Encyclopédie Wikimonde

Hébergement citoyen

Aller à : navigation, rechercher

L’hébergement citoyen est une initiative des citoyens belges pour accueillir les réfugiés sans-abris chez eux. Cette initiative est née en septembre 2017 grâce à la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés www.bxlrefugees.be dans le but de combler le manque de places prévues par l’état belge pour accueillir les personnes en migration et, également pour protéger celles-ci des opérations policières contre les réfugiés qui passent la nuit au parc Maximilien. [1] Deux mois après le lancement de l’initiative, le nombre de citoyens qui s’impliquent est estimé à plus de 13500 personnes, Parmi celles-ci des hébergeurs, des chauffeurs et des fournisseurs qui aident financièrement les hébergeurs en récoltant de la nourriture ou autres produits nécessaires à l’accueil des réfugiés. A l’époque, chaque jour, l’hébergement citoyen fournissait en moyenne 250 places pour dormir. [2]. La coordination entre les hébergeurs et leurs invités se fait par les bénévoles de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés et a lieu généralement au parc Maximilien à Bruxelles où depuis quelques années il y a la plus grande concentration des réfugiés sans-abris en Belgique [3].

Historique

Fin 2017, grâce au soutien de la région Bruxelles capitale, la Plateforme citoyenne ouvre un centre d’hébergement pour plusieurs centaines de personnes, appelé la Porte d’Ulysse. [4] À partir de 2018, la Plateforme organise également des structures d’hébergement collectif dans des locaux prêtés par des communes, des associations, des propriétaires particuliers. Ces hébergements collectifs accueillent entre deux et cinquante personnes et sont gérés par des équipes de bénévoles. Bien que l’hébergement citoyen le plus connu soit celui en Belgique, Il est important de dire qu’une autre initiative d’hébergement existe aussi en France. [5] Fin de 2018, un autre centre d’hébergement collectif s’ouvre à Bruxelles, ce centre accueille exclusivement des femmes, et est géré par des femmes bénévoles. [6] Depuis le mois de février 2019, la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés n’organise plus elle-même le dispatch mais l’hébergement citoyen continue à exister.

Organisation

Au parc Maximilien, tous les soirs les bénévoles de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés comptent le nombre de places disponibles chez les hébergeurs et les attribuent d’abord aux personnes vulnérables telles que les enfants, les femmes et les personnes malades, puis aux autres par ordre d’arrivée au parc Maximilien grâce à ce qu’on appelle le dispatch. Le déplacement des réfugiés entre le parc Maximilien et l’endroit où ils passent quelques jours se fait soit par leurs hébergeurs soit par des chauffeurs bénévoles. La coordination entre les bénévoles, les hébergeurs et les chauffeurs se fait principalement via un groupe Facebook qui regroupe toutes les personnes engagées dans l’initiative.

Qui sont les hébergeurs ?

Les hébergeurs sont des citoyens résidents en Belgique, ils viennent de partout en Belgique et représentent toutes les couches de la population en termes de générations et de niveau socio-économique. On estime que ce sont principalement des femmes [7] vivant en couple ou célibataires, avec une moyenne d’âge estimée à plus ou moins 50 ans, avec ou sans enfants. [8] On[Qui ?] estime également que la plupart d’hébergeurs appartiennent à la classe sociale moyenne ou supérieure et habitent souvent dans des maisons et plus rarement dans des appartements. [9] Pour faire face aux difficultés, les hébergeurs ont pris l’habitude de communiquer et de partager leurs expériences dans des groupes Facebook, ils y échangent des solutions et construisent un cadre commun à l’hébergement.

Un bénévole a proposé le terme (vnous) pour intégrer tous les acteurs de l’initiative de l’hébergement citoyen comme les hébergeurs, les bénévoles, les chauffeurs. [10]

Qui sont les personnes hébergées ?

La plupart des personnes hébergées ne sont que de passage en Belgique et tentent de se rendre dans un autre pays, qui est souvent le Royaume-Uni où selon eux, il est plus facile d’obtenir l’asile. Ces réfugiés qui ont fui leur pays principalement à cause de conflits et /ou de régimes dictateurs trouvent dans la rue et font face à de nombreuses difficultés pour obtenir de la nourriture, des vêtements et des soins de santé. De ce fait, ils dépendent principalement de l’aide fournie par Les hébergeurs, les bénévoles et les autres associations qui fournissent l’aide humanitaire.

Notes et références

  1. http://www.bxlrefugees.be/2017/11/19/hebergement-au-parc-maximilien-dans-les-coulisses-de-loperation-dhebergement-des-migrants/
  2. http://www.bxlrefugees.be/2017/11/07/deja-15-%e2%80%8a000-nuits-au-chaud-pour-les-migrants-du-parc-maximilien/
  3. https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_parc-maximilien-dans-les-coulisses-de-l-operation-d-hebergement-des-migrants?id=9765691 .
  4. https://www.bxlrefugees.be/2017/12/12/la-porte-dulysse-sest-ouverte-ce-lundi/
  5. http://www.utopia56.com/fr/hebergement-citoyen-durgence-a-paris
  6. https://www.axellemag.be/deux-ans-sisters-house-demenage/
  7. Deleixhe, M. (2018). L’événement de la rencontre : La Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés en Belgique. Esprit, Juillet-Août, 130. Tiré de https://doi.org/10.3917/espri.1807.0130
  8. Clarebout, A., & Université de Liège > Master anthropo., À. F. (2020). Une ethnographie de l’hébergement citoyen en Belgique : Étape dans le parcours migratoire et pratique particulière d’hospitalité, .55. Tiré de https://matheo.uliege.be/handle/2268.2/10474
  9. Clarebout, A., & Université de Liège > Master anthropo., À. F. (2020). Une ethnographie de l’hébergement citoyen en Belgique : Étape dans le parcours migratoire et pratique particulière d’hospitalité, .55 . Tiré de https://matheo.uliege.be/handle/2268.2/10474
  10. Clarebout, A., & Université de Liège > Master anthropo., À. F. (2020). Une ethnographie de l’hébergement citoyen en Belgique : Étape dans le parcours migratoire et pratique particulière d’hospitalité. Tiré de https://matheo.uliege.be/handle/2268.2/10474

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).