Encyclopédie Wikimonde

Laboratoire de catastrophe générale

Aller à : navigation, rechercher

Le Théâtre des opérations II, sous-titré Laboratoire de catastrophe générale, est le deuxième volume, paru en 2001, du Journal métaphysique et polémique de l'écrivain français naturalisé canadien Maurice G. Dantec. Il précède American black box (publié le ) et fait suite au premier volume du TdO: Manuel de survie en territoire zéro paru en l'an 2000.

Positions

Comme le sous-titre de l'ouvrage le laisse supposer, le propos de l'auteur est volontiers polémique. Dans ce volume, Maurice G. Dantec fustige, souvent de manière virulente, « l'idéologie sociale-démocrate » et « l'apathie » de l'Europe face à la crise yougoslave. Dans le même sens, il critique la mainmise d'un certaine "ONUcratie planétaire" (selon ses termes) dont les agissements concourraient à la "destruction de l'Occident", toujours selon l'auteur.

Dantec se présente aussi dans ce ouvrage comme un partisan du capitalisme libéral, conçu comme la seule organisation sociale capable d'emmener l'humanité vers son "destin". Dans l'esprit de l'auteur, le capitalisme est intimement lié à "l'Empire américain", dont il soutient le développement en riposte aux politiques (ou non-politiques selon l'auteur) menées par l'ONU et l'Europe (baptisée Zéropaland). Dantec entend ainsi combattre le "nihilisme" des "derniers hommes" par la foi catholique. Dans cet esprit, Dantec veut entreprendre la création d'une grande bibliothèque secrète et clandestine dans lequel les grandes œuvres de la littérature seraient conservées durant la période de grand bouleversement qu'il voit arriver, projet qu'il nomme Liber Mundi.

Ce serait le seul possible de fédérer les penseurs contre la Matrice (241) : la quatrième guerre mondiale ne fait que commencer.

Il analyse l'humanisation de la préhistoire (227-232), les quatre périodes d'hominisation depuis 1500 (85), la Fin de l'Homme (155). Il revendique l'héritage (115) de l'ordre "ancien" (entendez par là vingt-cinq siècles de civilisation occidentale, judéo-gréco-latino-euro-chrétienne) (129).

Il réfléchit sur le mariage homosexuel (33), le féminisme, le matriarcat, le postféminisme, la peine de mort (341-344), les médias…

L'auteur évoque évidemment la guerre en ex-Yougoslavie, au Kosovo, en Afghanistan (435), en Irak (484), et le rôle de l'Otan, de l'ONU (Onuzi), de l'Europe (Zéropa), et les bombardements de Hiroshima et Nagasaki (278). On devine ses futures prises de position en faveur de l'intervention américaine en Irak, de la politique du président américain George W. Bush, son sionisme et contre le Traité constitutionnel européen.

Le lecteur assiste à l'approche de la conversion de l'auteur à la foi catholique : l'authentique foi chrétienne (325), le baptême chrétien (339), Tenter de devenir chrétien, et donc de surpasser les impasses du christianisme… (643). La figure du Messie christique est très présente, Météore Terminateur (235).

Références littéraires

Il répond avec souvent de la mauvaise foi polémique aux attaques contre le premier volume du théâtre des opérations (TdO).

Ses affinités littéraires revendiquées vont à Philip K. Dick, Franz Kafka, Howard Phillips Lovecraft, James Graham Ballard, William S. Burroughs, Eric Ambler, Michel Houellebecq (39-40), mais aussi Pierre Drieu la Rochelle (289-307), Joseph de Maistre (143-148, 244), Alexis de Tocqueville, Léon Bloy (283), l'Internationale situationniste, Sun Tzu, Friedrich Nietzsche, Gilles Deleuze (237), Peter Sloterdijk (201), Jean-Pierre Faye (352-363, sur La déraison antisémite…)…

Il découvre et apprécie Philippe Muray (133, 157), Renaud Camus (106, 128-129, 460), Mehdi Belhaj Kacem, Sissy Reynaud (636, Petit traité très incorrect…), la revue Ligne de risque avec Yannick Haenel et François Meyronnis.

Ses détestations vont entre autres à Ignacio Ramonet (99), Viviane Forrester (100), Jean-François Kahn (105), Régis Debray (105), Jacques Julliard (260).

Références artistiques

Il évoque le rock, le mouvement punk (264-269, 747), la musique électro (53-54), son projet de Métakrisis (21). Il apprécie divers cinéastes et films.

Vie privée

Dantec dévoile peu sa vie privée : son ouvrage exhibe ses seules opinions. Il a choisi de passer seul la nuit du passage à l'an 2000.

L'écriture de l’ouvrage est une expérience difficile. Il reconnaît quelques problèmes de santé (dépression et surmenage), ou une crise parapsychologique (351), dus au travail intensif d'écriture auquel il s'astreint, principalement la nuit. Il admet apprécier le cannabis (61, 133, 134).

Mais, contrairement aux affirmations de certains critiques, Dantec ne confesse l'usage d'aucune autre drogue dans cet ouvrage. Il signale ses convergences de vue avec Jeremy Narby et déclare vouloir s'intéresser à l'ayahuasca (72).

Éditions

  1. 2001 : Paris : Gallimard, 756 p. (Blanche) (ISBN 2-07-076267-X) (référence ici)
  2. 2003 : Paris : Gallimard, 851 p. (Folio ; 3851) (ISBN 2-07-042822-2)

Voir aussi

Articles connexes

Proximité de :

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).