Encyclopédie Wikimonde

Martyre de La Varenne (Saône-et-Loire) en juin 1944

Aller à : navigation, rechercher

Le samedi 10 juin 1944, en représailles à une attaque d'un train allemand par des maquisards, le village de La Varenne, près de La Motte-Saint-Jean et Digoin en Saône-et-Loire, est victime d'une agression perpétrée par un régiment allemand de l'Afrika Korps, au cours de laquelle cinq hommes sont fusillés, la plupart des maisons pillées et incendiées. Le carnage n'est arrêté que grâce à l'intervention de certains officiels dans des circonstances bien particulières.

La commémoration du soixantième anniversaire de cet événement, le 25 juin 2004, a donné lieu à diverses expositions et cérémonies présidées par la sous-préfète de Digoin.

Événements

Le contexte

Opération Overlord.

Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, commence le débarquement des forces alliées en Normandie. L'opération Overlord, faisant intervenir près de 5 500 navires et 6 000 avions. Cinq groupes d'assaut, soit 50 000 hommes constituent la première vague. Les troupes alliées comptent d'abord des soldats américains, anglais et canadiens, ensuite des Français, Belges, Néerlandais et Polonais. Au bout de quatre jours, une solide tête de pont est établie.

La résistance

Pont-canal de Digoin.

Les sanglots longs des violons…[N 1],[1], le message de la BBC annonce le débarquement et demande aux différents groupes armés répartis sur le territoire français d'agir. Les maquisards ont reçu comme consigne de retarder au maximum l'arrivée des renforts allemands se dirigeant vers la Normandie.

Les témoins

Le déroulement des faits

La pose des bombes

Les faits

L'attaque du train, le repli des maquisards

Les faits
Les témoignages

La prise d'otages

Les faits
Les témoignages

L'exécution de cinq otages

Le pillage, la mise à sac et l'incendie des habitations

Les faits
Les témoignages

L'intervention des gendarmes, la libération des survivants

Les faits
Les témoignages

La reconstruction

Le souvenir

Plaques
Manifestations
Conscience collective

Annexes

Notes

  1. Citation : Chanson d'automne de Paul Verlaine. Les six premiers vers (première strophe) a constitué le message codé de la BBC annonçant le débarquement du 6 juin 1944.
    Les sanglots longs
    Des violons
    De l'automne
    Blessent mon cœur
    D'une langueur
    Monotone.
    Tout suffocant
    Et blême, quand
    Sonne l'heure,
    Je me souviens
    Des jours anciens
    Et je pleure,
    Et je m'en vais
    Au vent mauvais
    Qui m'emporte
    Deçà, delà
    Pareil à la
    Feuille morte.

Références

  1. Paul Verlaine, Chanson d'automne, Poèmes saturniens, 1866.

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.

Erreur Lua dans Module:Suivi_des_biographies à la ligne 189 : attempt to index field 'wikibase' (a nil value).