelle Couzy.

Débat télévisé entre Maître Metzker et Eric Zemmour:

http://www.dailymotion.com/video/x2zabw4

L'affaire TRABELSI (2011)

Un neveu de l'ancien président tunisien Ben Ali, Mohamed Ben Moncef Trabelsi, a déposé plainte pour menaces de mort auprès du procureur de la République de Paris, a affirmé ce dimanche son avocat, qui demande une protection policière pour son client et son cabinet. Me Axel Metzker a déposé cette plainte samedi après avoir reçu dans sa boîte aux lettres un courrier d'une page adressé à M. Trabelsi, écrit en lettres majuscules et au ton menaçant, signé «Le collectif pour une justice maghrébine».

Mohamed Ben Moncef Trabelsi est arrivé en France le 10 janvier 2011 avec sa femme et ses trois enfants, «pour des soins d'un leurs enfants, handicapé suivi à l'hôpital Necker» à Paris, selon son avocat. «C'est une famille innocente qui n'a rien fait, victime de la vindicte d'une propagande», assure Me Metzker. «Ils sont révoltés que du plus haut sommet de l'Etat on puisse oublier toute cette amitié et tout ce respect qui existait. Il n'est pas possible que cette famille soit synonyme de diable depuis le 14 janvier», date de la chute du président Ben Ali, réfugié depuis en Arabie Saoudite, s'indigne-t-il.

Mohamed Ben Moncef Trabelsi est le fils du frère aîné de Leïla Trabelsi, épouse honnie de l'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali et dont le clan familial est accusé de s'être accaparé une partie des richesses du pays.


L'attentat de l'hyper casher (2015)

Maître Axel METZKER défend plusieurs clients, parties civiles dans le dossier des Attentats de l'HYPER CASHER du vendredi 9 janvier 2015. L'un de ses clients a témoigné sur BFM TV et à la radio RMC en mars 2015. En janvier 2016, il annonce sur I24 NEWS la préparation d'un grand procès contre l'Etat pour diverses fautes administratives et notamment "de n'avoir pas publier" la photo d'Amédy COULIBALY la veille des attentats de l'hyper casher alors qu'il avait été identifié par le Ministère de l'Intérieur. Les mises en demeure ont été envoyées aux principales administrations. Un recours devant le Tribunal administratif contre l'Etat est en cours de dépôt.

Le dossier KLEPIERRE (2016)

Maître Axel METZKER défend Monsieur Rafia DAOUD, un kiosquier menacé d'expulsion du centre commercial Les Arcades à Noisy le Grand en juillet 2016 par MEDIA KIOSK et KLEPIERRE. Le parisien relate ce combat contre le géant des centres commerciaux en Europe KLEPIERRE, société cotée en Bourse depuis 2015[16]

L'affaire Solution Partners (2017)

De plus en plus d'associations, clubs sportifs ou de petites entreprises se retrouvent piégées par des sociétés de location d'imprimantes. Elles promettent des prix d'appel très intéressants, qui cachent en fait des contrats à crédits hors de prix. Nous avons déposé plusieurs recours contre la société "Solution Partners" (94) pour escroquerie, non respect du droit de la consommation, abus de confiance et non respect du formulaire détachable. La presse a évoqué ce nouveau type d'escroquerie: "l'arnaque à la photocopieuse".

L'affaire Hopital Georges Pompidou(2017)

Suite au décès tragique de son père Max METZKER survenu le mercredi 11 janvier 2017, aux Urgences de l’Hôpital Européen Georges Pompidou (15e arrondissement de Paris), à la suite d'une "simple luxation d'épaule", Me Axel METZKER a déposé plainte pour homicide contre l’hôpital Européen Georges Pompidou du 15e arrondissement de PARIS, les urgentistes concernés et contre l'Ordre des Médecins de Paris. En effet, le médecin ayant raté 4 fois la remise de l'épaule de son père n'est pas venu à la convocation de l'Ordre des Médecins sans le moindre justificatif provoquant une vive émotion et la plus grande incompréhension. Me Axel METZKER a saisi un juge d'instruction et saisi l'Ordre administratif pour la mémoire de son père et combattre cette nouvelle chape de plomb médicale.

L'affaire BEGHAL (2018)

BFM TV rappelle le 13 juillet 2018 que le terroriste Djamel Beghal serait expulsé vers l’Algérie le 16 juillet 2018. Me Metzker, avocat d’une victime de l’Hyper Cacher dépose un recours pour empécher cette fuite. Me Axel Metzker s’oppose à la sortie de prison du jihadiste et à son expulsion vers l’Algérie, en raison de ce qu’il peut encore révéler à la justice française concernant les attaques de 2015.

Djamel Beghal va-t-il bien sortir de prison? Cette figure du jihadisme français, qui purge une peine de 10 ans de prison, doit être expulsée vers l’Algérie lundi. Mais l’avocat d’une victime de l’Hyper Cacher a déposé un recours contre la libération de celui que certains considèrent comme le mentor d’Amedy Coulibaly, l’auteur de l’attaque, et celui des frères Kouachi, derrière l’attentat contre Charlie Hebdo.

