Encyclopédie Wikimonde

Information numérique Tours

Aller à : navigation, rechercher

Information numérique Tours
Zone concernée France
Établissements concernés Institut universitaire de technologie de Tours
Entrée dans la formation
Accès Candidature
Niveau d'entrée requis Baccalauréat
Fin de la formation
Nombre d'années 2
Diplôme de sortie Diplôme universitaire de technologie en information communication option information numérique dans les organisations
Système
Indicateurs

Le DUT Information Communication option « information numérique dans les organisations » est une formation universitaire et professionnalisante de niveau bac+2 dispensée par l'IUT de Tours.

Histoire de la formation

Introduction

Le site du Pont-Volant (renommé Jean Luthier en 2002[1]) est le premier site de l’IUT de Tours, il a ouvert ses portes en 1968[2]. Cette nouveauté à l’époque fait suite au Décret Fouchet de janvier 1966. En effet, la société de l'époque se retrouve face l’arrivée de la première génération du baby-boom dans les études supérieures.

Cette forte croissance démographique fait douter les étudiants quant à l’avenir de leurs études. La création d’IUT a donc permis d’absorber le flux des étudiants dits « moyens » et ainsi de les détourner de l’université (la licence) qui était plus réservée pour les « bons » élèves. La création de l’IUT de Tours a répondu également aux lacunes de la carte universitaire en France : il n’existait rien entre Paris, Poitiers et Rennes.

C’est donc la politique industrielle de l’époque, voulant mettre vite sur pieds les IUT, qui a fait construire des locaux de manière rapide. Ils ont quand même survécu au temps, à l’exemple de celui de Tours qui a fêté ses 50 ans le 17 mars 2018. Ce n'est qu'en 1970, que l'IUT ne se situe géographiquement sur le site du Pont Volant.

L’IUT a servi de composante universitaire, inspiré des écoles d’ingénieurs. En effet, la formation se faisait par le biais d’intervenants, complétés par des enseignants du second degré et d’enseignants chercheurs. Anciennement, il y avait une finalité professionnelle. Mais avec la dévalorisation de diplômes, l’IUT nous mène aujourd'hui essentiellement à la poursuite d’étude en licence professionnelle, master ou autres poursuites.

Carrières de l'Information option documentation

En 1968, le département s’appelait Carrières de l’Information, et il existait 3 filières à l’intérieur de celui-ci :

Documentation, Journalisme, Relations publiques.

Le premier nom de la formation était donc Carrières de l'Information option Documentation, aussi résumé par : Carrière Doc[3].

Les matières enseignées permettaient de déboucher sur des métiers tels que bibliothécaire et archiviste. Le marché du travail et la société des années 1970 offraient de grandes opportunités dans ce milieu. La maîtrise des bases de données papier était très importante, tout comme le référencement et l’indexation des documents. Nous avons remarqué que la gestion des documents et leur classement ont été omniprésents et sont toujours d’actualité, même si ce ne sont plus les matières principales.

Sur la plaquette de présentation de la formation présente des les archives de l'IUT, il est écrit que la formation de gestion et transfert de l’information a pour objectif de “former des spécialistes de la fonction documentaire dans l’organisation”. Ces derniers seraient “ouverts, adaptables, avec un sens aigu de la communication, le diplômé aura une bonne maîtrise des méthodes de gestion documentaire, des techniques professionnelles et de l’outil informatique”. Le tout avec “une capacité d’insertion facile dans une équipe de travail, dans les structures d’informations des institutions, et possède le sens du service, et des responsabilités, participant ainsi aux processus de productions et de décisions”.

Tel est le profil que prépare le DUT Documentation du département Carrières de l’Information.

Documentation d’entreprise

Aux alentours des années 1974, la formation devient Documentation d’Entreprise.

