Encyclopédie Wikimonde

Lazhar Ben Ouirane

Aller à : navigation, rechercher

Erreur Lua dans Module:Wikidata à la ligne 121 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).

Lazhar Ben Ouirane ou Lazhar Ath Ouirane (tamazight : Lazhar At Wiran) est un chanteur tunisien d'expression amazighe originaire de Sedouikech[1], sur l'île de Djerba.

C'est après la révolution tunisienne de 2011 que Lazhar Ben Ouirane se fait connaître[2]. Il fait partie des chanteurs ayant joué un rôle important dans les revendications des mouvements amazighs de leurs régions respectives[3],[4].

Parcours

En 2001, Lazhar Ben Ouirane enregistre une chanson en tamazight. Les autorités tunisiennes le rappellent à l'ordre et l'invitent à cesser de chanter dans cette langue[5].

En 2011, à la suite de la chute du régime de Zine el-Abidine Ben Ali et dans la foulée de l'euphorie qui s'ensuit, les amazighophones tunisiens saisissent l'occasion pour affirmer leur existence et s'afficher publiquement[5]. Ben Ouirane recommence alors à chanter en tamazight et sort deux albums, l'un en 2011 et l'autre en 2013[5]. Il effectue des tournées, notamment à travers les régions amazighophones[5]. Bien que ses concerts n'aient pas été interdits, il est systématiquement suivi par la police tunisienne et le statut d'artiste ne lui est pas reconnu par le ministère tunisien de la Culture[5]. Il aurait notamment été refoulé à la frontière à plusieurs reprises, l'empêchant de participer à des évènements artistiques à l'étranger[5]. Ainsi, alors qu'il se rend par voie terrestre avec son groupe de musique à Zouara (Libye), où il est attendu pour participer à un festival culturel amazigh en juin 2013, la police tunisienne des frontières le refoule : elle aurait confisqué les passeports de l'ensemble des artistes pendant des heures, puis les aurait priés de rebrousser chemin[5].

En 2015, Lazhar Ben Ouirane s'exile en France en raison des difficultés et des entraves, notamment administratives, qu'il aurait rencontrées[5].

Engagement

Dans de nombreuses chansons, comme Azul Imazighen, Lazhar Ben Ouirane appelle les Amazighs de Tunis à la révolution[6]. Il évoque plusieurs sujets liés à la culture ancestrale berbère[6]. Il parcourt notamment les villages et hameaux tunisiens pour faire écouter sa musique et appeler les Amazighs tunisiens à prendre conscience de la cause amazighe[6].

Lorsque le président Zine el-Abidine Ben Ali est au pouvoir, Ben Ouirane profite des fêtes de mariage et d'autres célébrations pour s'exprimer[6]. Après la chute du régime, il s'engage dans le militantisme et quitte l'île de Djerba pour aller à la rencontre des populations amazighes du reste de la Tunisie[6].

Style musical

Lazhar Ben Ouirane s'inspire de textes traditionnels pour composer ses chansons[1]. Le style de sa musique est tantôt sentimental, tantôt rythmé, et a recours à des instruments de musique traditionnels[6]. Il a notamment recours à la guitare[6].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Vermondo Brugnatelli, « Tunisie (berbère) », sur academia.edu (consulté le 10 septembre 2020), p. 4.
  2. (it) Francesco Piazza, « Milano, dal 12 al 15 giugno, Festival Berbero », sur mediterranews.org, (consulté le 9 septembre 2020).
  3. Les revendications amazighes dans la tourmente des « printemps arabes » : trajectoires historiques et évolutions récentes des mouvements identitaires en Afrique du Nord, Rabat, Centre Jacques-Berque, (ISBN 979-10-92046-33-5) [lire en ligne], p. 207 .
  4. Daniela Merolla et Abdelbasset Dahraoui, « « Le sentiment d'être chez soi  » sur les sites amazighs et le « printemps arabe » : déconstructions et renégociations sur le Web », dans Les revendications amazighes dans la tourmente des « printemps arabes » : trajectoires historiques et évolutions récentes des mouvements identitaires en Afrique du Nord, Centre Jacques-Berque, coll. « Description du Maghreb », (ISBN 979-10-92046-33-5, lire en ligne), p. 289–322.
  5. 5,0, 5,1, 5,2, 5,3, 5,4, 5,5, 5,6 et 5,7 « L'État tunisien et la question amazighe : rapport alternatif de Tamazgha au Comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESCR) » [PDF], sur amadalamazigh.press.ma, (consulté le 10 septembre 2020).
  6. 6,0, 6,1, 6,2, 6,3, 6,4, 6,5 et 6,6 « Il milite pour la reconnaissance de la culture berbère : Ben Ouirane Lazhar, un chanteur amazighe tunisien engagé », sur tamurt.info, (consulté le 9 septembre 2020).

Article publié sur Wikimonde Plus

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 197 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).