"C’est un individu qui connaît très bien les frères Kouachi", explique Me Axel Metzker. "Par conséquent le témoin numéro 1 va être expulsé de France. Il a des choses qu’il doit révéler à la justice française et les parties civiles ont des questions à lui poser."

"Beghal a travaillé avec Al-Qaïda"

En 2005, le Franco-Algérien de 52 ans est déchu de la nationalité française. La France a obtenu de l’Algérie qu’elle le récupère, au prix d’intenses négociations entre les deux pays. Une décision d’autant plus incompréhensible pour l’avocat que l’instruction des attentats de 2015 est toujours en cours:

"Pour l’instant, on a mis en détention ceux qui ont acheté certaines armes, mais ceux qui ont donné les idées, ceux qui ont endoctriné les frères Kouachi?", interroge-t-il. "Encore une fois, Beghal a travaillé avec Al-Qaïda, ceux qui ont provoqué le World Trade Center en 2001. Comment on peut oublier tout ça?"

Djamel Beghal a été condamné en 2013 pour un projet d’évasion du terroriste Smaïn Aït Ali Belkacem. Déjà en 2005, il avait été condamné pour "association de malfaiteurs terroristes". Il n’est à ce jour pas inquiété par la justice pour les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher. Pour tenter de l’empêcher de quitter le sol français, Me Metzker assure être prêt à porter plainte contre le jihadiste pour complicité d’assassinat si son recours était rejeté.

Bibliographie

  • Axel Metzker, La Doctrine Juridique de professeurs de droit face à la qualification juive issue du statut des Juifs et de la Thèse d'André Broc : de la théorie juridique à la pratique criminelle antisémite sous le régime de Vichy (1940-1944). Thèse de droit, 3135 pages, 6 tomes, thèse soutenue le 7 septembre 2005 à l'Université de droit de Paris XII.
  • Axel Metzker, L'affaire Selam, histoire d'une chape de plomb. Israël Magazine, 2007

Notes et références

  1. Thèses. La doctrine juridique des professeurs de droit face à la qualification issue du statut des juifs et d'André Broc sous le Régime de Vichy (1940-1946) par Axel Metzker. Thèse de Droit soutenue en "Histoire du droit et des institutions". Sous la direction de Serge Klarsfeld.
  2. http://www.leparisien.fr/international/tuerie-d-oslo-les-experts-psychiatres-jugent-breivik-irresponsable-29-11-2011-1744407.php
  3. Danièle Lochak: La doctrine sous Vichy ou les mésaventures du positivisme. In: les usages sociaux du droit, CURAPP-PUF, 1989.
  4. Le BNVCA salue la décision du Président de la chambre d'instruction de la Cour d'Appel de Paris de faire comparaître devant ce Tribunal le 2/19/09 l'assassin antisémite du jeune Sébastien Selam tué parce que Juif par son voisin en 2003.
  5. DJ murder may finally reach court. Natasha Lehrer. Dec. 10, 2009. The Jewish Chronicle Online.
  6. L'histoire maudite d'un DJ trop doué (Sébastien Selam) par Brett Kline. Debriefing.org. 09/02/10. Texte paru sur le site du Jerusalem Post en français, le 3 février 2010.
  7. Meurtre de S. Selam: jugé irresponsable pénalement. Carole Bélingard. Justice. 05/01/2010. France 3. fr.
  8. Réouverture de l'affaire Sellam (sic). 21/01/08. Thème: Antisémitisme. CRIF.
  9. Le meurtrier antisémite de Sébastien Selam va enfin être jugé. Thème: Justice. 17/11/10. CRIF.
  10. Le meurtrier de Sébastien Sellam [sic devrait être jugé. 23/11.07. Thème : Antisémitisme. CRIF.]
  11. Archives. Procès exceptionnel pour le meurtre d'un disc-jockey. Bien que déclaré irresponsable, le meurtier de Sébastien Selam sera jugé le mois prochain. Il pourrait ensuite comparaître devant une cour d'assises. 16/11/2009. Le Parisien. fr.
  12. Archives. Justice. Le meurtrier du DJ "irresponsable" selon les experts. 03/12/2009. Le Parisien.fr.
  13. Archives. Justice. Le meurtrier du DJ repasse devant ses juges. 05.01.2010. Le Parisien. fr.
  14. Le roman d'Éric Zemmour attaqué. Archives. Cécile Beaulieu. 15 janvier 2008. Le Parisien.fr (http://www.leparisien.fr/paris/le-roman-d-eric-zemmour-attaque-15-01-2008-3295976946.php)
  15. [vidéo] Zemmour : Clash dans Revu et Corrigé 2/2.
  16. [1] (http://www.leparisien.fr/espace-premium/seine-saint-denis-93/une-petition-pour-sauver-le-kiosquier-12-08-2016-6033885.php)

Lien externes

Cet article « Axel Metzker » est issu de Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 175 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).