Elle s’oriente plus vers la documentation d’entreprise comme son nom l’indique. Pendant cette période, la première salle d’informatique est ouverte avec 15 postes à disquettes. Le centre de documentation ouvre à l’IUT, en 1987. Il s’équipe de matériels informatiques (5 minitels) et du logiciel documentaire Texto.

Information Documentation

À la rentrée 1988, Documentation d’Entreprise devient Information Documentation (ou InfoDoc).

Le DUT préparait aux métiers de l’information et de la documentation, mais de manière générale et plus exclusivement tourné vers les entreprises.

La PAO (Publication Assistée par Ordinateur) fait son arrivée en 1989, mais sur des logiciels différents de ceux que l’on connaît aujourd’hui. De plus, le département se dote de machines de traitements de textes dans la salle de dactylographie.

Gestion de l’Information et des Documents dans les Organisations

En septembre 2005, la formation change pour la quatrième fois de nom, et devient Gestion de l’Information et des Documents dans les Organisations (GIDO).

C’est l’avant-dernier nom qu’a connu la formation à ce jour. Les matières enseignées n’avaient encore rien de numérique et concernaient principalement l’alimentation de bases de données dans les entreprises.

Information Numérique

En septembre 2013[4], les premières années GIDO deviennent des Information Numérique dans les Organisations (InfoNum) de deuxième année.

La formation inclut désormais le côté numérique, avec la démocratisation et l’apparition des nouvelles technologies ainsi que de l’Internet 2.0. La formation s’adapte donc à son temps.

Ce changement marque un tournant dans l’histoire de la formation que ce soit dans les matières enseignées ou dans l’orientation post-DUT des étudiants.

En effet, le changement d’intitulé de la formation, le PPN (Programme Pédagogique National) s’adapte au nouveau nom. Il voit naître de nouvelles matières qui ne font en rien disparaître les bases traditionnelles de la documentation, mais les mets au second plan.

Il y a une diversité des matières qui s’explique par la poursuite d’étude des étudiants en Information Numérique. Ils ne sont plus appelés à faire uniquement de la gestion de bases de données, mais s’ouvrent aux métiers de la communication numérique. Ces nouvelles attentes ont créé de nouvelles matières comme la PAO (avec les logiciels de la suite Adobe que l’on utilise dans nos cours), la culture numérique ou encore la conception de sites web par exemple. Certaines des matières enseignées depuis plusieurs années prennent une place différente, comme les cours de web marketing et de veille qui sont approfondis et adaptés au numérique.

Les années spéciales de la formation

En 1971 est créé l’année spéciale Documentation qui forme les étudiants en 1 an.

Le programme était intense, mais ne comportait pas tous les cours du programme sur deux ans. Les étudiants en année spéciale avaient, pour la plupart, suivis d’autres études avant d’intégrer la formation. De manière générale, les étudiants avaient déjà validé un diplôme dans des domaines tels que l’information-communication ou le droit. L’année spéciale était donc une manière de compléter leur niveau d’étude et de leur assurer un bagage universitaire suffisant pour être polyvalent et trouver un emploi.

En 2009, les années spéciales disparaissent.

Les magazines de la formation

La formation Info-Num est à la base une formation de documentaliste. C’est donc dans cette optique que dans la fin des années 1990, l’idée de créer un journal de la formation, réalisé par les deuxièmes années apparaît.

Nommées Avenir Doc puis Magnum, un magazine est créé tous les ans par les étudiants de 2ème année depuis 1998.

Ils renferment des informations sur l’actualité et les changements de la formation chaque année. Les étudiants y mettent leurs astuces sur leurs deux ans à l’IUT (vie étudiante, organisation de travail, orientation…).

Il existe de nombreuses anecdotes dont :

  • La fracture entre les étudiants en Journalisme et les étudiants en Documentation
  • La composition majoritaire de filles dans la formation à partir des années 2000
  • L'association AssoNum ne s’appelait pas ainsi en 2013. En effet, elle s'appellait : l’Astico.

Depuis 2017, le magasine est décliné en une version numérique pour permettre aux étudiants d'agrandir leur polyvalence.

Avenir Doc

Le premier « Avenir Doc » fut créé en 1998 pour fêter le trentenaire de la formation (qui avait à l’époque pour nom « Info-Doc »).

Le magazine était imprimé sur feuille papier basique en noir et blanc (sauf les deux dernières versions : 2014 et 2015).

Il se déclinera tous les ans jusqu’en 2015.

Magnum

« Magnum » pour la contraction de magazine et de numérique.

En 2016, le format est désormais en A5, et ressemble plus à un livret.

Il prend une forme plus « professionnelle » : couleur, première et quatrième de couverture plastifiée… Le Magnum va fêter son troisième anniversaire en 2019.

Les stages de la formation

Il y a toujours eu des stages depuis les débuts de la formation. Ils apportaient le côté professionnalisant du DUT. C’est pour la plupart des étudiants, leurs premières expériences professionnelles. C’est l’occasion d’appliquer ce que les professeurs ou intervenants ont apporté durant le DUT.

À la fin de ces derniers, les étudiants avaient à rendre un rapport de stage à leurs professeurs comme encore actuellement. Avant, ils étaient tapés à la machine à écrire.

Concernant la durée des stages, elle était de deux mois la deuxième année[5]. Les stages de première année sont apparus plus tardivement et ils duraient un mois. Le temps de stage était donc équivalent à ceux d'aujourd'hui.

Pour les années spéciales, même si elles n’existent plus aujourd’hui, les étudiants devaient aussi faire un stage, d’une durée d’un mois.

En plus de ces stages dont nous connaissons l’existence, une élève de la promotion de 1986-1988 nous a confié qu’ils avaient des “mini-stages”. C’est-à-dire des stages d’une demi-journée et par groupe de deux au centre de documentation de la section.

Le Challenge de la Veille

Le Challenge de la Veille (CDLV) est un concours national qui met en compétition les étudiants de l’option Information numérique.

Il a été créé à Strasbourg en 2000 et la première édition s’est déroulée en 2001[6].

Les étudiants de Tours participent à ce concours depuis 2016. Mais pour les deux premières années de participation, il s’agissait avant tout de découvrir et de comprendre les mécanismes du Challenge.

C'est en 2018, que Tours participe vraiment au CDLV. C’est d'ailleurs cette année là que l’équipe tourangelle remporté le challenge.

Ayant décroché le titre de vainqueur la version 2018, c’était à la ville de Tours d’organiser l’édition de 2019[7].

Cette 19ᵉ édition a été remportée par les étudiants strasbourgeois, ce qui permet un retour aux sources pour les 20 ans de ce concours.

Grâce aux deux derniers bons classements de Tours, le Challenge est devenu important dans la vie d’un étudiant en Information Numérique. Cela met un point d’orgue à la formation durant les cours de Recherche d'Information Spécialisée (RIS) et de e-réputation en première année et en veille lors de la deuxième année.

Tours confirme également sa bonne formation et l’engouement des étudiants dans cette matière grâce à ce concours.

Références

  1. Nathalie Pourprix, « I.U.T. de Tours - Livre blanc numérique des 50 ans », sur I.U.T. de Tours, (consulté le 25 mars 2019)
  2. « Université de Tours - Notre histoire », sur www.univ-tours.fr (consulté le 25 mars 2019)
  3. « Magazine numérique 50 ans InfoNum », sur online.fliphtml5.com,
  4. « Diplôme universitaire de technologie », sur Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (consulté le 25 mars 2019)
  5. « DUT Information numérique dans les organisations - Contenu », sur iut.univ-tours.fr (consulté le 25 mars 2019)
  6. « À propos - Challenge de la Veille 2018 », sur challenge-veille-2018.fr,
  7. « Retour sur la victoire de l’équipe tourangelle au CDLV 2018 », sur https://cdlvtours2019.com (consulté le 25 mars 2019)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).